• Angélina, tome 1, Les Mains de la Vie ; Marie-Bernadette Dupuy

    « Son fils serait choyé et élevé dans l'opulence. Il n'aurait jamais faim ni froid et, quant à l'amour, il en recevrait tant que sa jeune existence ressemblerait à un beau chemin ensoleillé, semé de pétales de roses, sans ornières ni épines. »

    Angélina, tome 1, Les Mains de la Vie ; Marie-Bernadette Dupuy

    Publié en 2015

    Editions Le Livre de Poche (collection Littérature & Documents)

    816 pages

    Premier tome de la saga Angélina

     

    Résumé :

    1878. Angélina n'a qu'une ambition depuis qu'elle est petite : devenir sage-femme, comme l'était sa mère, morte tragiquement. Abandonnée par l'homme qu'elle aime alors qu'elle est enceinte, la jeune fille se résigne à confier son enfant à une nourrice afin de pouvoir devenir élève sage-femme à l'hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse et obtenir son diplôme. Dans cet établissement réputé, elle rencontre un médecin dont elle devient la femme. Mais sa belle-famille la regarde de haut, et Angélina, malgré l'aisance matérielle dont elle jouit, comprend qu'elle n'est pas faite pour la vie mondaine. Elle décide de retourner dans sa région natale -les Pyrénées- pour y exercer son métier.                                                                                                                                                             Avec ce sens du suspense et de l'émotion qui font de ses romans des moments inoubliables, Marie-Bernadette Dupuy nous entraîne sur le chemin semé d'épreuves, de joies, de sacrifices, d'une femme généreuse prête à tous les combats pour que s'accomplisse son rêve.   

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    En 1878, la jeune Angélina, âgée de dix-neuf ans, se réfugie dans une grotte sauvage des Pyrénées ariégeoises pour y mettre au monde son enfant : c'est un fils qui lui naît, qu'elle prénomme Henri, mais qu'elle se voit dans l'obligation de mettre en nourrice. Car le bébé qui vient de naître est un enfant illégitime, né de ses amours avec un jeune homme de Saint-Lizier, sa ville natale, d'un milieu social plus élevé et qui lui avait promis le mariage mais avec la volonté de ne pas tenir sa parole. Dans cette société fortement rurale et traditionnelle, les filles-mères s'exposaient au mépris des autres et surtout, faisaient rejaillir leur honte sur leur famille entière. Et surtout, Angélina a un rêve, celui de devenir sage-femme diplômée, pour venir en aide aux femmes qui, souvent, n'ont comme recours que celui des ventrières et des matrones de village entre les mains inexpérimentées desquelles elles laissent parfois leur vie ou celle de leur nourrisson. Seulement, pour espérer un jour étudier à Toulouse, Angélina doit être irréprochable et ces raisons la poussent donc à se séparer de son bébé. Mais les choses ne vont finalement pas se passer comme prévu ; petit à petit, la jeune mère ne parviendra pas à garder son secret...elle se confie notamment à son amie, mademoiselle Gersande, une vieille demoiselle qui s'est prise d'affection pour elle et qu'Angélina considère comme un soutien indéfectible depuis qu'elle a eu le malheur de perdre tragiquement sa mère. La vieille femme s’avérera de bon conseil et finira par prendre soin du petit Henri pour permettre à la jeune femme de profiter du bébé tout en continuant de travailler pour réaliser ses rêves. Angélina, à vingt ans, sera également confrontée à des dilemmes amoureux : après la déception causée par la fuite de Guilhem Lesage, son amant et père du petit Henri, elle répond aux avances du médecin Philippe Coste, rencontré à l'hôtel-Dieu de Toulouse, mais dont la position sociale dans la haute bourgeoisie luchonnaise ne parviendra pas à se concilier avec les modestes origines d'Angélina, fille unique d'un cordonnier ariégeois et d'une costosida -le mot occitan qui signifie sage-femme. Et surtout, il y'a le beau et ténébreux Luigi, ce bohémien rencontré sur les routes de l'Ariège, qui l'attire inexplicablement mais qui pourrait tout aussi bien être mêlé aux sordides affaires de meurtres qui, depuis quelques années, endeuillent et épouvantent l'Ariège et le sud de la Haute- Garonne.
    Il y'avait longtemps que je voulais découvrir cette saga ! L'histoire de cette jeune Ariégeoise du XIXème siècle, qui allait se battre envers et contre tout pour réaliser ses rêves et devenir sage-femme, au prix de bien des sacrifices, me plaisait bien. Et c'est vrai que le destin d'Angélina, tout romanesque qu'il est, est aussi intéressant, sinon attachant. On ressent une réelle admiration pour cette jeune femme qui se bat avec beaucoup de courage, contre les préjugés, contre l'adversité afin de devenir celle qu'elle s'est promis d'être.
    Malheureusement, avec moi, la sauce n'a pas pris et si je ne ressors pas de cette lecture réellement déçue, je n'en ressors malheureusement pas emballée non plus. J'ai trouvé certaines parties dialoguées un peu lourdes, avec certains détails qui auraient plus eu leur place dans une partie narrative. Le personnage d'Angélina m'a aussi un peu tapé sur les nerfs à mesure que j'avançais dans ma lecture...au début, on a beaucoup de respect pour cette jeune fille de dix-neuf ans, volontaire, déterminée, qui accouche seule dans une grotte en plein mois de novembre -avec tous les risques que cela comporte, bien sûr- et trouve ensuite la force de se séparer de l'enfant que le jeune homme dont elle est très amoureuse lui a fait ; l'attente du retour de Guilhem, son espoir, m'ont aussi touchée mais, à partir du moment où l'on aborde sa relation avec le médecin Philippe Coste, j'ai parfois eu du mal à la supporter, malgré sa bonté naturelle et ses principes. Et je n'ai pas forcément été emballée par l'intrigue parallèle, plus criminelle, qui ne m'a pas vraiment convaincue.
    Mais il y'a tout de même des points positifs dans ce roman, je ne dirais pas le contraire. Déjà, l'idée de départ est bonne : l'histoire de cette jeune sage-femme est intéressante quand on la regarde à travers un prisme historique et ethnologique. Angélina, qui va faire des études, apprendre le fonctionnement du corps féminin, avant, pendant et après la grossesse, aura entre les mains un savoir qui n'a pas de prix, à une époque où les croyances ont encore la vie dure, surtout dans les régions reculées, comme ces villages éloignés des Pyrénées, où les femmes enceintes, au moment de leur accouchement, préfèrent encore faire appel aux ventrières et autres matrones de village, avec tous les risques que cela comportaient, ces femmes ne connaissant pas bien souvent les bases de l'hygiène ni même les techniques médicales adaptées en cas de complications, tant pour la mère que pour l'enfant.
    Dans le domaine médical, le XIXème siècle est un tournant : les connaissances en médecine s'accroissent, les vaccins font leur apparition, un premier traitement contre la tuberculose, fléau de l'époque est mis au point une dizaine d'années avant l'époque où se déroule l'histoire d'Angélina, l'asepsie devient de plus en plus automatique et préconisée pour le personnel hospitalier. Enfin, on refuse que la mort soit une fatalité et, notamment dans le milieu qui nous intéresse, à savoir l'obstétrique, on se rend compte que les enfants qui naissent par le siège ne sont plus voués à la mort, qu'on peut aussi sauver, avec les bons gestes, une jeune mère victime d'une hémorragie, un bébé qui a le cordon enroulé autour du cou...la mort n'est plus, comme auparavant, la seule réponse et la seule solution que les praticiens peuvent apporter et, en même temps, les scientifiques se heurtent aux croyances religieuses encore fortes dans certains milieux et qui voient justement, en la maladie, en la mort, une volonté divine. Paradoxe d'un siècle qui évolue à toute vitesse mais qui reste aussi paralysé, en bien des domaines, par des croyances ancestrales qui se transforment en superstitions : un bon exemple est cité dans le livre, d'ailleurs : Angélina, comme sa mère avant elle, conseille à ses patientes une toilette intime rigoureuse, qu'elles soient enceintes, juste relevées de couches ou non. C'est une chose naturelle aujourd'hui mais qui était encore fortement remise en question à l'époque, il y'a moins de deux cents ans, car on considérait que cette toilette-là ne coulait pas de source, n'était pas nécessaire et surtout, était une oeuvre diabolique.
    Tout ceci est très bien décrit dans le roman : ceux qui sont résolument tournés vers l'avenir, vers une appréhension pragmatique et raisonnée de la médecine se heurtent aux tenants de la foi, qui refusent et nient en bloc les bienfaits de la science, comme obstruction à la volonté de Dieu. Angélina, assurément, fait partie de ces praticiens désireux de sauver autant de vies que possible, même si un accident n'est pas exclu et qu'ils peuvent être confrontés, un jour ou l'autre, à la mort d'une patiente ou d'un bébé, avec le traumatisme et la culpabilité que cela implique. Par sa vie personnelle, la jeune femme est aussi tournée vers l'avenir : moins croyante que son père, par exemple, du fait de sa formation qui l'a amenée à s'interroger de façon sensée sur le monde et l'humanité, elle n'a pas hésité à se donner à un homme sans être mariée avec lui. Et si les convenances finissent par la rattraper, parce qu'elles sont encore plus fortes que cette volonté confuse de modernité, si elle doit se séparer de son bébé pour éviter d'être salie et reniée, on sent chez elle un véritable désir de faire bouger les choses, de voir enfin les mentalités s'ouvrir et devenir plus tolérantes.
    Ce premier tome de la trilogie est donc intéressant à lire, malgré ses défauts. Les recherches de l'auteur sont solides, avec de bonnes références mais voilà, j'ai été freinée dans ma lecture par des chapitres qui m'ont semblé un peu lourds. Je ressors donc de cette lecture avec un avis plutôt mitigée, un peu déçue je dois l'avouer, mais avec l'envie tout de même de découvrir la suite des aventures de notre impulsive sage-femme Ariégeoise ce qui est bon signe, je pense ! 

    En Bref :

    Les + : une intrigue à la base intéressante, des recherches solides et qui se ressentent à la lecture.
    Les - :
    des passages un peu lourds, le personnage d'Angélina qui devient de plus en plus capricieux et rebelle et donc, moins attachant.
     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Mars 2016 à 17:58

    J'ai cherché ce livre pour la bibliothèque où je travaille mais impossible de l'avoir en disponibilité. Merci pour ton avis car j'en avais pas lu avant!

      • Dimanche 20 Mars 2016 à 19:05

        Je pense que tu peux le trouver assez facilement sur internet et il a été édité en poche donc son prix est relativement bas... yes Comme tu vois, je n'ai pas été totalement emballée et, si je dois faire la synthèse de toutes mes lectures depuis le début d'année, je dois dire que ce roman fait figure de déception même si, il ne faut pas exagérer, je n'ai pas été rebutée non plus par cette lecture...mais j'ai eu clairement du mal à y entrer alors que l'intrigue me plaisait bien et même, m'enthousiasmait beaucoup au début de ma lecture ! ! Dommage... ;) Mais je crois que je lirai les tomes suivants quand même...même si Angélina a fini par me taper un peu sur les nerfs, j'ai bien envie de savoir ce qui va se passer par la suite dans sa vie ! cool

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :