• De Tempête et d'Espoir, tome 2, Pondichéry ; Marina Dédéyan

    « Seuls les serpents peuplent désormais Pondichéry, m'a-t-on affirmé. Là-bas, il me faudra sans doute me méfier de mes peurs autant que de mes illusions. »

    De Tempête et d'Espoir, tome 2, Pondichéry ; Marina Dédéyan

    Publié en 2014

    Editions J'ai Lu

    475 pages

    Second tome de la saga De Tempête et d'Espoir

     Résumé :

    Juillet 1763. J'ai traversé les océans, survécu aux caprices de la mer, laissant Saint-Malo à des milliers de lieues derrière moi. Ma quête commence ici, sur le sable brûlant des côtes indiennes. Comment retrouver mon frère Jean dans ce pays immense dont nul ne saurait dessiner la carte ? Vers qui me tourner, sous ces cieux où la vérité se compose de mille facettes, où tout droit peut signifier n'importe quelle direction ? Les ruines de Pondichéry, l'opulente Madras, Calcutta, les fameux diamants de Golconde, d'indices ténus en bribes de réponses, je suis la trace de Jean. Le reverrai-je un jour ? En ces terres écrasées de chaleur, où le parfum des épices renverse l'âme, où les dieux dansent et où les rêves rendent fou, moi, Anne de Montfort, resterait-je fidèle à ma devise, Non Mudera, je ne changerai pas ? 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    En 1763, après de longs mois de navigation qui l'ont emmenée de Saint-Malo aux côtes indiennes, Anne de Montfort, vingt ans, débarque à Pondichéry. La ville, prise en 1761 par les Anglais, a été rasée par lord Pigott et il n'en reste que des ruines. Les comptoirs français aux Indes sont alors au plus mal et Pondichéry en est le plus flagrant exemple.
    Malgré cela, Anne, toujours aussi déterminée va, avec l'aide de ses compagnons de voyage mais aussi des autochtones et des Européens et Arméniens installés en Inde, partir sur la trace de son frère, Jean. Disparu sans laisser de traces depuis plusieurs mois, il n'a plus donné de nouvelles aux siens, restés en France et Anne, qui, après la perte de leurs parents, n'a plus que lui, va se lancer dans une quête effrénée, sollicitant même l'aide des Anglais, pour avoir des informations sur Jean...est-il vivant ? Mort ? Enrôlé dans les troupes anglaises de l'East India Company ou bien au service d'un nabab ou d'un roi hindou ?
    C'est dans un pays aux mœurs radicalement différents du sien, à l'exotisme et aux traditions marquées, qu'Anne débarque en une époque critique. Elle va découvrir ce qu'est la vie des Européens expatriés, Portugais, Anglais, Français mais aussi Néerlandais et, plus surprenant Arméniens, installés aux Indes pour fuir les persécutions des Perses et vivant majoritairement des échanges commerciaux avec les colonies et les métropoles. Mais, au travers de sa petite servante, Amrita, des Hindous croisés au cour de son voyage, entre Calcutta, Hyderabad, Madras, Mahé, Goa, et du séduisant Haydar Sahib, Anne va aussi découvrir le mode de vie de ces gens issus de cette terre. Terre de métissage, l'Inde n'en est pas moins au pays aux traditions et coutumes très importantes, une terre dépaysante avec ses jungles humides, ses rizières, ses grands fleuves sacrés, son panthéon religieux composé de millions de divinités, ses pagodes, ses riches maisons aux inspirations diverses, son peuple chaleureux et accueillant, son paysage changeant, tantôt hostile, tantôt luxuriant. Dans cette nouvelle contrée, Anne va apprendre à en connaître les us et coutumes mais elle va aussi apprendre à se connaître. Sa quête pourrait être ainsi résumée par la prophétie d'un sâdhu rencontré au cours de son long périple : « Ce que tu cherches, tu ne le trouveras pas, mais ce que tu trouveras, te comblera ». Anne, en Inde, connaîtra des déceptions, de cruelles désillusions mais elle connaîtra également de grandes joies.
    Pondichéry est donc le second tome de cette saga, De Tempête et d'Espoir, écrite par la bretonne Marina Dédéyan, qui clamait, dans Saint-Malo, tout son amour pour sa région de naissance. Ici, avec Anne, nous partons plus loin, nous découvrons ces Indes fantasmées, ces Indes qui habitèrent pendant des siècles l'imaginaire des Européens et leur firent, en quelque sorte, découvrir les Amériques, puisque c'était pour rallier l'Inde et ses richesses, minières, alimentaires et autres, que les explorateurs se lancèrent à corps perdu vers l'ouest. L'Inde était un pays riche en diamants, en épices, fort prisées en Europe comme le poivre, le girofle, et, au XVIIIème siècle, les Européennes raffolaient de ces sublimes toiles que l'on a tout simplement baptisées indiennes. Les Indes furent au centre des préoccupations des Anglais comme des Français, des Portugais comme des Néerlandais et de véritables dynasties d'expatriés grandirent alors sur ce sol étranger.

    De Tempête et d'Espoir, tome 2, Pondichéry ; Marina Dédéyan

    Les ruines de Pondichéry (gravure française de 1769)


    Au travers de la quête effrénée d'Anne, nous découvrons donc un pays, encore pour nous, à l'époque de la mondialisation, méconnu et dépaysant. L'Inde a gardé une identité très forte et, finalement, ce que nous décrit Marina Dédéyan dans Pondichéry ne diffère pas beaucoup de l'image que l'on peut avoir du pays et de ses habitants quand on se représente l'Inde en pensée. On découvre également -même si on le savait depuis le premier tome, déjà-, l'amour fou de cette jeune femme orpheline et seule au monde pour son frère aîné, ce sens inné de la famille issu de leurs illustres ancêtres -en effet, Anne et Jean, nés de Montfort sont apparentés à la famille ducale de Bretagne et donc, par là, à Anne de Bretagne, qui fut deux fois reine de France. On sent le besoin d'Anne de se raccrocher à la dernière figure vivante de son ancien monde, alors qu'il vient de s'écrouler, on sent aussi son besoin irrépressible de comprendre, de trouver une réponse à ses questions, de connaître enfin la vérité. Et, même si cette dernière peut s'avérer parfois terrible, elle est toujours préférable à l'ignorance.
    Roman d'aventures à la Rani, mais aussi roman initiatique -Anne, la catholique fervente, un temps promise au couvent, découvrant qui est elle au milieu de coutumes et d'une religion très différentes des siennes-, Pondichéry est mené tambour battant et se lit de même. Plus captivant que Saint-Malo, j'ai terminé celui-ci en quelques jours tant je me suis sentie emportée par l'intrigue. Même si l'héroïne, m'a parfois un peu tapé sur les nerfs, j'ai quand même admiré sa détermination, son grand courage et sa loyauté filiale. Il fallait être d'une trempe hors du commun pour oser ainsi, en plein XVIIIème siècle, non seulement braver les mers mais aussi les dangers d'un pays inconnu, surtout quand on est une femme.

    De Tempête et d'Espoir, tome 2, Pondichéry ; Marina Dédéyan

    Vision idéalisée de Pondichéry avec son port et ses magasins de la Compagnie des Indes, afin d'attirer commerçants et fournisseurs (gravure française du XVIIIème siècle)


    Le style ne diffère pas beaucoup de celui du premier tome et on retrouve donc une certaine trame linéaire entre les deux romans. La forme de Pondichéry serait peut-être un peu plus facile à suivre que celle de Saint-Malo. En effet, dans ce dernier, on suivait deux récits, menés de front et racontés tous deux par Anne à deux années de différence. Ici, la voix de la jeune femme, qui reste l'un des narrateurs principaux, se mêle aussi à celle de son frère, Jean, sous la forme d'extraits d'un carnet rédigé par le jeune soldat français pendant ses pérégrinations indiennes. Histoire très riche que celle de Jean depuis son arrivée aux Indes, jeune noble ruiné, dans les rangs des armées du général Lally-Tollendal et particulièrement touchante également.
    Cette saga, enlevée, rythmée, aventureuse, plaira certainement aux amateurs du genre et à ceux qui aiment les romans historiques bien documentés : en effet, on sent que le récit est assis sur des bases et des recherches solides de la part de l'auteure et j'ai apprécié le petit glossaire en fin d'ouvrage qui reprend les mots indiens et créoles qui émaillent le récit et peuvent parfois nous paraître un peu flous. Je me suis parfois un peu perdue au milieu des titres et distinctions des dignitaires et grands personnages hindous mais, dans l'ensemble, même sans une très très bonne connaissance de l'histoire des Indes et du contexte historique de l'époque, on arrive à suivre le récit sans trop de problèmes puisqu'il est surtout centré sur une histoire personnelle et sur la quête d'Anne. On le referme avec les yeux pleins d'exotisme et oui, un peu d'émotion, aussi.

    En Bref :


    Les + :
    une intrigue pleine d'aventures, de risques, menée tambour battant.
    Les - :
    pas vraiment de points négatifs à soulever lors de cette lecture...je n'ai pas donné le nombre d'étoiles maximum au livre à cause d'un ressenti personnel mais je n'ai pas forcément relever de choses très gênantes au cours de ma lecture, bien au contraire.

     

    De Tempête et d'Espoir, tome 2, Pondichéry ; Marina Dédéyan

    Pondichéry de nos jours 


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :