• Histoire Passionnée de la France ; Jean Sévillia

    « Dans un pays divisé de croyances, aujourd'hui soumis à des bouleversements ethnoculturels majeurs, tout ce qui rassemble et réunit doit être privilégié. L'histoire de France en fait partie. Apprenons à la connaître pour mieux nous aimer. »

    Histoire Passionnée de la France ; Jean Sévillia

    Publié en 2013

    Editions Perrin

    531 pages 

    Résumé : 

    Jean Sévillia conjugue la profondeur de l'historien et l'esprit de synthèse du journaliste pour nous raconter la grande histoire de la France, des origines à aujourd'hui.

    A l'heure où certains semblent avoir honte de notre passé, il a fait le choix d'insister sur ce qui nous honore et ce qui nous unit, même das les pages difficiles de notre histoire, afin de souligner le caractère exceptionnel de notre pays, si riche en événements et en figures de proue, de Clovis à Charles de Gaulle, en passant par Charlemagne, Saint Louis, Henri IV, Richelieu, Louis XIV et Napoléon.

    Oscillant de crises en révolutions, la France a toujours su surmonter ses divisions pour se réinventer et inspirer le monde, que ce soit par ses idées et ses sources -les racines chrétiennes, l'humanisme de la Renaissance, les Lumières, les intellectuels du XXe siècle- ou ses modèles politiques successifs : la monarchie forte, l'Empire, les républiques parlementaire puis présidentielle. 

    La richesse et la beauté des illustrations forment l'écrin de ce grand récit, personnel, vivant, exhaustif, accessible à tous et qui comble une lacune. Le plaisir d'apprendre en élevant l'esprit insuffle la conviction de la permanence d'un destin français, et partant, les raisons d'espérer. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    L'Histoire de France...ces trois mots ont suffi à donner des boutons à des générations d'écoliers ! Il faut dire que l'enseignement de l'Histoire, au collège et au lycée, est parfois particulièrement rébarbatif et ceci explique peut-être cela. Personnellement, j'ai eu la chance d'avoir de très bons profs d'Histoire, au collège comme au lycée (sauf une) et je suppose que mon intérêt pour la discipline vient de là. Enfin, en partie, parce que j'ai toujours été plus ou moins intéressée par l'Histoire depuis que je suis petite.
    Tenez, on va prendre un exemple : en Quatrième, j'ai choisi Allemand en LV2. Au lycée, j'ai eu une prof que je détestais eh bien aujourd'hui, je crois qu'à part « Bonjour » et « Salade de Patates », je ne sais pas dire grand-chose de plus en allemand ! biggrin J'ai fait un véritable rejet de la matière alors que, à mesure que j'avançais dans ma scolarité, je me suis de plus en plus investie dans l'Histoire, notamment grâce à la façon dont les profs successifs que j'ai eus devant moi ont essayé de nous faire passer leur propre passion.
    Personnellement, je ne crois pas à l'Histoire froide et distanciée. Alors, certes l'historien doit être impartial et cela, je ne peux pas le remettre en question. Le passé est le passé, malgré tout, on n'a pas le droit de le réinventer et les spécialistes de l'Histoire doivent l'aborder de la façon la plus neutre possible. Certes. Mais je ne crois pas que l'on puisse s'investir dans cette discipline sans être passionné. Ou du moins, sérieusement intéressé, si vous trouvez que le mot passionné est un peu excessif. J'ai besoin de sentir de la passion dans le discours de la personne devant moi et, malheureusement, cet intérêt que j'avais pu percevoir chez certains profs de secondaire, je l'ai peu retrouvé à la fac, à part chez certains, mais ils n'étaient pas nombreux -même si je garderai toujours en mémoire une prof d'Histoire Médiévale et mes profs d'Histoire de l'Art.

    Histoire Passionnée de la France ; Jean Sévillia

    Saint Louis rendant la justice sous un chêne (Pierre-Narcisse Guérin, 1816)


    Et je trouve qu'il est dommage qu'aujourd'hui on se détourne de l'Histoire tout simplement parce que ça nous paraît trop élitiste ou, allez, n'ayant pas peur des mots, carrément chiant. Pourquoi l'Histoire devrait-elle rester une simple matière universitaire désincarnée ? Pourquoi tout le monde n'aurait-il pas le droit de s'intéresser à l'Histoire de son pays qui fait partie intimement de sa propre histoire ? Car s'il y'a bien quelque chose d'universel et qui nous concerne tous, c'est l'Histoire. Histoire locale, régionale, nationale, internationale. Tous les pays, tous les peuples ont une Histoire et, à mon avis, il est important que les spécialistes la fassent partager aux autres, ceux qui ne le sont pas mais qui ne demandent qu'à s'y intéresser.
    Un livre comme celui de Sévillia -que j'ai connu notamment grâce à ces chroniques dans Le Figaro Histoire- peut être une bonne introduction. Assez conséquent, il est vrai, puisqu'il court de la période préhistorique jusqu'à l'année 2012 -on passe donc en un peu plus de 500 pages de la protohistoire à l'histoire immédiate, des premiers hommes à l'élection de François Hollande-, il faut prendre son temps pour le découvrir et l'apprécier. Avantage du bouquin : ses illustrations, que l'on ne retrouve pas à chaque page mais presque. Souvent colorées, elles apportent vraiment un plus. Aux images abstraites qui peuvent naître dans notre esprit pendant la lecture se substituent ainsi de vrais moments d'Histoire, que ce soit en portraits ou en photographies, à partir du XIXème siècle. Autre avantage : l'exhaustive bibliographie que l'on peut retrouver à la fin du livre et les nombreuses références dans lesquelles on peut aller puiser pour étoffer telle ou telle connaissance sur tel ou tel sujet.

    Histoire Passionnée de la France ; Jean Sévillia

    Les Trois Glorieuses : 28-29-30 juillet 1830 (La Liberté Guidant le Peuple, tableau d'Eugène Delacroix, 1830)


    Le livre se présente de façon chronologique, ce qui est de toute façon assez logique pour une évocation de l'Histoire d'un pays. Pas mal de dates, bien sûr, d'événements et de personnages se succèdent ainsi au fil des pages. Le seul bémol que je soulèverais c'est que, parfois, l'auteur passait un peu rapidement sur des sujets qui me semblaient importants de développer mais après, à moins d'écrire des pages et des pages, des volumes et des volumes et finir avec une véritable Encyclopédie en 45 tomes, il faut forcément synthétiser, d'autant plus que l'Histoire de France est particulièrement riche et que si on voulait tout dire, on y passerait des décennies !! Disons que l'essentiel est là et que si l'on veut éventuellement approfondir, les références bibliographiques sont là.
    A part ça, deux-trois erreurs qui m'ont un petit peu gênée au cours de ma lecture, mais est-ce vraiment des erreurs ou bien des coquilles, parce que malheureusement, cela arrive souvent ? En fait, je n'ai pas réussi à me prononcer là-dessus !! Je me suis aussi un peu ennuyée sur la partie concernant le XXème siècle car là, le bouquin prend un tour politique certain mais bon, dans l'ensemble, mon intérêt a toujours été capté.
    Je dirais que je conseille ce livre à tous ceux qui aiment l'Histoire et tous ceux qui voudraient en apprendre un peu plus sans se prendre trop la tête. Rien n'empêche ensuite de se tourner vers des bouquins plus universitaires, plus scientifiques et plus thématiques si l'on s'en sent l'envie et si l'on a envie de vraiment aller à fond sur un sujet ou un autre. Ce genre de livres, à mon sens, est une bonne introduction à l'Histoire et l'on en ressort avec des connaissances certaines, ce qui, quand même, n'est pas négligeable, vous ne croyez pas ? wink2

     

     

    Histoire Passionnée de la France ; Jean Sévillia

    Un billet de Cinq Francs, avec le portrait de Victor Hugo

     

    En Bref :

    Les + : livre synthétique, intéressant, très bien illustré.
    Les - :
    quelques petites erreurs, notamment sur des noms, qui auraient pu être évitées.

     

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 18:12
    Alison Mossharty

    ça a l'air très intéressant (malgré les quelques erreurs ^^). Et je suis bien d'accord avec le début de ton article, l'amour d'une matière dépend vraiment de la façon dont les professeurs qu'on a eu nous l'ont enseigné ! (et c'est déjà bien de retenir "salade de patates" en allemand, au moins tu ne mourras pas de faim en Allemagne XD)

    2
    Vendredi 19 Décembre 2014 à 15:54

    Je partage ton point de vue pour l'Histoire, beaucoup s'en désintéresse et cela dépend aussi de la manière dont elle nous est enseignée.

    Je note ce livre que j'ai vu en librairie mais je ne pense pas le lire de suite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :