• Jésus ; Jean-Christian Petitfils

    « Le Jésus de l'Histoire, auquel les disciples renvoient, reste une énigme, un mystère insondable. "Pour vous, qui suis-je ?" leur avait-il demandé. Près de deux mille ans plus tard, la question se pose encore. A chacun, en conscience, d'y répondre. »

    Jésus ; Jean-Christian Petitfils

    Publié en 2011

    Editions Le Club Histoire (collection Le Grand Livre du Mois)

    690 pages

    Résumé : 

    Et si, historiquement, on prenait Jésus au sérieux. Que sait-on de lui ? Qui était-il vraiment : un prophète, un réformateur juif, le Messie attendu par Israël ? Pensait-il être le Fils de Dieu ? Pour quelles raisons a-t-il été exécuté et à l'instigation de qui, Romains ou autorités juives de Jérusalem ?
    Avec le même souci du récit documenté et fluide qui a fait le succès de ses biographies précédentes -Louis XIII, Louis XIV, Louis XVI...- Jean-Christian Petitfils reconstitue le plus exactement possible la vie et le caractère du Jésus de l'Histoire, le replaçant dans l'environnement religieux, culturel et politique de la Palestine de son temps. Utilisant les dernières découvertes archéologiques et les acquis de l'exégèse biblique, Jean-Christian Petitfils, en historien rationnel -mais non rationaliste-, mène cette enquête qui allie avantageusement connaissances scientifiques et ouverture sur le mystère de la foi chrétienne. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    On ne présente plus Jean-Christian Petitfils, historien réputé du Grand Siècle, qui a notamment rédigé des biographies du Roi-Soleil ou des maîtresses de ce dernier, Louise de la Vallière et Madame de Montespan.
    On l'attend moins sur une biographie comme celle-ci et pourtant... lire un livre de Jean-Christian Petitfils, c'est s'assurer de deux choses : la fiabilité des infos et l'apport incontesté de nouvelles connaissances ou d'éclairages inédits.
    S'atteler à une biographie de Jésus, même pour le meilleur des historiens, doit être une tâche difficile. En effet, concernant un tel personnage, comment démêler le vrai du faux et surtout, le légendaire du réel ? C'est d'autant plus compliqué que certaines choses encore aujourd'hui sont difficiles à expliquer : c'est le cas par exemple des Reliques de la Passion ou des miracles.
    Cette biographie était depuis longtemps dans ma PAL mais j’hésitais à l'en sortir. Je savais pourtant que je n'avais aucune mauvaise surprise à attendre d'un auteur comme Petitfils... disons que c'était son sujet qui, soudain, me faisait peur. N'étant pas croyante, cette biographie allait-elle me convenir ? L'auteur ne manquant pas de s'appuyer sur des textes sources mais aussi sur l'exégèse, n'allais-je pas être perdue ? En tant qu'ancienne étudiante en Histoire et Histoire de l'Art, j'ai une assez bonne connaissance de la religion certes, mais surtout de son iconographie, qui est avant tout basée sur des symboles et des conventions s'appuyant sur l'aspect mythique de la Bible et des personnages qui y prennent corps. L'aspect plus rationnel, plus scientifique, m'était quelque peu étranger. Il faut dire que, jusqu'ici, je n'avais pas pris la peine de m'informer plus avant, pour la simple et bonne raison que je n'avais pas encore trouvé le livre qui vaincrait mes réticences et mes hésitations : c'est très difficile à trouver quand on veut quelque chose de fiable, de relativement facile d'accès (parce qu'il était hors de question de me lancer dans une biographie complexe qui m'aurait fait décrocher au bout de cent pages... ce n'était pas le but... en lisant une biographie de Jésus, je voulais en sortir avant tout avec un éventail de connaissances plus important), de ni trop religieux ni trop rationnel, au risque alors de tomber dans une mauvaise interprétation des textes et des événements.
    J'ai aimé l'approche de l'auteur même si elle ne m'a pas surprise, au fond : j'attendais cela d'un auteur que je connais bien et dont le travail m'est familier. Petitfils n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer, comme il nous l'explique dans son introduction assez fournie mais nécessaire pour bien comprendre la suite de son travail. Sa biographie fait moins de 500 pages mais elle est accompagnée d'un dossier final composé d'annexes fournies et intéressantes et d'une bibliographie irréprochable (normal).
    Je ressors de cette biographie avec beaucoup de nouvelles connaissances et une approche un peu plus rationnelle de cette époque. Elle a donc, à mon sens, rempli sa mission haut la main. Je ne lui en demandais pas plus, pas moins.
    C'est un personnage incroyablement charismatique et mystérieux que Petitfils fait revivre sous nos yeux, ce qui, en soi, est une prouesse, pour un personnage qui a vécu à deux mille ans de nous. Certes, avec l'iconographie religieuse, le personnage nous est connu physiquement. Il ne manquait donc plus que de transposer sur cette image une psychologie, pour entrevoir ce qu'a dû être le vrai Jésus. Replacé dans son contexte, c'est dépouillé de son aura religieuse qu'il nous apparaît.

    Une Vierge à l'Enfant du début du XVIème siècle, par Raphaël


    J'ai aimé l'approche de l'auteur, qui ne cherche pas à tout expliquer. Ainsi, il a l'humilité de reconnaître que, encore aujourd'hui, certaines choses restent bien obscures et inexplicables aux scientifiques. Eh oui... à l'heure de la science toute puissante, nos outils actuels, nos connaissances, peinent encore à apporter un éclairage rationnel à certains aspects de la vie du Christ : c'est le cas des Reliques de la Passion, comme je le disais plus haut ou bien du pouvoir thaumaturgique de Jésus. Y'en a-t-il, d'ailleurs ? Peut-être pas. Du moins, pas de satisfaisantes. Le questionnement que l'auteur soulève est le suivant : faut-il, au nom de la vérité rationnelle, tenter de tout expliquer et de faire fausse route ? Et la réponse, évidente, est non. La science, en l'état actuel des choses, n'a pas encore pu fournir, concernant le Suaire de Turin, par exemple, d'explications satisfaisantes...concernant certains miracles non plus...et si l'on est tenté parfois d'appréhender ceux-ci à travers une image allégorique ou métaphorique qui satisferait alors notre esprit cartésien, l'auteur nous met en garde : c'est peut-être aussi commettre un contresens que de vouloir à toute force expliquer certains aspects de son existence qui nous échappent. Il n'est pas question ici de se lancer dans un quelconque débat, de décider qui a tort ou qui a raison...toujours est-il que l'approche de Petitfils est intéressante et même si elle n'a pas toujours satisfait mon esprit trop cartésien peut-être, je dois dire qu'elle est satisfaisante et, dans une démarche de recherche historique, logique. 
    Alors, quel est le Jésus historique ? Lui, le personnage sur lequel les chrétiens ont fondé leur dogme, et qui apparaît indifféremment dans les textes juifs et musulmans, qui est-il ?
    C'est dans une Palestine fortement hellénisée et romanisée que Jésus naît sous le règne de Hérode le Grand, dans les dernières années du premier siècle av. J-C. Fils de Joseph et de Marie, probablement enfant unique -Petitfils remet en doute la thèse assez inédite que Jésus avait une fratrie-, il apprend le métier de son père, charpentier, avant de devenir le prédicateur que l'on connaît et dont les idées jetteront les bases d'une nouvelle doctrine, celle du christianisme.
    Il apparaît que son message prend corps dans un fort contexte d'attente messianique. Ce n'est donc peut-être pas par hasard s'il est alors autant distingué. Oui, le peuple juif attend le Messie et est tout disposé à le rencontrer d'autant plus que Jean-Baptiste, qui prêche sur les bords du Jourdain bien avant Jésus, a annoncé son arrivée. C'est aussi un personnage charismatique et aux connaissances vastes et solides, ayant une bonne compréhension des textes et une vraie maîtrise de la discussion rhétorique et dialectique. Mais aussi, son discours est innovant, anti-conformiste même s'il s'inscrit dans la tradition judaïque et c'est la raison pour laquelle il donnera, après sa mort, naissance aux premiers foyers chrétiens. 
    Malgré tout, il ne fit pas que des adeptes, s’aliéna les pharisiens et les esséniens, entre autres, ainsi que les prêtres du Temple de Jérusalem, ce qui conduisit à son exécution au printemps 33.
    Il n'est pas question dans cette chronique de lancer un débat religieux ou quoi que ce soit d'autre. Personnellement, je ne suis pas croyante mais cela ne m'empêche pas de m'intéresser à la religion, à son fonctionnement, à ses textes. Aujourd'hui, historiquement, on ne peut remettre en question l'existence de Jésus comme celle de ses disciples. Il est donc intéressant de se documenter sur eux d'autant plus que, à partir du moment où on s'intéresse à l'Histoire, on sera amené à côtoyer la religion. Avant la forte déchristianisation du XIXème siècle et les violents mouvements anti-religieux, toute l'Histoire de l'Occident est basé sur un socle commun de croyances qui en reviennent toutes à Jésus. L'art lui-même est bourré de tableaux religieux, intéressants, outre leur qualité picturale, pour le symbole qu'ils recèlent. Mais s'émanciper du mythe pour aller vers quelque chose de peut-être plus terre à terre, sans forcément renier non plus l'inexplicable est une approche vraiment importante et je dois dire que cette biographie très complète m'a apporté une somme de connaissances non négligeables. Je vous avoue que tous les textes cités en exemple n'ont pas été clair pour moi : certains sont restés assez hermétiques même si dans l'ensemble, ils nous permettent de prendre la mesure du message de Jésus et nous montrent combien il était subversif et inédit pour le peuple Juif.
    J'ai appris beaucoup de choses et c'est ce que je voulais en me plongeant dans cette biographie. Il n'y avait pas de raison que je sois déçue de toute façon : pour l'instant, j'ai toujours trouvé tout ce que j'attendais dans les biographies de Jean-Christian Petitfils et c'est encore le cas cette fois.

    Le Sermon sur la Montagne, de Carl Heinrich Bloch (1877) 

    En Bref :

    Les + : une bonne démonstration qui apporte un éclairage complet sur une figure légendaire dont on oublie souvent l'historicité.
    Les - :
     Aucun. 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Janvier à 19:35

    Je t'avoue que ce n'est pas forcément le livre de Jean-Christian Petitfils vers lequel je me tournerai de prime abord. Pourtant après avoir lu ta chronique je suis assez curieuse de découvrir la vie de Jésus. Je me considère comme agnostique, donc lire un ouvrage traitant de sa vie, venant d'un auteur en qui j'ai entièrement confiance pour nous restituer les faits historiques, me semble particulièrement intéressant. Je suis ravie que tu ais pu apprendre autant de choses en tout cas ! 

      • Lundi 23 Janvier à 20:08

        Je n'aurais pas acheté ce livre non plus à la base ! J'étais inscrite il y'a quelques années au Club Histoire...bon, le principe a eu tôt fait de me déranger et j'ai résilié mon abonnement mais ceci est une autre histoire. J'ai quand même découvert de bons livres par le biais de leur catalogue (rendons à César ce qui est à César comme disait, ben...Jésus, justement, ce qui me permet de faire une transition habile pour en revenir au propos du livre cool wink2 )

         

        Je ne suis pas croyante non plus mais j'ai trouvé intéressant de me lancer dans cette lecture parce que l'auteur est réputé et, comme toi, je lui fais une totale confiance. En fac, c'était presque le premier des historiens du Grand Siècle que nos professeurs nos conseillaient dès le début du semestre ! Petitfils était comme qui dirait inévitable... ! Alors lire ses biographies est évident pour moi. Celle sur Jésus l'était moins mais j'ai appris beaucoup. L'auteur essaie d'expliquer de façon rationnelle le personnage, qu'il débarrasse de son aspect mystique et mythique...sans essayer de tout démontrer non plus car, comme je le dis dans ma chronique, certaines choses encore aujourd'hui restent inexplicables, du moins, inexplicables par un biais historique ou scientifique... 

        Bref cette lecture a été intéressante et enrichissante : elle a rempli sa mission en ce qui me concerne. 

    2
    Mardi 24 Janvier à 13:15
    Cellardoor

    J'ai un long parcours de croyante derrière moi, je suis même allée jusqu'au sacrement de la confirmation (j'avais 18 ans à l'époque) mais depuis, ma foi n'a fait que décliner très rapidement et maintenant, à 31 ans, je peux dire que je ne suis plus du tout croyante et ce, depuis de longues longues années... Je n'ai jamais trop réfléchi au pourquoi du comment de cette drôle d'évolution (et je ne vais t'embêter en te racontant ma vie) mais même en étant vraiment athée et en l'assumant tout à fait, je reste assez intéressée par les textes bibliques (plus d'un point de vue littéraire que religieux en fait) mais également par ce fameux Jésus historique, bien différent de celui que j'ai "connu" durant mon enfance et mon adolescence. Je ne sais pas si je serai capable de lire ce bouquin dans son intégralité car si j'aime l'Histoire, ce n'est pas ma spécialité, mais je garde quand même l'idée du titre !

      • Mardi 24 Janvier à 13:45

        Nous n'avons pas exactement le même parcours, personnellement, à part le baptême, je suis assez étrangère à la religion. Mes parents ont reçu une éducation religieuse qui a laissé un héritage, c'est certain...ou pas...en tous cas, ils m'ont laissé le choix et je n'ai pas fait le catéchisme ni les communions. Cela ne me semblait pas nécessaire, pour moi, en tous cas. Après, je comprends l'aide que la religion peut apporter à beaucoup de monde et je ne remets pas cela en question. En ce qui me concerne, je ne me sentais juste pas en phase avec l'Eglise et son discours. 

        Pour autant, au vu de ma formation ultérieure, j'ai forcément été concernée par la religion et par ses textes. J'ai étudié l'Histoire à la fac ainsi que l'Histoire de l'Art. Autant dire qu'on y retrouve souvent la Bible ! En Histoire médiévale, on l'étudie inévitablement ainsi qu'en Histoire de l'Art médiéval. Et on se rend compte que la peinture des XVIème / XVIIIème siècles est aussi fortement marquée par l'héritage chrétien mais surtout par son côté mythique, qui parlait à tout le monde, aux érudits comme à ceux qui l'étaient moins... 

        Que les historiens, actuellement, s'émancipent justement de la tradition biblique et essaient, dans la mesure du possible, de nous livrer des démonstrations rationnelles est intéressant. Je t'avoue que cette lecture m'intriguait tout en me faisant peur avant de la commencer... au final je l'ai trouvé intéressante mais je comprends que, si l'Histoire n'est pas ta spécialité, tu puisses avoir un peu peur avant de te lancer ! Si jamais tu lis ce livre un jour, je serai ravie de voir ce que tu en as pensé et j'espère que tu aimeras ou, tout au moins, que tu en ressortiras avec des connaissances nouvelles. 

    3
    Dimanche 19 Février à 21:27

    C'est vrai que ce n'est pas vraiment sur ce sujet qu'on l'attendait. Contrairement à toi, ma lecture de cet ouvrage ne s'est pas vraiment bien passé. Je n'ai pas eu le sentiment d'apprendre beaucoup de choses (je ne connais pourtant pas tout sur la religion) et le texte ne me paraît pas abordable pour tous. C'est dommage, car j'adore les écrits de cet historien autrement

      • Dimanche 19 Février à 22:08

        Je comprends ton ressenti. C'est vrai que ce n'est pas la biographie la plus évidente de Jean-Christian Petitfils...j'avais commencé à lire ses productions avec des biographies de Madame de Montespan et de Louis de la Vallière et c'est vrai que ça n'a rien à voir. De toute façon, je crois qu'il est difficile de rendre une biographie de Jésus vraiment abordable. C'est inévitable que des points de religion plus ou moins compliqués vont être évoqués...après, c'est à la sensibilité de chacun de s'adapter, c'est sûr. Personnellement, j'ai derrière moi des études d'Histoire et d'Histoire de l'Art qui m'ont familiarisée avec la religion chrétienne, ses codes, sa mythologies, son iconographie. Je pense que ça m'a aidée. Mais je comprends bien que cette lecture ait pu être laborieuse pour toi. 

        Personnellement, j'ai surtout appris sur le contexte dans lequel Jésus existe et dans lequel son mythe prend forme. J'ai mieux compris la société du temps avec cet ouvrage. Aucune explication effectivement sur ce qu'on appelle les miracles...au départ, au cours de ma lecture, je dois dire que ça m'a gênée et puis j'ai compris la démarche de l'auteur... il se refuse à tout expliquer de peur de tomber ensuite dans le contresens...c'est le problème si on cherche à tout voir à travers un prisme rationnel. J'avoue que mon côté ultra-cartésien là-dessus a été mis à rude épreuve ceci dit... cool

        Il faudrait peut-être que je lise une autre biographe mais franchement, pour le moment...ça n'est pas à l'ordre du jour ! ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :