• La Cité de Feu ; Kate Mosse

    « Lorsque le commun des hommes croit pouvoir agir ainsi, sans la moindre crainte, alors peu importe ce que juges et prêtres ont à dire sur le sujet. C'est trop tard. »

    Couverture La Cité de feu

     

     

     Publié en 2018 en Angleterre 

     En 2021 en France (pour la présente édition)

     Titre original : The Burning Chambers

     Editions Pocket

     736 pages 

     

     

     

     

    Résumé :

    France, 1562. De Toulouse à Carcassonne, l'intolérance est la plaie du temps. Hors les murs, les troupes du cruel duc de Guise aiment à faire couler le sang protestant, au grand dam du prince de Condé...C'est dans cette atmosphère de massacre que Marguerite Joubert, catholique, fille d'un libraire livré à l'Inquisition, fait la connaissance d'un fugitif huguenot -que l'on dit mêlé à la disparition d'une mystérieuse relique...Réunis par le destin, traqués l'un et l'autre pour un secret qui les dépasse, leur chemin sera semé d'embûches et de complots, jusqu'à l'ardente Cité de feu... 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    1562, dans le Midi de la France. Marguerite Joubert, surnommée Minou, est la fille d'un libraire carcassonnais sans histoires. Elle mène une vie tranquille entre son père, son jeune frère et sa petite sœur de sept ans, Alis, qu'elle élève depuis la disparition de leur mère. Mais cette existence pourrait bientôt se trouver troublée, d'abord par le contexte général en France à l'époque (le début des années 1560 marque aussi le début des Guerres de Religion, qui ne prendront fin qu'en 1598) et aussi par un secret vieux de vingt ans qui semble bien près d'être révélé... Minou va apprendre un secret qui la concerne et qui pourrait bien remettre en question tout son avenir tandis qu'elle se lie d'amitié avec un jeune huguenot d'origine hollandaise, Piet, recherché pour le vol d'une mystérieuse relique. Dans ce Midi de la France prompt depuis le Moyen Âge à abriter ceux qui ne pensent pas comme les autres et qui sera d'ailleurs une terre d'élection pour les protestants comme elle avait pu l'être au XIIème siècle pour les cathares, une course contre la montre s'engage entre Minou, Piet et leurs poursuivants ; une véritable course contre la montre pour faire triompher la liberté de culte et le désintéressement face à la corruption, les ambitions viles et la mauvaiseté.
    Kate Mosse aurait pu faire le choix de raconter uniquement la grande Histoire, qui est alors très riche, non seulement en événements mais aussi en personnages intéressants (et j'avoue que j'aime aussi beaucoup ce type de romans, étant une grande passionnée d'Histoire) : quand elle fait démarrer son récit, à la fin de l'hiver 1562, la France ne le sait pas encore mais elle s'achemine vers un premier conflit qui sera le point de départ de plusieurs autres. Tandis que l'Angleterre est déjà tombée dans les bras des protestants et que l'est de l'Europe ne cesse de se convertir, en France, la liberté de culte qui essaime aussi conduira à une longue guerre civile émaillée de trêves plus ou moins longues et plus ou moins respectées qui reste aujourd'hui étroitement liée aux règnes des derniers Valois et à la régence de Catherine de Médicis, dont la légende noire est encore de nos jours particulièrement vivace. Ces conflits ne prendront effectivement fin qu'à la signature de l'Edit de Nantes, à l'initiative d'Henri IV, en 1598. Cette époque est ponctuée d'événements suffisamment marquants pour être développés dans des romans historiques ou des romans d'aventures, le romancier a matière aussi dans les personnages : les Guise, l'amiral de Coligny, les rois Valois, du faible Charles X manipulé par sa mère à son frère Henri III qui paiera de sa vie l'instabilité politique et religieuse de son royaume, la trop belle et trop sensuelle Marguerite de Valois, sacrifiée comme un pion politique et dont les noces restent marquées du sang de la Saint-Barthélémy,...oui, franchement il y'a matière.
    Mais elle a décidé de faire autrement et d'intégrer une petite histoire dans la grande, celle de Minou Joubert et de Piet Reydon, symboles à leur manière des deux camps en présence à l'époque (elle est catholique, il est protestant) et qui se retrouvent subitement à lutter pour une cause qui les dépasse. Elle aurait pu faire le choix de nous raconter, comme c'est bien souvent le cas, l'Histoire depuis Paris, elle nous emmène en fait dans le Midi, entre Carcassonne, Toulouse et le village de Puivert, en pleine montagne, dans cette ancienne région des Cathares (Puivert fut d'ailleurs un repaire cathare avant d'être pris par Simon de Montfort en 1210 et intégré au royaume). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça fonctionne et que je me suis prise au jeu de cette quête effrénée : une mystérieuse relique volée, un testament susceptible de changer bien des choses, une guerre civile violente qui commence à se répandre comme un poison, un prêtre sans scrupules et avec trop d'ambition, une belle châtelaine qui est la monstruosité incarnée... c'est très romanesque mais ça fonctionne si bien ! C'est plein de souffle, c'est épique et après m'être prise au jeu, j'ai été piquée jusqu'aux dernières pages.
    Le début a été un peu long pour moi, un peu laborieux et, oui, n'ayons pas peur des mots, je me suis légèrement ennuyée pendant les cent premières pages. Puis le récit s'emballe, devient plus dynamique et se déroule avec fluidité. Pour moi qui ne connaissais pas Kate Mosse, c'est vraiment une belle découverte et j'ai passé un excellent moment. L'auteure mélange avec passion faits historiques avérés et fiction et elle maîtrise parfaitement bien l'Histoire de France, suffisamment en tout cas pour la mettre au service de son récit, qui est particulièrement cohérent et addictif. Un poil manichéen aussi, il faut bien le dire, sans que cela ne m'ait gênée outre-mesure.
    Si vous aimez les romans où le souffle de l'Histoire se mêle à celui de destins privés et plus confidentiels, si cela ne vous déplaît pas de voir le contexte s'effacer au profit de la fiction, si les personnages déterminés et pleins d'idéaux vous séduisent, alors vous ferez sûrement une bonne pioche avec ce premier roman, qui est suivi d'un autre, se passant dix ans plus tard, La Cité des Larmes.

    En Bref :

    Les + : un récit historique et d'aventures, dans une région grandiose. Une plume avertie et une auteure qui maîtrise bien son sujet dont on sent transparaître la passion pour l'Histoire de France et le Midi, qu'elle met régulièrement en lumière dans ses romans. 
    Les - :
    un début un peu long...


     

    La Cité de Feu ; Kate Mosse 

    Mémoires de la baronne d'Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789 ; Henriette Louise de Waldner de Freundstein, baronne d'Oberkirch LE SALON DES PRÉCIEUSES EST AUSSI SUR INSTAGRAM @lesbooksdalittle

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :