• La Duchesse de Berry : l'Oiseau Rebelle des Bourbons ; Laure Hillerin

    « Caroline est un oiseau rebelle. Toute sa vie, elle a cherché à forcer le destin, à s'échapper des cages où l'on voulait l'enfermer. »

    La Duchesse de Berry : l'Oiseau Rebelle des Bourbons ; Laure Hillerin

     

    Publié en 2016

    Editions Flammarion (collection Biographie)

    540 pages 

    Résumé : 

    Tempêtes, révolutions, assassinat, enfant posthume, exil, conspirations, chevauchées nocturnes, trahison, geôle, amours interdites, mariage secret, fêtes vénitiennes... L'existence de Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry (1798-1870) réunit tous les ingrédients d'un drame romantique digne d'Alexandre Dumas - dont elle fut à deux reprises l'inspiratrice. Cette Bourbon pas comme les autres fut l'une des figures les plus célèbres du siècle, par son audace et l'espoir dynastique qu'elle incarnait : son fils, le comte de Chambord, aurait régné sous le nom de Henri V, si Louis-Philippe n'avait pris le pouvoir en 1830 et contraint les Bourbons à l'exil. En s'appuyant sur un rigoureux travail de recherche et sur des sources jamais explorées à ce jour, Laure Hillerin (dont la trisaïeule fut l'amie d'enfance de la duchesse de Berry) brosse un portrait grandeur nature de cette femme qui fit rêver Balzac et Chateaubriand. Du château de Rosny au palais Vendramin à Venise, en passant par le Bocage vendéen ; de la sauvageonne élevée sans contraintes dans le cadre pittoresque de la cour des Deux-Siciles jusqu'à l'aïeule qui s'éteint en Autriche au milieu de sa nombreuse progéniture ; de la rebelle traquée par la police de Louis-Philippe jusqu'à la mère de Henri V, éloignée de son fils par sa propre famille, l'auteur nous fait pénétrer dans l'intimité d'une femme hors du commun, en avance sur son époque à bien des égards. Une femme généreuse, mécène, bâtisseuse et amie des arts. Une femme libre, naturelle et sans préjugés dans une époque corsetée. Un tempérament passionné et subversif qui, toute sa vie, n'a cessé de provoquer le destin, braver les interdits et bousculer les convenances.

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    Elle est née en 1798. Elle est morte en 1870 et a ainsi traversé une époque très riche. Elle est née à Naples, a vécu son enfance en Sicile, dans une famille grandiloquente et truculente, a parcouru la France pour défendre les intérêts de son unique fils, Henri, elle est morte en quasi-exil, en Autriche, comme bon nombre de membres de la famille Bourbon. Elle a été une personnalité exaltée et exaltante. Elle, c'est Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, la petite-fille du roi Ferdinand IV. Par lui, elle descend des rois d'Espagne, donc de Louis XIV. Par sa grand-mère, Caroline, elle est une descendante de la grande Marie-Thérèse, une petite-nièce de Marie-Antoinette... Elle est donc aussi une Habsbourg dont elle héritera la bouche en cerise caractéristique de la lignée et la ressemblance avec sa cousine Marie-Louise, l'épouse de Napoléon, de sept ans son aînée. Elle est aussi la nièce de Marie-Amélie, l'épouse de Louis-Philippe. Si Marie-Caroline est née avec un sang particulièrement bleu, comme beaucoup de monarques à l'époque, elle a connu des moments difficiles : l'exil, le manque d'argent, les révoltes populaires, des fastes surannés sous les ors fanés de palais inhabités, la perte de ses repères. Comme sa cousine archiduchesse puis impératrice des Français, comme sa tante reine des Français, elle connaîtra des revers de fortune, elle montera haut et descendra très bas. Elle reste pourtant un personnage assez unique, familier et en même temps, qu'on ne connaît pas vraiment, comme souvent les femmes dans l'Histoire. Laure Hillerin, l'auteure de cette biographie, est journaliste et historienne. Elle a surtout une trisaïeule, Suzette, qui fut l'amie d'enfance de Marie-Caroline, avant qu'elle ne soit duchesse de Berry. On peut comprendre alors la tendresse de l'auteure pour son objet d'études, qui dépasse assurément celui du pur intérêt historique. Laure Hillerin écrit sur une figure familière et qui a jalonné sa vie, par des souvenirs et des récits. La duchesse nous apparaît étonnamment proche sous la plume de sa biographe, comme si les années qui nous séparent d'elle fondaient soudainement : Marie-Caroline n'est plus perdue dans les limbes d'une Histoire parfois instrumentalisée, nous donnant ainsi une image faussée d'une femme qui a pâti d'en être une et de s'être battue pour ses convictions. L'auteure a choisi de ne pas se concentrer uniquement sur l'existence française de Marie-Caroline, car elle ne fut pas que duchesse de Berry. Enfant, elle fut une princesse des Deux-Siciles, ses dernières années, elle les vécut en tant que comtesse de Lucchesi-Palli. Entre les terrestre brûlées de son enfance, en passant par les ors parisiens, le bocage vendéen, les brouillards d'Angleterre et l'obscurité de l'exil loin de la France, Marie-Caroline a eu une vie bien remplie. Du beau, du moins beau, du courage, de la détermination, des erreurs et des coups d'éclat : s'il y'a bien d'une chose qu'on ne peut taxer Marie-Caroline, c'est bien de fadeur. Piquante, la jolie petite princesse blonde force l'admiration du lecteur.

    Portrait de la duchesse de Berry par Sir Thomas Lawrence (1825)

    Laure Hillerin brosse un portrait très chaleureux de la duchesse, un portrait qui nous la rend très proche, bien plus que les vagues idées reçues que l'on a d'elle. Finalement Marie-Caroline de Berry me fait penser à toutes ces princesses du XIXème, dont le destin ne peut être ni heureux ni flamboyant : avec sa cousine Marie-Louise, avec Hortense de Beauharnais, on dirait qu'elles sont enfermées dans des carcans trop grands pour elle mais trop petits pour une époque qui avance à toute vitesse et les fait craquer de toute part. C'est tout le contraste des cours du XIXème, agrippées à des privilèges et des protocoles obsolètes mais en même temps tournées vers l'avenir et qui finissent par broyer ceux qui en font partie. Exils, revers de fortune...Rien ne sera épargné à ces femmes qui, de princesses vont rétrograder rapidement et brutalement. Mais, pour Marie-Caroline comme pour Marie-Louise avec Neipperg, ce sera l'occasion de connaître une vie plus paisible, loin de la représentation et de son insincérité. Laure Hillerin m'a agréablement surprise : un peu comme Jean des Cars, elle allie à la rigueur de l'historien la plume chaleureuse du romancier, qui n'instaure pas de distance avec son objet d'études. Marie-Caroline, l'oiseau rebelle des Bourbons, telle qu'elle est surnommée très justement par sa biographe, est très vive, avec un vrai relief. La jolie Sicilienne, qui n'a pas hésité à prendre les armes pour défendre son fils et ses droits, courageuse, exaltée, revit, à cent-cinquante ans de distance. Née à la fin de la Révolution, morte au même moment que l'Empire, en 1870, après avoir connu l'amour avec Lucchesi-Palli et goûté à la tranquillité domestique, celle qui fut si brièvement duchesse de Berry mais en garda à jamais le nom, Marie-Caroline traverse tambour battant sa vie mais aussi une époque riche en bouleversements, qui a participé à forger la nôtre. Marie-Caroline, descendante de Louis XIV et ancêtres des souverains actuels d'Europe, est un trait d'union entre l'Ancien Régime et le XXIème siècle. Un trait d'union qui mériterait d'être plus connu, dans toutes ses nuances et à qui Laure Hillerin rend toute sa complexité immensément humaine. Car, finalement, si ce qui faisait de Marie-Caroline une héroïne n'était pas tout simplement son aspect étonnamment humain et imparfait ?

    En Bref :

    Les + : une belle biographie, chaleureuse mais aussi rigoureuse, ni trop courte ni trop longue, qui embrasse le personnage de Caroline dans toute sa complexité. 
    Les - : je n'en ai pas trouvé. 


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Cellardoor
    Samedi 14 Avril à 11:06
    Cellardoor

    Je ne sais pas si je lirai un jour cette biographie mais en tous cas, tu en parles divinement bien et tu donnes envie d'en savoir un peu plus ! :)

      • Samedi 14 Avril à 20:05

        Oh merci, Cellardoor, c'est vraiment très gentil ! yes J'avoue que le livre m'a inspirée, comme le personnage de Marie-Caroline, d'ailleurs, que j'ai redécouvert à l'occasion de cette lecture ! cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :