• La Florentine, Intégrale, tome 2 : Fiora et l'Amour

    « Pour moi, entrer en amitié c'est comme entrer en religion. Cela crée des obligations et un lien véritable. L'amitié, vois-tu, c'est l'amour sans ailes. »

    La Florentine, Intégrale, tome 2 : Fiora et l'Amour

    Publié en 2012

    Editions Pocket 

    824 pages 

    Second tome de l'intégrale de la saga La Florentine

    Comprend Fiora et le Pape ; Fiora et le Roi de France

    Résumé :

    Lovée dans l'exquis manoir tourangeau dont Louis XI lui a fait don, Fiora attend la naissance de son enfant lorsqu'elle apprend une terrible nouvelle : son époux le Bourguignon rebelle a été condamné à mort pour avoir refusé de se rallier à la France.                                                                     Effondrée, Fiora devra pourtant vite se relever pour affronter ceux qui désirent sa perte. Bientôt, elle retrouvera Florence et les Médicis. Mais le destin lui réserve encore bien des surprises.  

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Après ses pérégrinations en Bourgogne, où elle a retrouvé son époux, Fiora, dans le calme d'une petite maison de Touraine, gracieusement offerte par Louis XI, attend sereinement la naissance de son premier enfant. Enfin...sereinement est beaucoup dire car, dans la mesure où l'existence de la jeune femme s'est un peu calmée depuis la mort du Téméraire et son propre retour en France, elle n'a pas de nouvelles de son époux, resté en Bourgogne et ayant dans l'idée d'aller proposer son épée et ses services à la fille du duc Charles, Marie de Bourgogne...
    Et Fiora n'aura pas beaucoup de temps pour se familiariser à sa nouvelle maternité, car les soucis ne sont pas loin...alors que son petit garçon n'a que trois mois, la voilà soudain enlevée dans son petit ermitage des bords de Loire et sur ordre de qui ? Mais du pape lui-même ! Alors qu'elle croyait avoir quitté l'Italie sans espoir de retour, voilà Fiora en route vers Rome, où elle va rencontrer Sa Sainteté, le pape Sixte IV, encouragé en cela par une ennemie mortelle de Fiora, qui ne cherche qu'à lui nuire. Dans la Ville Éternelle, où les ruines des palais antiques voisinent avec celle, bien plus exubérantes, des demeures des grandes familles -Colonna, Orsini, Censi, Riario-, qui se déchirent, enfin dans cette Rome corrompue par l'argent et le crime, Fiora va faire la connaissance d'hommes sans scrupules et prêts à tout pour leur propre gloire, à commencer par le pape et sa coterie, formée par sa grande famille. Elle va aussi susciter l'intérêt, belle comme elle est, d'un prélat pas comme les autres -quoique...- et qui accédera au pontificat quelques années plus tard, un prélat venu d'Espagne et qui répond au célèbre nom de Rodrigo Borgia. Mais Fiora va aussi faire la connaissance d'une jeune fille douce et gentille, la petite Caterina Sforza, qui n'est pas encore la maîtresse femme qui soutiendra, plusieurs années plus tard, le siège de Forli contre Cesare Borgia. Cette jeune fille, mariée de force à l'un des neveux du pape, un Riario, a cependant toute l'affection de Sa Sainteté et elle va essayer de sauver Fiora des chausse-trappes la guettent dans la ville papale. C'est elle, ainsi, qui avertit la jeune florentine des dangers qui guettent les Médicis, sagement retranchés dans leur superbe ville. Nous sommes en 1478 et un événement tragique -et avéré- ne va pas tarder à ensanglanter la ville au Lys Rouge : en effet, cet épisode, qui restera dans l'Histoire sous le nom des « Pâques Sanglantes » ou de « Conjuration des Pazzi », approche doucement...les Pazzi, famille florentine offensée par les Médicis, n'a de cesse de se venger d'eux et, avec l'appui du pape, qui arme leur main, les membres de la lignée vont essayer d'assassiner les deux frères, Lorenzo et Giuliano, lors de l'office de Pâques 1478. C'est le cadet, Giuliano, qui n'en sortira pas vivant tandis que Lorenzo fera peser une terrible justice sur les conjurés...prévenue de ce complot qui se trame contre ceux pour qui elle a toujours eu de l'estime, Fiora décide de courir, à bride abattue, vers Florence, afin de prévenir à temps les deux frères...et si elle n'y parvient pas, elle devient, quelques temps plus tard, elle que l'on avait traitée publiquement en paria, le plus beau joyau de Florence en suscitant et en répondant à l'amour du Magnifique...

    Portait de Lorenzo de Médicis (portait anonyme)


    Mais les aventures ne sont pas terminées pour Fiora, qui va repartir sur les routes pour essayer de retrouver cet époux perdu de vue depuis des mois et qu'elle croyait mort et qui va devoir encore, avant de pouvoir goûter enfin à la paix, affronter un dernier ennemi en la personne du barbier de Louis XI, le fourbe Olivier le Daim...
    Ce deuxième volume des aventures de Fiora est un peu moins foisonnant que le premier et il est plus facile de s'y plonger. On se laisse entraîner avec un peu plus de passion dans cette nouvelle intrigue qui se noue enn Italie -elle est plus intéressante que celle ayant pris part entre l'héroïne et le Téméraire-, et c'est aussi avec plaisir que l'on retrouve les splendeurs de Florence, même si la ville n'est plus la même depuis l'affreuse mort de Giuliano sur les dalles de Santa Maria dei Fiori. Certaines péripéties, tout comme dans le premier volume, sont cependant encore une fois un peu invraisemblables...enfin disons que trop d'aventures et de péripéties finissent justement par tuer les aventures et les péripéties et c'est un peu dommage car cela enlève quelque charme à une intrigue plutôt originale et bien traitée, avec des bases historiques solides. Encore une fois j'ai déploré, parfois, des dialogues un peu ampoulés qui alourdissent malheureusement la narration. Pour autant, le roman est mené tambour battant, avec moins de longueurs que dans le premier volume et malgré quelques intrigues un peu téléphonées, on se laisse volontiers emporter dans cet univers bien particulier. Fiora devient malheureusement un peu insupportable au lecteur à mesure que l'intrigue avance. Cette jeune femme a certes beaucoup de courage pour affronter tout ce qui lui tombe sur la tête brutalement mais ses réactions parfois un peu puériles finissent par agacer. Pour ce qui est de sa relation avec le roi Louis XI, parfois peu crédible, elle dessert aussi un peu le récit, ce qui est dommage. Cela dit, on est content pour elle que le dénouement de ses aventures ne se finisse pas comme elles ont commencé et le happy end, attendu mais presque nécessaire dans ce genre de récit, est le bienvenu.
    Bref, une saga en demi-teinte, ni excellente, ni médiocre pour autant. Le sujet est original, sinon innovant. Mais quelques lourdeurs de style et des invraisemblances malheureuses la desservent. Cela reste cependant une bonne lecture historique, à conseiller aux amateurs du genre mais aussi aux lecteurs qui aiment les aventures.

    Le roi de France, Louis XI (portrait anonyme du XVème siècle)

     

    En Bref :

    Les + : l'intrigue encore une fois et la façon inimitable de Juliette Benzoni de nous raconter des histoires.
    Les - : des dialogues lourds, des rebondissements un peu téléphonés et une héroïne qui devient un peu difficile à supporter par instants.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :