• La Vérité à propos d'Alice ; Katherine Webb

    « Chaque fois qu'elle pensait aux mots que Jonathan avait écrits, elle éprouvait une bouffée de profond chagrin, furieuse et indignée que le monde se soit révélé aussi laid et aussi cruel, alors qu'Alice lui avait appris à penser qu'il était juste et beau. C'était un sentiment froid et écrasant.   »

    La Vérité à propos d'Alice ; Katherine Webb

     

    Publié en 2013 en Angleterre ; en 2016 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Misbegotten

    Editions Pocket

    667 pages 

     ÃƒÂƒÃ‚ƒÃ‚‚« Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Résumé :

    Angleterre, 1821. En épousant Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Mais derrière le commerçant affable se cache un homme colérique et opportuniste...Pour tromper l'ennui, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn de lui faire rencontrer son fils reclus, Jonathan, vétéran de la guerre d'Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les apparences masquent de profondes failles : pourquoi Jonathan réagit-il si vivement à sa vue ? Qui était Alice, sa fiancée disparue et à qui Rachel ressemble si fortement ? 
    Décidée à percer le secret de la maison Alleyn, Rachel n'a bientôt plus qu'une idée en tête : découvrir la vérité à propos d'Alice...

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    En 1821, à Bath, Rachel Crofton épouse Richard Weekes. Mal mariée, la jeune femme s'ennuie rapidement, d'autant plus que son époux s'avère colérique et un peu trop porté sur la boisson...
    Présentée à Mrs Alleyn, dont le fils Jonathan, est revenu extrêmement diminué de la campagne en Espagne en 1808-1809, Rachel fait un effet étrange à cette famille... Qui est cette Alice dont personne ne veut parler -hormis la servante, Starling, qui a passé son enfance avec elle- et à qui Rachel ressemble étrangement, au point que tous ceux qu'elle rencontre et qui ont connu Alice sont troublés ? Quel secret entoure la disparition de cette jeune femme, au point de faire voler en éclats les vies de ceux qui l'ont connue et aimée et cherchent à savoir ce qui lui est arrivé ? A-t-elle quitté la région ? Ou bien est-elle est morte ?
    Quant à Rachel, le mystère qui entoure la disparition d'Alice lui ramène à l'esprit un événement bien triste, survenu dans son enfance et qui menace de la submerger de nouveau. En devenant lectrice de Jonathan Alleyn, Rachel parviendra-t-elle à en apprendre un peu plus sur Alice et cela lui permettra-t-il aussi de trouver la paix de son côté ?
    Dans une Angleterre géorgienne pleine de préjugés, encore marquée par la désastreuse campagne d'Espagne de 1812, évoluent des personnage bien plus torturés et hantés par leurs secrets et leurs agissements passés qu'on ne le croit au premier abord, pour donner finalement une intrigue parfaitement ficelée, haletante et qui monte en puissance jusqu'à la révélation finale qui balaye tout sur son passage, les morts comme les vivants...
    Ce roman m'a fait l'effet d'être un savant mélange entre Jane Austen et Emily ou Charlotte Brontë. Jane Austen pour l'univers : les salons, les bals, les réceptions, les tenues des dames, les demeures... On est dans Orgueil et Préjugés, dans Persuasion, dans Lady Susan... Et j'évoque les soeurs Brontë parce que l'ambiance que l'auteure applique à son intrigue et très sombre par moments et on a d’ailleurs l'impression de naviguer dans un brouillard opaque et noir, qui met mal à l'aise.
    D'ailleurs, j'ai trouvé intéressant que l'auteure choisisse cette époque - là pour situer son intrigue parce que, finalement, hormis dans les classiques du XIXème siècle, l'époque victorienne est souvent préférée à l'époque géorgienne alors que celle-ci est finalement très intéressante aussi, à bien des égards...
    Par certains aspects, le roman de Katherine Webb m'a aussi rappelé Belgravia, de Julian Fellowes : les personnages, l'intrigue, articulée autour d'une secret, se ressemblent un peu.
    La Vérité à propos d'Alice n'est pas un récit extrêmement optimiste et la mort n'est jamais loin, que ce soit celle, possible, d'Alice ou celles qui, comme Jonathan Alleyn, hantent les soldats depuis la guerre d'Espagne, dix ans plus tôt...
    Et pourtant, il est difficile de lâcher le roman une fois qu'on a commencé ! L'envie de connaître la suite et le dénouement final vient très vite et, si j'ai mis du temps à m'attacher aux personnages, même à Rachel, malgré tout mon intérêt n'a jamais flanché... Moi aussi j'ai cherché à comprendre ce qui avait pu arriver à Alice, cette mystérieuse jeune femme sur laquelle on ne sait que peu de choses mais qui semble profondément aimable et gentille... Qui est-elle réellement, cette fameuse Alice ? Rapidement, on comprend qu'elle a peut-être une importance qu'elle - même ne soupçonne pas et un passé peu évident, malgré son jeune âge.
    Au-delà de ça, Katherine Webb nous livre une description fine, une analyse presque psychologique de ses personnages qui, on s'en rend compte vite, ont tous quelque chose à cacher ou des secrets qui les rongent... Aucun n'est serein, pour différentes raisons mais celles-ci, quelles qu'elles soient dépeignent bien la fragilité et les limites humaines.
    J'ai trouvé aussi que La Vérité à propos d'Alice était un roman violent à bien des égards : violence physique, violence psychologique mais aussi violence de la vie, tout simplement, car à Bath au début des années 1820, cohabitent très riches et très pauvres, vivant dans la misère la plus noire.
    Mais finalement, plus que cela, c'est vraiment l'histoire intime, entre les personnages, qui m'a plu... Je me dis que, finalement, cette histoire aurait pu me plaire située à n'importe quelle époque... Ce qui est intéressant finalement c'est de voir comment chacun des protagonistes va vivre avec ses propres secrets, parfois sa culpabilité ou son désir de vengeance, au point d'être bientôt déterminé et presque piloté par eux, comme Duncan Weekes, le beau - père de Rachel, ravagé par ce qu'il a vu et qu'il n'aurait jamais dû voir, Starling que sa haine et son désir de savoir maintiennent debout et en vie après qu'elle ait tout perdu, Jonathan Alleyn, revenu presque fou d'un conflit qu'il ne peut oublier et dont les images le rongent au plus profond de lui.
    La Vérité à propos d'Alice est un gros roman, très dense et qui demande une certaine concentration parce qu'il y'a beaucoup de choses à assimiler et parce qu'un même événement peut être vu par les yeux de personnages différents...
    Enfin, le récit ne cesse d'aller et venir dans le temps. Ainsi, on comprend mieux aussi comment on en est arrivé là, on pressent ce qui va arriver, presque inéluctablement... On découvre Alice encore adolescente, alors que sa passion fulgurante de jeunesse, à laquelle elle ne veut renoncer est en train de transformer son destin, pour son malheur. On découvre Starling, mystérieuse petite fille dont on ne sait rien et qui est recueillie par Alice. On suit Jonathan Alleyn dans l'horreur complète du conflit espagnol...
    Il y'a beaucoup de choses à assimiler dans ce roman et il faut prendre son temps mais au final, on ne le voit pas passer !
    C'est le troisième Katherine Webb que je lis, après L'Héritage et Pressentiments, qui m'avaient un peu rappelé les romans de Kate Morton...Là on est dans quelque chose de légèrement différent même si on retrouve le secret en colonne vertébrale du récit... Je crois pouvoir dire que La Vérité à propos d'Alice est le roman de l'auteure qui m'a le plus plu et m'a paru peut-être le plus abouti, le plus maîtrisé. L'intrigue est bien ficelée, cohérente, compliquée... Elle nous perd en tours et détours pour finalement mieux nous retrouver et fait naître chez le lecteur tout un tas de sentiments et émotions divers.
    Ma première lecture de 2019 n'est pas un coup de cœur mais il s'en est fallu de peu. C'est une excellente découverte.

    En Bref :

    Les + :  une intrigue bien ficelée, originale, intéressante, où le drame n'est jamais loin mais la romance aussi...Une belle histoire. 
    Les - : 
    peut-être le début, que j'ai trouvé légèrement trop lent, m'a-t-il fait passer près du coup de cœur sans me le faire toucher du doigt. A part ça, rien à reprocher à ce roman.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Janvier à 17:09
    zofia

    Ce roman a l'air pas mal du tout ! et j'ai hâte d'avoir ton avis sur Le gang des rêves que je commence à croiser de plus en plus...

      • Lundi 21 Janvier à 19:03

        Oui je te recommande ce roman ! cool Et les deux autres de Katherine Webb d'ailleurs mais c'est vrai que celui-là est à part, a mon sens ! ^^ C'est le plus abouti, le plus maîtrisé... Je ne dirais pas que c'est le meilleur parce que c'est subjectif mais je dirais que celui peut-être qui consacre l'auteure... wink2 Pressentiments et L'Héritage sont un peu prévisibles... La Vérité à propos d'Alice est un cran au dessus... A conseiller encore et encore ! sarcastic

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :