• La Voleuse de Livres ; Markus Zusak

    « La voleuse de livres avait frappé pour la première fois. C'était le début d'une carrière illustre. »

    La Voleuse de Livres ; Markus Zusak

    Publié en 2007 en Australie ; en 2014 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Book Thief

    Editions Pocket

    632 pages

     

    Résumé :

    Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Un énième livre sur la Seconde Guerre Mondiale, c'est ce que l'on peut se dire en ouvrant La Voleuse de Livres. Oui, mais -parce qu'il y'a toujours un mais, dans ce genre d'histoires-, justement, La Voleuse de Livres n'est pas un ÉNIÈME livre traitant de la guerre. Tout d'abord, de part la manière dont l'auteur traite son sujet, le livre en devient alors tout à fait novateur.
    Le narrateur ne sera ni un personnage du livre ni même un narrateur omniscient, c'est encore bien plus compliqué. Celle qui se propose de nous raconter l'histoire de la voleuse de livres, Liesel Meminger, c'est la Mort. Ni plus ni moins. La Mort qui, en cette période de guerre, eut fort à faire, on le sait. Seulement Liesel, cette jeune Allemande, lui échappa par trois fois et suscita alors la curiosité de la Mort. Une prouesse, car la Mort n'est pas là pour s'attarder quand elle vient chercher une âme. Eh bien Liesel réussit le tour de force de l'intéresser sans pour autant qu'elle ait envie de l'emmener. Et c'est son histoire d'adolescente dans l'Allemagne nazie que la Mort se propose alors de nous raconter.
    Au début de l'année 1939, Liesel, sa mère et son petit frère, cheminent vers une petite ville proche de Munich, Molching, où la pauvre femme va laisser ses deux enfants dont elle ne peut plus s'occuper, à une famille de parents nourriciers qui prendront soin d'eux. Liesel arrive seule chez les Hubermann, rue Himmel, après que son petit frère ait disparu. Là, entre Hans et Rosa, ses nouveaux parents dont les enfants sont grands, elle va parvenir à se recréer un foyer sécurisé et relativement heureux. Pourtant le malheur n'est pas loin, la Mort non plus, même si elle ne guette pas vraiment Liesel, qui se montre être une adversaire coriace.

    La Voleuse de Livres ; Markus Zusak


    La guerre fait alors rage partout et l'Allemagne n'est pas épargnée, les Alliés bombardant régulièrement ses villes. Le pays survit laborieusement et il n'y a que les nazis fervents pour croire au réel bénéfice de la guerre contre les autres pays et de la solution finale. Mais il y'a aussi les autres, ces Allemands qui n'ont pas eu le choix, ceux qui se sont ralliés au Parti parce que c'était comme ça mais sans réelle conviction politique et il y'a ceux aussi, comme Hans Hubermann, le père nourricier de Liesel, pour lequel elle se prend d'une véritable affection filiale, qui, malgré le fanatisme de son fils, refuse de s'encarter et de devenir un parfait nazi, allant même jusqu'à apporter son aide à des Juifs.
    Au milieu de cela, Liesel qui devient une adolescente, parvient pourtant à se constituer une vie plutôt insouciante, entre l'affection de ses parents, celle de ses amis et notamment de son jeune voisin, Rudy Steiner et surtout, ses livres. Les livres et les mots qu'elle apprend à aimer tout de suite après avoir appris à les déchiffrer avec Hans Hubermann. Les livres seront son réconfort et son seul soutien quand le destin frappera à nouveau, au moment où elle s'y attendra le moins et fera à nouveau voler en éclats le fragile bonheur qu'elle avait pu se recréer loin de sa famille d'origine.
    J'ai longtemps hésité à lire ce livre parce que, je l'avoue, il me faisait peur. Le fait que ce soit la Mort qui en soit la narratrice me faisait énormément hésiter, et pourtant j'avais lu énormément de bonnes critiques. Mais j'avais peur d'un roman un peu sinistre voire morbide. En fait, ça n'a pas été le cas.
    Ce qui m'a finalement motivée à lire ce livre, ce sont justement tous ces bons avis et du coup, je n'avais pas envie de passer devant une perle littéraire alors je me suis lancée. La couverture des éditions Pocket m'a beaucoup aidée à me jeter à l'eau aussi parce qu'elle m'a vraiment attirée, je l'ai trouvée sublime -maintenant que j'ai lu le roman je la trouve en plus complètement en rapport avec l'histoire-, et avant même de lire le roman j'ai vraiment eu un coup de cœur pour elle, coup de cœur qui s'est ensuite poursuivi avec ma découverte de l'histoire qui est vraiment magistrale. Oui, il n'y a pas d'autres mots et La Voleuse de Livres est un petit bijou. Plein d'émotions, touchant, il n'en est pas moins, comme beaucoup de livres du genre, porteur d'un certain espoir. Et le côté morbide auquel je m'attendais n'apparaît finalement pas ou disons, pas plus que ce qu'on pourrait croire car, au fond, notre narratrice reste étonnement humaine : Markus Zusak est certainement le premier romancier qui parvient à doter la Mort d'une conscience et, d'un cœur ou, du moins, d'une certaine empathie, ce qui est finalement tout à fait novateur, la Mort n'étant jamais traitée de cette façon, ni au cinéma ni en littéraire, où elle est toujours porteuse de noirceur, de deuil et de douleur...au contraire, ici, Markus Zusak nous dépeint une entité toujours un peu floue mais qui accomplit sa tâche comme le ferait un humain et depuis si longtemps qu'elle n'y trouve plus d'intérêt, si tant est, d'ailleurs, qu'elle en ait trouvé un jour...
    La Voleuse de Livres m'a complètement soufflée et je crois que ce n'est pas un livre dont on sort indemne. Un véritable coup de cœur et une découverte qui m'a retournée. Ce roman est certainement l'un des meilleurs qui aient été écrits dernièrement.

    La Voleuse de Livres ; Markus Zusak

    En Bref :

    Les + : une histoire magnifique et vraiment très bien écrite.
    Les - : Aucun.

     

     

    Coup de cœur

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Août 2015 à 20:31

    j'ai apprécié cette lecture mais je dois dire que je m'attendais à quelque chose d'autre, sans doute plus sombre, au vu des avis lus. Avec le temps je reconnais que c'est un bon récit mais, et c'est assez rare, j'ai préféré le film au roman. Je trouve justement que le récit se prête à une interprétation cinématographique

    2
    Dimanche 16 Août 2015 à 01:51

    J'ai lu ce livre il y a un peu plus d'un an, dans la voiture, et je l'ai lu d'une traite. J'ai pleuré plusieurs fois. Tu as raison : on ne sort pas indemne de cette lecture.


    J'avais le même apriori que toi, "encore un livre sur la seconde guerre mondiale", mais c'est tellement plus que ça...


    Je vois que tu as mis des photos du film. L'as-tu vu ? Moi non. J'hésite encore.

    3
    Lundi 17 Août 2015 à 16:21

    Ton coup de coeur me donne envie de m'y lancer dans la lecture également. J'en ai beaucoup entente parler, ce qui ne m'a pas incité à le lire. Je le note donc, en espérant qu'il me plaise également autant :-)

    4
    Mardi 18 Août 2015 à 18:21

    Comme toi, ce livre a été un réel coup de coeur. Je l'ai trouvé poétique, émouvant et à la fois drôle. Il m'a tiré quelques larmes et je le relirai avec plaisir plus tard.


    L'adaptation cinématographique est assez fidèle et en fait un beau film également.

    5
    Jeudi 20 Août 2015 à 11:32

    Comme toi, j'ai grandement apprécié ce roman, même si pour moi ce n'est pas un coup de coeur. Ce livre m'a bouleversé, je l'ai trouvé magnifique ! J'ai même apprécié que la Mort nous dise la fin du roman en nous expliquant qu'elle le fait car ce qui l'intéresse est de nous faire découvrir comment on va en arriver là. C'est exactement ce que je me dis quand je m'auto-spoile des livres comme "Le Trône de Fer".

    Par contre, je n'ai pas aimé l'adaptation, en partie car j'ai trouvé les voix françaises horribles !  

    6
    Jeudi 27 Août 2015 à 06:14
    Alison Mossharty

    Un livre que j'ai également adoré et dont la narration m'a agréablement surprise. J'en garde un excellent souvenir !

    7
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 14:57

    Un vrai coup de cœur pour ce livre aussi. J'ai versé beaucoup de larme à la fin de roman. Et j'ai trouvé la mort très attachante, se qui est plutôt bizarre quant on y pense...

      • Mercredi 14 Décembre 2016 à 18:19

        Ton commentaire me permet de relire aussi ceux postés précédemment...finalement, les avis ne divergent pas trop ! ! Moi, perso, je n'ai pas vu le film...j'ai été très touchée par le livre et le fait de l'avoir en images, devant moi...où ça va trop m'émouvoir ou au contraire, je vais être déçue ! ! Je reste donc sur ma très bonne impression qui découle de ma lecture ! ! 

         

        Sinon, lulu lit des livres, je comprends ce que tu veux dire, quand tu écris que tu as trouvé la mort attachante...oui, en quelque sorte, c'est vrai ! ! yes Enfin disons qu'elle a un côté, paradoxalement, assez "humain", comme si elle avait été obligée de faire ce métier mais qu'elle le fait sans plaisir aucun...c'est vraiment le ressenti que j'ai eu à la lecture du roman ! Pour moi, une vraie belle découverte ! ! 

         

        Je me rends compte que c'est aussi le cas de la plupart des autres lectrices ! La Voleuse de Livres est un vraiment un roman récent qui est appelé à devenir un vrai classique je pense ! ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :