• Le Chardon et le Tartan, tome 4, Les Tambours de l'Automne ; Diana Gabaldon

    « Certains tenaient à tout prix à préserver le passé, d'autres ne cherchaient qu'à le fuir. »

    Le Chardon et le Tartan, tome 4, Les Tambours de l'Automne ; Diana Gabaldon

    Publié en 1996 aux Etats-Unis ; en 2015 en France (pour la présente édition)

    Titre original : Outlander, book 4, Drums of autumn

    Editions J'ai Lu

    1140 pages 

    Quatrième tome de la saga Le Chardon et le Tartan

     

    Résumé :

    Pour fuir l'oppression anglaise, Claire et Jamie embarquent pour le Nouveau Monde, où ils espèrent enfin trouver la paix. Toutefois, lorsqu'ils échouent sur les rivages de Caroline du Nord, en 1767, l'Amérique est à l'aube de son Indépendance : tandis que la révolution se prépare, les deux amants vont une fois de plus être emportés par le tourbillon de l'Histoire. 

    Restée en sécurité dans le XXe siècle, leur fille Brianna cherche à percer le secret de sa naissance. Quand elle découvre qu'un sort tragique guette ses parents, elle met tout en oeuvre pour les rejoindre dans le passé...avant que les portes du temps ne se referment sur eux. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Ce quatrième tome, nous emmène en 1767, en Amérique, où Claire et Jamie Fraser tentent de refaire leur vie, loin de l'Ecosse et des mauvais souvenirs qui y sont rattachés. Revenue vingt ans après les sanglants soulèvements des années 1745-1746, qui ont vu l'anéantissement des clans highlanders, Claire a retrouvé Jamie, qui est l'un des rares à avoir survécu au carnage de Culloden. Alors que l'Ecosse peine à se remettre d'années entières de répression et de famine, pendant lesquelles de nombreuses familles ont péri -ou, pour les plus chanceuses, émigré de l'autre côté de l'Atlantique-, voilà les Fraser embarqués vers les colonies des Antilles, secouées par des révoltes sporadiques d'esclaves mais de plus en plus violentes et rapprochées. Arrivés en Amérique, c'est finalement là que Jamie décide de repartir de zéro, sur les terres sauvages de la Caroline du Nord. Les Etats-Unis n'existent pas encore et les colonies britanniques connaissent leurs dernières années de leur vie, avant la révolution et la proclamation de l'Indépendance. Pays alors bien différent de ce qu'il est aujourd'hui, les Amériques sont alors des terres très sauvages voire hostiles et qui n'ont été que partiellement explorées, l'ouest restant encore aux mains des Indiens. Les villes les plus importantes, souvent des ports, forment un cordon le long de la côte est et permettent les échanges avec les Antilles toutes proches mais aussi avec l'Europe.
    Installés sur des terres plus que sauvages, où ils seront amenés à croiser des colons comme des Indiens, les Fraser tentent peu à peu de reconstruire leur cocon protecteur qui avait volé en éclats vingt ans plus tôt. Mais, au XXème siècle, où l'a laissée sa mère, leur fille, Brianna, apprend bientôt qu'une menace latente pèse sur ses parents et choisit de venir les aider pour tenter de renverser le cours du destin.

    Le Chardon et le Tartan, tome 4, Les Tambours de l'Automne ; Diana Gabaldon


    Ce quatrième tome est bien différent des premiers ! Après les rituels vaudous dans le troisième tome et la découverte de ces Antilles des planteurs, nous voici donc en Amérique, ce Nouveau Monde qui faisait alors tant fantasmer. L'ambiance n'est bien sûr pas du tout la même qu'au début de l'histoire. Non seulement les héros ont pris de l'âge, Claire ayant plus de cinquante ans et Jamie, quarante-cinq ans. Il est loin, le jeune premier et elle est loin aussi, la jeune infirmière de vingt-sept ans, propulsée de son XXème siècle d'origine à l'aube des soulèvements jacobites en faveur des derniers descendants de Jacques II...et pourtant, Claire et Jamie n'ont pas changé. Ils ont pris de l'âge, ils ont gagné en maturité et en expériences de vie. Ils ont chacun tenté de se reconstruire, loin l'un de l'autre, à deux cents ans de distance, sans y parvenir réellement. Ils n'ont finalement pas vieilli tant que ça parce que leur amour, même palpable pour nous, lecteurs, les porte.
    De nouveaux personnages font aussi leur apparition dans l'histoire ou, du moins, y prennent de plus en plus de place. Le jeune Ian Murray, neveu de Claire et Jamie, fils de l'attachante Jenny, rencontrée au début de l'histoire, devient un personnage pivot, important, et qui gagne surtout, avec les années, en profondeur.
    Brianna, la fille de Claire et Jamie, née après le retour de sa mère au XXème siècle, prend elle aussi une place de plus en plus importante dans le récit. Moins attachante que sa mère parce que peut-être plus impulsive, elle n'en reste pas moins un personnage qu'on prend plaisir à découvrir, à voir grandir et à évoluer. Quant à Roger Wakefield, le jeune historien qui a notamment permis à Claire de remonter la piste de Jamie Fraser et donc de le retrouver et qui se trouve finalement bien plus mêlé qu'il ne le croit aux mystères de Craigh na Dun, c'est également un plaisir de le retrouver et de voir que son personnage gagne de l'importance au fil des pages.
    L'ambiance, bien que radicalement différente, ne déroute finalement pas autant que j'aurais pu le croire. J'avoue que, en lisant les résumés des divers tomes avant d'en commencer la lecture, j'avais un peu peur de voir les personnages et les intrigues se transporter dans un autre monde, très différent de cette Ecosse séculaire, pleine de légendes et de mystères et regorgeant de paysages oniriques. Bien sûr que cette identité highlander, très forte et qui marque énormément les premiers tomes, nous manque un peu car c'est finalement par elle que nous avons fait connaissance avec tous ces personnages auxquels nous nous sommes attachés au fil des intrigues. Bien sûr qu'on aimerait que Jamie et Claire retrouve les leurs, quelque part vers Inverness...mais, en même temps, nous voyageons avec eux vers des terres et des contrées alors pleines de promesses.

    Le Chardon et le Tartan, tome 4, Les Tambours de l'Automne ; Diana Gabaldon


    Les péripéties de ce tome-là restent plus vraisemblables que celles du troisième tome, donc plus agréables à suivre. Mais il est clair, que, malgré ses défauts, Outlander reste une saga addictive et toujours aussi agréable à lire. Après avoir été déçue par le style relativement quelconque du premier tome, je dois dire que le récit a gagné en qualité narrative et en fluidité. Bien qu'en présence de plusieurs narrateurs -Claire, qui alterne aussi avec un narrateur omniscient suivant Jamie, ou Brianna ou Roger-, le récit reste clair et facile à appréhender. Moins de répétitions et de lourdeurs de style aident à entrer bien plus sûrement dans l'intrigue, à se concentrer sur le fond et non pas sur la forme. Diana Gabaldon sait aussi doser des petites doses d'humour, caustiques, ironiques ou plus tendres et qui sont les bienvenues.
    Ce quatrième tome confirme mon élan premier et ne me donne qu'une envie : poursuivre cette saga ! Il n'y a plus moyen de faire autrement !

    En Bref :

    Les + : des personnages de plus en plus attachants, de nouveaux arrivants, une intrigue qui gagne en profondeur et en relief.
    Les - : le roman est trop court, malgré ses mille pages ! ! 


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :