• Le Chardon et le Tartan, tome 7, L'Echo des Cœurs Lointains, partie II, Les Fils de la Liberté ; Diana Gabaldon

    « Depuis quand la vie est-elle juste ? »

    Le Chardon et le Tartan, tome 7, L'Echo des Coeurs Lointains, partie II, Les Fils de la Liberté ; Diana Gabaldon 

    Publié en 2011 aux Etats-Unis ; en 2016 en France (pour la présente édition) 

    Titre original : Outlander, book 7, An Echo in the Bone

    Editions Le Livre de Poche

    732 pages

    Seconde partie du septième tome de la saga Le Chardon et le Tartan 

     

    Résumé : 

    Tandis que la guerre d'Indépendance bat son plein dans les colonies sécessionnistes américaines, le couple Fraser parvient enfin à regagner l'Ecosse. Toutefois, retenu par des problèmes familiaux, Jamie doit à regret laisser son épouse repartir dans les colonies, où ses patients ont besoin d'elle. Séparés par les circonstances, réussiront-ils  à se retrouver dans un pays où le conflit fait rage ? 

    Pendant ce temps, au XXe siècle, leur fille Brianna et son mari Roger ont fait l'acquisition du manoir familial de Lallybroch. Ils suivent les aventures de Claire et de Jamie grâce aux lettres que ces derniers leur ont laissées dans un coffre...

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    En terminant la première partie de ce septième volume de Outlander - ou Le Chardon et le Tartan, pour le titre français. Je l'aime bien, moi, et vous ? Bref, le sujet qui nous occupe n'est pas celui-ci. Revenons-y. - j'ai tout de suite eu envie de me plonger dans la seconde partie.
    Cela me paraissait naturel parce que j'ai terminé le précédent livre avec des questions et j'espérais que la deuxième partie y répondrait. Enfin, lors de ma découverte de ce septième tome, j'ai eu la désagréable sensation d'être perdue, à maintes reprises. Parfois, je me suis même demandé où l'auteure voulait en venir et je n'aime pas ça du tout, quand je ne comprends pas. J'espérais donc qu'après Le Prix de l'Indépendance, Les Fils de la Liberté allait me permettre de mieux aborder ce septième tome, important car il marque assurément un tournant dans l'intrigue : après plus de dix ans passés en Amérique, où ils se sont reconstruits, après Culloden et leur séparation, Claire et Jamie reviennent en Ecosse et retrouvent les lieux qu'ils ont aimé. C'est la première fois depuis leur départ pour le Nouveau Monde qu'ils retrouvent les Highlands et, pour nous lecteurs, ce retour est aussi un peu le nôtre et c'est un grand plaisir de retrouver les lieux découverts au début de la saga.
    En parallèle, on continue de suivre le déroulé des opérations en Amérique. Grâce à la prescience de Claire, Jamie sait déjà de quel côté va pencher la balance et que ce sera finalement le camp des indépendantistes qui triomphera et essaie d'influencer l'issue de cette guerre avec ses propres moyens.
    Les Grey père et fils sont encore très présents dans cette deuxième partie, ce que j'ai beaucoup aimé. Je sais que certains lecteurs n'ont pas apprécié l'apparition de William dans le récit. Personnellement, je la trouve logique. Alors, peut-être le voit-on un peu trop, au détriment d'autres personnages comme Brianna et Roger, un peu plus discrets dans ce volume, mais je ne le crois pas. Il fallait bien que William apparaisse à un moment donné et je trouve que l'auteure a, justement, choisi de le faire apparaître au bon moment.
    J'aime bien son personnage, donc je ne suis peut-être pas très objective mais je trouve aussi que sa présence, de plus en plus importante, est intéressante. William est un jeune homme pas dénué de sentiments, qui grandit brutalement en découvrant un conflit inextricable entre la mère patrie et des colonies en quête d'indépendance et de liberté, deux notions très à la mode à l'époque. Il est aussi un jeune homme bien de son temps, influencé par le sang noble qui coule dans ses veines et par l'éducation qu'il a reçue. William, comme tous les jeunes nobles de son époque, a été éduqué pour défendre son pays sans se poser de questions, comme son père et tous ses ancêtres avant lui. Il n'en est pas pour autant sanguinaire et, grâce à la présence de ce personnage dans le camp anglais, le sentiment de manichéisme qu'on pourrait être tenter de ressentir - les Anglais sont les méchants et les Américains les gentils- est tempéré. Je crois que l'auteure s'est beaucoup renseignée sur la Guerre d'indépendance américaine, même si je suppose que, comme la Révolution pour tout Français, ce conflit est un minimum connu des Américains. Quoiqu'il en soit, ce sont des événements très précis que Diana Gabaldon relate ici et on sent bien qu'elle maîtrise le sujet. Pas comme une historienne mais comme une romancière consciencieuse. Suffisamment en tous cas pour que je me sois sentie perdue parfois parce que ce n'est pas forcément un événement que je connais et avec lequel je suis à l'aise. Elle évite cependant l'écueil de relater les éléments de manière un peu réductrice et les personnages des Grey père et fils y est certainement pour quelque chose. Du moins, est-ce mon avis.


    J'ai, je crois, préféré cette seconde partie non seulement parce qu'elle m'a éclairée mais aussi parce que les voyages dans le temps sont revenus un peu sur le devant de la scène et, depuis quelques tomes, le fait que les personnages cherchent à comprendre pourquoi ils ont cette particularité, me plaît beaucoup. C'est le côté un peu rationnel finalement, qui me plaît ou devrais - je dire, le sentiment de rationalité que ces hypothèses formulées par Claire ou bien encore par Brianna ou Roger nous donnent, qui me plaît. En démarrant cette saga, j'avais très peur que l'aspect un peu fantastique ne me plaise pas, c'est lui d'ailleurs qui m'a freinée longtemps... Que l'auteure tente de le rendre explicable, avec certes des hypothèses et conjectures imaginaires mais vraisemblables, me paraît intéressant et les réponses que les personnages se sont mis à chercher depuis, disons, le cinquième tome, ont vraiment capté mon intérêt. Diana Gabaldon dose subtilement le fantastique pour le rendre authentique et on y croirait presque. Après tout, certaines choses restent encore inexplicables par la science. Pourquoi des portails spatio-temporels n'existeraient-ils pas ? Elle évite de tomber dans la surenchère et c'est vraiment un atout pour la saga, à mon sens. Dans ce septième tome, nous faisons donc la connaissance d'un nouveau voyageur dans le temps et nous suivons l'élaboration d'un guide par Roger, à l'intention de Jem et Mandy, ses enfants.
    Quant à Claire, elle va se trouver de nouveau confrontée à son rôle de sibylle, on-ne-peut-plus désagréable...
    Dans ce volume, c'est finalement la fin qui ne m'a pas convaincue. Elle ne m'a pas gênée plus que ça non plus, soyons clairs ! Disons qu'elle n'a pas tempéré l'enthousiasme ressenti à la lecture du roman mais j'ai trouvé certaines de ses péripéties un peu téléphonées et donc, superflues. A part ça, j'ai encore pris un grand plaisir à me plonger dans les aventures de Claire et Jamie, j'ai aimé retrouver mes héros et l'Ecosse, en même temps qu'eux.
    Ce septième tome, malgré quelque défauts et un début un peu fouillis a su me convaincre et je me suis lovée dedans comme dans un plaid tout chaud. L'aspect historique me plaît toujours autant voire de plus en plus et même si j'ai regretté d'avoir si peu vu Brianna et Roger dans ce tome-là, faire la connaissance de nouveaux personnages est intéressant. La saga évolue et j'espère que Diana Gabaldon aura encore de l'inspiration pour quelques tomes supplémentaires parce que c'est vraiment toujours un plaisir de la lire. Ses personnages sont devenus un peu nos amis et on vibre avec eux !
    J'ai déjà hâte de lire le huitième tome !! 

    En Bref :

    Les + : une deuxième partie qui éclaire assurément la première et nous permet de revoir l'Ecosse ! Le contexte historique est lui aussi toujours aussi intéressant et les personnages attachants. 
    Les - :
    une fin peut-être pas vraiment trop convaincante parce que trop aventureuse.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Cellardoor
    Dimanche 12 Novembre à 11:23
    Cellardoor

    Je n'ai fait que survoler ta critique car... Je n'ai lu que le premier tome en fait ^^ J'avais bien aimé, je l'avais lu très vite mais en même temps, je n'ai pas éprouvé l'envie de me plonger dans la suite. Des fois je me dis qu'il le faudrait ! ^^ Peut être quand j'aurais encore un peu fait descendre ma PAL ? Ils sont tous aussi bien les uns que les autres ?

      • Dimanche 12 Novembre à 12:42

        Je n'ai jamais été déçue mais certains tomes m'ont plus plu que d'autres. Je crois que c'est normal, sur une saga aussi conséquente que celle-ci. Je me rappelle que j'avais mis du temps à entrer dans le tome 2 parce que la chronologie est assez complexe mais une fois que j'avais compris l'organisation chronologique, j'avais réussi à entrer dans l'intrigue et à me laisser surprendre... 

        Je me souviens d'avoir trouvé le style pas forcément transcendant dans le premier tome, un peu lourd parfois, ce que je n'aime pas, mais la qualité et l’originalité de l'intrigue m'avaient donné envie de continuer et je crois que j'ai bien fait. ^^ Le style s'affine à mesure que l'on avance dans l'intrigue et, même si celle-ci n'est malheureusement pas exempte, parfois, de longueurs, franchement, je trouve que tous les tomes ont leur qualité et méritent d'être lus ! Je n'aurais jamais pensé aimer autant alors que je suis assez réfractaire au fantastique, de base : mon côté un peu trop cartésien qui n'arrive pas à sortir du vraisemblable. sarcastic Et finalement, le travail de l'auteur a cela de formidable qu'il arrive à nous faire oublier l'aspect fantastique du roman ! Il est toujours présent, bien sûr, mais très bien amené par l'auteure... ! 

        Bref je ne peux pas déconseiller cette saga ! ! happy Chacun en pensera ce qu'il veut, aimera ou n'aimera pas mais...si tu as aimé le premier tome, comme ça a été le cas pour moi, je pense que tu pourras trouver ton bonheur dans la suite de la saga. cool 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :