• Le Chemin de Nostradamus ; Dominique et Jérôme Nobécourt

    « Tel est le paradoxe du Temps : nous croyons qu'il avance ou se déroule, quand il se borne à être simultanément, passé, présent et futur éternellement confondus. C'est au demeurant sa seule borne. »

    Le Chemin de Nostradamus ; Dominique et Jérôme Nobécourt

     

    Publié en 2007

    Editions JC Lattès

    523 pages 

    Résumé : 

    En 1533, à tout juste trente ans, Michel de Nostradame est un médecin et astrologue réputé. Suspecté d'hérésie, il doit trouver refuge à Saint-Rémy-de-Provence auprès de son grand-père Jean, maître en sciences occultes. Le répit est de courte durée : Ochoa, un inquisiteur, parvient à les rattraper et à blesser mortellement Jean. Avant de mourir, ce dernier révèle à Michel l'origine de sa famille : ils descendent de la Tribu d'Issachar, gardienne des arcanes de la destinée humaine. Leur nom secret témoigne de cette mission : Nostra Damus, « nous donnons ces choses que nous possédons». 
    Michel se rend à Paris où il perfectionne ses connaissances en sciences occultes et légales. Il se lie avec Jacques de Saint-André, proche de la famille royale, qui l'introduit auprès des puissants, notamment de la toute jeune Catherine de Médicis. Il tombe aussi éperdument amoureux de Marie, fille du baron d'Hallencourt qui mène la chasse aux hérétiques. Cependant, fort de sa passions et de ses précieux soutiens, Michel ne voit rien des périls qui le guettent. Il ignore que c'est seul, blessé, et en fuite, que toute la puissance de son don se manifestera. Après de longues années d'errance, il reviendra à Paris, auréolé de gloire. 
    Une très belle fresque historique sur le plus grand mage de tous les temps et l'auteur des fameuses Centuries et Pronostications

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    En 1533, le pape lance contre Michel de Saint-Rémy un inquisiteur fanatique. Contraint de fuir la Provence, Michel s'enfuit avec son grand-père Jean, un mage puissant et détenteur d'un savoir millénaire.
    Ancien médecin, celui qui n'est pas encore Nostradamus trouve refuge à Paris, où il devient un parfumeur renommé et apprécié des dames. Il profiter de cette couverture pour parfaire ses connaissances et devenir à son tour un grand magicien comme son aïeul, qui n'a pas survécu à leur échappée mais lui a révélé tout son savoir avant de mourir.
    À Paris, Michel découvre la flamboyante Cour de François Ier : la France connaît alors une émulation sans précédent, nous sommes en pleine Renaissance et si le basculement religieux menace, il n'a pas encore eu lieu. En 1533, le Roi-Chevalier est au sommet de sa gloire et vient de marier son cadet, Henri d'Orléans, à la jeune nièce du pape, Catherine de Médicis. Michel découvre un autre monde, où luttes, rivalités et hypocrisie sont legion et où chacun se cache derrière un masque de fausseté pour mieux frapper.
    De là va alors se dérouler une grande fresque dans laquelle se mêlent grande et petite Histoire. Alors que le royaume, après l'Affaire des Placards (1534), bascule petit à petit dans le fanatisme et la rigueur religieuse et que les relations au sein même de la famille royale se dégradent doucement, opposant de plus en plus le Dauphin François à son jeune et ambitieux frère Henri, Michel de Saint-Rémy, appelé aussi Michel de Nostredame est devenu un véritable magicien, médium et maîtrisant autant la médecine, la science des plantes que l'alchimie ou l'astrologie. Tombé amoureux fou d'une jeune femme, il doit en même temps échapper une nouvelle fois à l'Inquisition et quitter Paris et ceux qu'il aime.
    Le roman en lui-même est intéressant quoique pas du tout fiable historiquement. Si vous cherchez un roman qui colle au plus près à la vie de Nostradamus, passez votre chemin. Si les auteurs sont partis d'un point de départ vraisemblable et authentique, s'ils ont mis en scène des personnages ayant existé, en première lieu Nostradamus, Catherine de Médicis, François Ier ou encore Henri II, les auteurs ont brodé autour de ça une intrigue complètement romanesque. Passé le premier moment de surprise où je n'ai pas pu m'empêcher de penser : « mais qu'est-ce que c'est que ça ? » finalement j'ai trouvé que l'intrigue se tenait et que même si tout ou quasiment tout n'est pas vrai, ça fonctionne. J'aurais peut-être souhaité que les auteurs en fin de volume expliquent leur démarche. C'est peut-être une déformation d'ancienne étudiante en Histoire mais il est vrai que quand on joue avec les faits, si je ne suis pas foncièrement contre, j'aime bien qu'on explique pourquoi. Manque de sources ? Manque d'informations ? Ou alors, l'envie simple de laisser le romanesque et l'imaginaire prendre le pas, ce qui n'est pas, en soi, plus injustifiable qu'autre chose, surtout quand ça marche. Je préfère encore cela à un roman qui se veut historique mais s'avère bourré d'erreurs.
    Bref, si j'ai parfois trouvé que les auteurs forçaient un peu le trait, dans l'ensemble, j'ai été assez convaincue par cette histoire, entre thriller, science occultes et froideur politique.
    Cela dit, je n'ai pas réussi à me sentir pleinement convaincue. J'ai trouvé les premiers chapitres assez hermétiques et j'ai parfois décroché. Ma lecture n'a pas été fluide et je la décrirais comme ayant été en dents de scie ou en montagnes russes. Parfois j'ai été happée par ma lecture, mon intérêt remontait en flèche avant de dégringoler à nouveau et tout aussi en flèche ! J'ai mis du temps à lire ce roman parce que je n'ai pas réussi à me plonger intensément dans cette lecture. Parfois, il m'est arrivé de lire des passages mécaniquement et de devoir revenir en arrière ce que je déteste parce que cela est un signe pour moi de mon manque d'intérêt.
    Je ressors donc de cette lecture assez mitigée. D'un côté, j'ai trouvé que ce récit a beaucoup de qualités mais en même temps, il y'a trop de longueurs. Trop de longueurs pour ne pas lasser, trop de longueurs pour se sentir intéressé du premier chapitre au dernier et je le regrette parce que ça démarrait tellement bien ! Ce récit tournant autour de sujets fascinants comme la magie, l'alchimie, les sciences occultes mais aussi une science cartésienne en développement contre l'obscurantisme d'une Église toute puissante mais corrompue et indigne avait tout pour me plaire, j'ai trouvé le résumé vraiment intéressant. Dommage que le récit n'ait pas réussi à me convaincre.
    En tout cas, c'est bien la preuve que Nostradamus n'a pas fini de nous fasciner et que son aura a traversé les siècles. Il n'y a qu'à taper Prophéties de Nostradamus sur n'importe quel moteur de recherche et vous verrez que l'une des requêtes les plus demandées est : prévisions de Nostradamus pour l'année en cours. Il est finalement, dans l'imaginaire collectif, plus qu'un simple astrologue au service de Catherine de Médicis : après tout, les autres mages et astrologues de la reine n'ont pas marqué l'Histoire. Chez Nostradamus, le mage, le sorcier, le médium, le médecin se fondent les uns dans les autres pour créer un être un peu fou et fascinant, un personnage d'une puissance rare et un peu terrifiante.
    Si je ressors de cette lecture assez mitigée, malgré tout Jérôme et Dominique Nobécourt m'ont donné envie d'en savoir plus sur ce personnage qui fait partie de notre Histoire et qui est très familier mais qu'au final on ne connaît pas réellement : quel était l'homme derrière le mage ? Voilà une question qui me taraude maintenant et que je vais chercher à résoudre...  

    En Bref :

    Les + : une intrigue intéressante et plutôt bien menée, entre thriller, roman historique et alchimie, sciences occultes et magie. 
    Les - :
    une histoire un peu trop romanesque par moments et surtout, trop inégale. Je n'ai pas réussi à me sentir captivée.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :