• Le Chien des Baskerville suivi de La Vallée de la Peur ; Arthur Conan Doyle

    « Plus un détail apparaît outré plus il mérite de retenir l'attention ! Le détail qui semble compliquer un cas devient, pour peu qu'il soit considéré et manié scientifiquement, celui qui permet au contraire de l'élucider le plus complètement. »

    Le Chien des Baskerville suivi de La Vallée de la Peur ; Arthur Conan Doyle

     

    Publié en 2019

    Date de publication originale : 1902 (Le Chien des Baskerville) ; 1915 (La Vallée de la Peur)

    Titre original : The Hound of the Baskervilles ; The Valley of Fear

    Editions Archipoche

    Résumé : 

    Le clan Baskerville est-il hanté par une bête aux yeux flamboyants et aux crocs acérés, qui erre sur les landes du domaine familial et semble en vouloir à son nouveau propriétaire, le jeune Henry ? 
    Invité à résoudre ce sombre mystère, Sherlock Holmes mène ici son enquête la plus fameuse. Treize ans plus tard, dans La Vallée de la Peur (1915), le voilà confronté à un être tout aussi maléfique : son ennemi juré, le professeur Moriarty ! 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Je suis une lectrice assez assidue et toujours curieuse de découvrir des classiques mais j'avoue que, jusqu'ici, si je connaissais comme tout le monde Sherlock Holmes, le fameux détective, je n'avais lu aucune de ses enquêtes. Grâce aux éditions de l'Archipel, j'ai pu recevoir certains volumes de leur intégrale collector, publiée en début d'année et je me suis rendu compte que Sherlock Holmes, en son temps, fut un véritable phénomène, les fans attendant avec fébrilité une nouvelle enquête. Visiblement, Sherlock Holmes fut pour son auteur un personnage dont il fut particulièrement difficile de se défaire, d'où l'écriture, au début du XXème siècle, de plusieurs nouvelles enquêtes, dont Le Chien de Baskerville, raconté par le docteur Watson. Chronologiquement, cette enquête est censée se situer, bien sûr, avant la mort de Holmes mais elle est racontée après, comme si le docteur Watson, se souvenant de son accolyte défunt, fait le récit d'une enquête inédite.
    On connaît tous, au moins dans les grandes lignes, l'histoire du chien des Baskerville : un chien effrayant, les landes sinistres du Dartmoor, la brume, une famille qui semble maudite et poursuivie par un fantôme... J'avais vu l'adaptation, assez réussie et plutôt angoissante. Si l'enquête, en elle-même, n'est pas forcément très compliquée, si certaines conclusions viennent spontanément à l'esprit du lecteur, ce que j'ai aimé dans cette intrigue, c'est son ambiance. Frissons garantis ! L'auteur navigue dans la frontière ténue entre rationnel et irrationnel et se pose en tenant de la vraisemblance contre le paranormal, bien décidé à prouver que ce chien qui terrifie la région et semble poursuivre de sa vindicte la famille Baskerville, dont plusieurs membres sont morts mystérieusement depuis le XVIIème siècle, n'est qu'un être de chair et de sang et donc vulnérable. Certains passages font froid dans le dos, c'est vrai, surtout que cette région assez inhospitalière du Dartmoor, faite de landes et de marécages, relativement isolée et peu habitée se prête à une intrigue comme celle-ci. Et quand la brume s'en mêle, on se surprend à lire, captivé, tout en guettant tous les bruits autour de nous ! Donc, c'est pour moi diablement efficace.
    Pour ce qui est de La Vallée de la Peur, qui fait suite au Chien des Baskerville, finalement une enquête assez courte -peut-être parce que c'est assez captivant-, on revient dans quelque chose de plus traditionnel, une enquête policière certes complexe mais qui n'est pas du tout marquée par le paranormal. Ici, point de chien fantôme ni de vieilles superstitions mais un homme assassiné chez lui et dont le passé semble aussi mystérieux que celui de la personne qui s'en est prise à lui. Que se passe-t-il d'étrange au manoir de Birlstone, où Holmes et Watson se rendent pour seconder la police locale dépassée par la situation ? Qu'a fait le propriétaire, Mr. Douglas, en Amérique, où il vivait avant de revenir en Angleterre ? Quelle est cette vallée de la peur dont il parle souvent mais sans s'expliquer sur le sens de ces mots ? Et lui, qui est-il exactement ?
    J'avoue avoir eu moins d'intérêt pour cette intrigue là mais je l'ai trouvée diablement bien menée et pleine de rebondissements. Holmes a décidément un esprit logique imparable qui, s'il ne cesse d'ébahir Watson, nous scotche nous aussi, les lecteurs. Sa capacité de déduction est hors du commun et j'ai vraiment beaucoup aimé suivre le fil de ses réflexions qui l'emmènent finalement à trouver un dénouement extraordinaire et auquel personne n'avait songé jusqu'ici. Au final bon psychologue et observateur de la nature humaine, Holmes ne se fait aucune illusion sur elle et parvient ainsi à déjouer toutes les intrigues, en convoquant les mécanismes de la pensée qui, somme toute, sont les mêmes pour tout le monde.
    J'ai apprécié cette lecture pour beaucoup de raisons et en premier lieu parce que je n'avais jusqu'ici jamais lu une seule enquête de Sherlock Holmes alors qu'il reste un personnage incontournable et qui a inspiré de nombreux auteurs, notamment Jean d'Aillon que je lis depuis plusieurs années et qui ne se cache pas de l'apport des oeuvres de Dumas et Conan Doyle à son propre univers.
    Au départ, c'est vrai que c'est une lecture qui me faisait un peu peur, j'avais peur que ce ne soit pas pour moi, même si j'aime les romans policiers. Au final, ça n'a pas été le cas et ce, pour mon plus grand plaisir. Maintenant, mon objectif c'est de découvrir petit à petit cet univers qui a eu tant de succès et continue à séduire des millions de lecteurs à travers le monde

    En Bref : 

    Les + : l'univers et l'ambiance ont correspondu exactement à ce que j'attendais. J'ai passé un très bon moment et je me suis passionnée pour ces deux enquêtes ! Sherlock Holmes est décidément un détective hors pair ! 
    Les - :
    peut-être quelques longueurs dans la deuxième enquête, mais rien de grave.

     

    Les Enquêtes de Quentin du Mesnil, Maître d'Hôtel à la Cour de François Ier, tome 1, Le Sang de l'Hermine ; Michèle Barrière 

    Thème de novembre, « Sherlock », 11/12

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Novembre à 22:16

    Comme toi, je ne me suis jamais trop penchée sur le fameux Sherlock Holmes et il serait grand temps que j'y remédie ! Il faut dire que je ne suis pas très roman policier à la base... mais je prendrais le temps un jour de lire ces enquêtes !

      • Dimanche 17 Novembre à 10:16

        Je n'avais jamais franchi le pas jusque là parce que, comme je le dis dans mon billet, j'avais un peu peur... Je crois que j'appréhendais un peu que les enquêtes de Holmes soient compliquées et j'ai parfois un peu de mal avec les enquêtes embrouillées, je perds vite le fil ! happy Je ne fais pas partie des gens qui ont un esprit logique donc parfois, j'ai vraiment l'impression d'être stupide en lisant un roman policier parce que je ne comprends pas où l'auteur veut en venir... sarcastic

        Finalement, rien de tout cela avec ces deux premières enquêtes de Sherlock... J'ai vraiment aimé Le Chien des Baskerville, qui m'a légèrement fait flipper par moments, je dois l'avouer...cette lande inhospitalière, la nuit, la brume, un chien mystérieux autant que redoutable...C'est une très bonne enquête et menée d'une main de maître... Quant à La Vallée de la Peur, elle nous emmène jusqu'aux Etats-Unis, dans le sillage du propriétaire du manoir de Birlstone... et j'avoue que je ne m'attendais pas aux rebondissements à la fin. wink2

        Je ne sais pas si tu aimerais mais je pense qu'un bon policier comme celui-ci, pour démarrer, ce n'est pas mal. Personnellement, c'est un genre que j'ai découvert un peu par hasard, avec une trilogie de Jean d'Aillon que j'ai achetée en pensant que c'était une trilogie historique uniquement et au final ce n'était pas le cas. Petit à petit, je m'y suis mise et maintenant j'aime beaucoup les romans policiers victoriens (Anne Perry, Ann Granger) et surtout ceux de Jean d'Aillon donc, qui se passent au Moyen Âge ou au XVIIème siècle...Et puis il y'a Nicolas Le Floch bien sûr... smile

        Je ne peux que te conseiller de te lancer, pour te faire une idée... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :