• Le vieux qui voulait tuer le Président ; Céline Barré

    « Ainsi va la vie qu'elle nous malmène, pourtant, nous l'aimons et ne lâchons pas le morceau dans l'espoir de voir de belles choses  et de vivre de tendres moments. »

    Couverture Le vieux qui voulait tuer le président

     

     

            Publié en 2017

       Les Editions de la Commune (Auto-édition)

       277 pages

       Troisième tome de la saga Les Farfelus

     

     

     

     

     

    Résumé :

    Les Farfelus : les personnages de la série Les Farfelus amusent, exaspèrent ou surprennent le lecteur mais ne le laissent pas indifférent. Dans cette série, rien n'est vraisemblable mais tout est possible. Chaque épisode de la série peut se lire sans avoir lu les précédents. 

     

    Théodore de La Morne, 71 ans, décide de se rendre à Marseille afin d'y tuer le président français, Francis Ollanzi : personnage outrancier et égoïste, qui vient d'être réélu. Il souhaite commettre son crime lors de l'inauguration du musée du coquillage. Il doit trouver un chauffeur ainsi qu'un tueur pour l'aider dans cette entreprise saugrenue. Son hygiène de vie, en rupture avec le bon sens, ne va-t-elle pas constituer un frein à cette ambition qui vire à l'obsession ? Théodore porte en lui un lourd secret qui va changer la donne. 
    Suivez  Théodore du Cotentin jusqu'au sud de la France dans des aventures loufoques et tendres au dénouement inattendu. 

    Un vrai roman feelgood qui porte des valeurs d'amour, d'amitié et de solidarité sur un fond loufoque. Un ouvrage vecteur d'espoir : quand tout semble désespéré, la vie peut encore nous réserver de bonnes surprises. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Francis Ollanzi vient d’être réélu pour un second mandat et pour Théodore de la Morne, 71 ans, habitant de Tresville-sur-mer, quand c’est trop…c’est trop ! Il décide que, pour débarrasser la France d’un aussi piètre président, il ne reste plus qu’à le tuer et qu’il doit s’en charger lui-même !
    Embarquant dans son entreprise le jeune Killian, désœuvré, déscolarisé et qui fait pousser des plants de cannabis dans la véranda de son grand-père et Gérard, propriétaire de la supérette de Tresville, qui n’a plus goût à rien depuis le départ de sa femme Martine, il décide de gagner Marseille où le président doit inaugurer un musée, afin de mener à bien sa funeste entreprise.
    Seulement quand on est une équipe de bras cassés, les chances que le plan fonctionne sont minces ! Elles sont même très minces en l’occurrence et ce « road-trip » sur les routes de France va être l’occasion pour Théodore, Gérard et Killian de vivre de bien drôles et loufoques aventures.
    Ce troisième tome des Farfelus (qui soit dit en passant, porte bien son nom) est aussi le dernier : après avoir fait la part belle, dans les deux premiers tomes, à la boulangère Jocelyne, un peu révolutionnaire sur les bords et qui, dans sa vie privée, doit supporter de voir son mari s’éloigner pour une autre femme plus jeune, c’est Théodore de la Morne, surnommé Théo par Killian, qui devient le héros du roman. Théodore, on l’a déjà croisé dans les deux précédents tomes : c’est l’aristo ruiné du coin, marié avec Marie-Cécile, que tout le monde surnomme MC à Tresville et le père d’Artus, un bon à rien de quarante ans qui n’a jamais rien su faire d’autre de ses dix doigts que conduire une voiture hors de prix et draguer les femmes ! Mais déjà, depuis quelques temps, rien ne va plus chez de la Morne : Artus a été obligé de se mettre à travailler (le vilain mot !) et Marie-Cécile lorgne vers le scandale, en la personne de Tiego, un séduisant gitan employé chez les de la Morne pour faire des travaux et essayer de rendre un peu de lustre aux Embruns, leur maison de famille.
    Alors quand, en plus, le président Ollanzi qui se comporte plus comme un despote que comme le président d’une démocratie, est réélu, là vraiment, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
    Ce road-trip vers Marseille sera l’occasion de rapprocher les trois hommes, radicalement différents : quels sont les points communs que peuvent se trouver un aristocrate fauché, le directeur un peu beauf du supermarché du coin et un gamin du 9-3 qui s’ennuie à mourir dans le pavillon de son grand-père ? Étrangement, il y’en a peut-être plus qu’on ne pense et des liens vont se créer au cours de ce voyage improbable en camping-car alors que tous les emmerdes possibles et imaginables vont se produire !
    Comme dans les deux premiers tomes, sous couvert d’humour, Céline Barré appuie là où ça fait mal et aborde des sujets qui n’ont rien de drôle : la solitude, la vieillesse, l’acceptation de la maladie, la rupture et l'onde de choc qu'elle peut entraîner ainsi que le manque. Ce troisième tome est un peu plus mélancolique, un peu plus émouvant aussi que les deux premiers, même si l’absurde et l’humour sont toujours bien présents. Et c’est peut-être justement pour ça que le propos n’en est que plus percutant, parce que ce que Céline Barré exagère pas mal (non sans plaisir) a un fond de vérité.
    Cette saga est très originale et hors normes. Elle est totalement à part dans l’univers du roman feel-good et je crois que c’est ça qui m’a plu. Et, pour le coup, je sors vraiment de ma zone de confort parce qu’on est là dans un genre littéraire que je lis peu. En tout cas, ce fut une réussite et c’est le principal.

    En Bref :

    Les + : un roman feel-good mais qui n'est pas que léger et qui appuie là où ça fait mal mine de rien. Cette saga est aussi porteuse de belles valeurs. 
    Les - :
    Aucun ! Cette saga peut vous dérouter parce que le ton est particulier mais il n'y a vraiment aucun point négatif particulier à soulever.


    Le vieux qui voulait tuer le Président ; Céline Barré

    Mémoires de la baronne d'Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789 ; Henriette Louise de Waldner de Freundstein, baronne d'Oberkirch LE SALON DES PRÉCIEUSES EST AUSSI SUR INSTAGRAM @lesbooksdalittle


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :