• Les Débutantes ; J. Courtney Sullivan

    « Peut-être que c'était plus difficile de partager sincèrement le bonheur d'une amie que de faire preuve de compassion. »

    Les Débutantes ; J. Courtney Sullivan

    Publié en 2009 aux Etats-Unis ; en 2013 en France (pour la présente édition)

    Titre original : Commencement 

    Editions Le Livre de Poche 

    546 pages

    Résumé : 

    « Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonne et emménagé à l'étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker ou de Vogue. » 
    Elles se sont connues et aimées à l'université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d'adulte les ont séparées, jusqu'à la disparition de l'une d'entre elles. 
    Face aux déceptions de l'existence, rien n'est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s'en rendre compte. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Dans les années 2000, quatre jeunes femmes font connaissance à l'université de Smith, dans le Massachusetts. Elles viennent de villes et de milieux totalement différents mais partagent la même résidence universitaire et vont finalement toutes les quatre très bien s'entendre malgré leurs divergences. Toutes partagent au moins un point commun : elles n'ont pas intégré une université féminine par hasard et, si elles en ont chacune une vision bien particulière, elles sont toutes des féministes.
    Nous allons donc, au fil du roman, suivre les pérégrinations de Celia, Bree, Sally et April. La première, Celia, issue d'une famille de catholiques d'origine irlandaise est vive, enjouée, attachée aux siens, amoureuse des hommes mais attachée à ce que son statut de femme soit respecté ; Bree vient du Sud, de la Géorgie précisément et c'est la plus américaine des quatre, du moins, la plus américaine comme on se les représente : blonde, jolie, tirée à quatre épingles. C'est aussi une gentille fille, serviable et dévouée à ses amies ; Sally est l'écorchée vive de la bande, qui n'aspire à une chose, avoir une famille à elle ; et April est certainement la plus extrême des quatre, élevée à Chicago par une mère hippie dans un milieu assez louche et dépravé qui a fait perdre bien des illusions à la jeune femme. Très impliquée dans le mouvement féministe, elle ne comprend pas, parfois, pourquoi ses amies, tout en défendant ses point de vue, sont moins engagées qu'elle.
    Traitant de bien des sujets, féminisme, amitié, prostitution, viol, racisme, Les Débutantes est un roman complexe et audacieux mais qui marche bien. Si le quatuor qui forme la colonne vertébrale du roman est résolument féminin et lui donne donc un aspect romans de fille, on se rend vite compte que ça n'est pas le cas et que J. Courtney Sullivan a voulu aborder, au travers de ces quatre jeunes femmes qui sont en quelque sorte un panel représentatif, les maux de notre société contemporaine. Elle interroge donc notre relation à la féminité, au féminisme, à la famille et notre implication dans notre société et notre volonté de la faire bouger et évoluer ou pas. Chaque jeune femme est attachante à sa manière même si j'ai préféré Celia et Bree, dont je me suis sentie le plus proche. Sally m'a bien plu mais ses aspirations me sont étrangères -même si on les comprend de part son passé, longuement expliqué et qui ne peut que nous toucher- et j'ai donc moins accroché au personnage quant à April son côté brut de décoffrage, si on le comprend, peut surprendre voire lasser parfois. A travers elle, l'auteur essaie de démontrer que l’extrémiste, dans toutes les causes, ne les fait malheureusement pas avancer, quelle que soit la sincérité de ceux qui s'y impliquent. Aucune des quatre n'a été réellement épargnée par la vie,
    chacune a vécu des expériences plus ou moins décevantes avec les hommes, qui les emmènent donc à faire évoluer leur point de vue et leur attitude mais sans leur faire oublier jamais qu'elles sont des femmes, qu'elles n'en sont pas moins importantes pour cela et qu'elles méritent le respect et la reconnaissance. Le roman de J. Courtney Sullivan nous montre que bien du chemin reste encore à faire et que si pas mal d'évolutions, ces quarante dernières années, concernant les femmes, ont permis de faire avancer la cause, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Ses questionnements sur la prostitution aux Etats-Unis, véritable fléau de certains Etats et villes défavorisés, flirte également avec une subtile dénonciation du racisme, les jeunes prostituées étant bien souvent des Afro-américaines moins bien protégées que les Blanches voire totalement ignorées.
    Le roman met du temps à démarrer, même si le style percutant de l'auteure accroche aussitôt. Le traducteur a fait un travail formidable et réussi à capter ce phrasé et ce parler particulier des Américains. Le livre est très oral, basé sur des dialogues intéressants, très dynamiques et les parties narratives n'ont rien à leur envier. Elles aussi sont très maîtrisées, agréables et fluides à lire. Le livre s'étoffe et prend de la densité à partir du moment où April s'engage dans un projet ambitieux et dangereux qui va bouleverser leur vie à chacune. Et si on pourrait craindre que le roman ne s'essouffle lorsque les jeunes femmes quittent la fac, entrent dans la vie active et deviennent des adultes, au contraire, l'histoire n'en est pas moins intéressante car elles restent toutes plus ou moins liées, d'une manière ou d'une autre, au campus de Smith où elles se sont connues -ou plutôt devrait-on dire reconnues.
    Le roman traite aussi justement de ce monde universitaire très ancré dans la culture américaine. Pour la plupart, les facultés ont été créées au XIXème siècle, elles ont un passé et une histoire propre à chacune. Il y'a les universités de garçons, les universités de femmes, certaines qui ont gardé, comme Smith, leur identité propre, d'autres qui ont tendu, au fil du temps, à se diversifier. Toujours est-il qu'intégrer le système universitaire est un véritable tremplin pour les jeunes Américains, une sorte de rite initiatique et une appartenance à une véritable micro-société qui peut nous surprendre, nous lecteurs français, car nous n'abordons pas le monde universitaire de la même manière. Si, en Europe comme en Amérique, c'est la continuité logique et naturelle du secondaire, du moins pour ceux qui veulent s'engager dans de longues études, on se rend compte que l'université, aux Etats-Unis, est très codifiée et marque un virage dans la vie de chaque étudiant. Les fraternités, groupes intimement liés aux universités américaines, en est un très bon exemple. Ça n'est pas juste la suite logique du lycée ; la fac, c'est aussi un état d'esprit, une notion qui, sans être inexistante chez nous, l'est en tous cas moins ou du moins, moins perceptible.
    Bref, j'ai aimé ce roman même si le début ne m'a pas emballée et j'en sors agréablement surprise. Je ne lis pas beaucoup de contemporaine mais je ne regrette pas d'avoir découvert Les Débutantes, au contraire. Ce livre est une vraie ode à l'amitié et un bel hommage aux femmes. Un roman à découvrir si on est intéressé par la cause féministe ou si l'on aime les grandes histoires d'amitié.

    En Bref :

    Les + : des personnages intéressants et bien travaillés ; un style bien particulier et très bien traduit ; une belle ode à l'amitié et aux femmes.
    Les - : un début long à démarrer. 


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Septembre 2016 à 22:05

    J'ai aussi énormément aimé ce roman!

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 22:07

        Qu'est-ce qui t'a plu le plus dans ce roman ? Moi ce sont surtout les personnages féminins, tous différents mais attachants et ce côté très audacieux : c'est le premier roman que je lis qui traite aussi bien du féminisme, sans langue de bois et j'ai beaucoup aimé ! ! Ce fut une agréable surprise. sarcastic

    2
    Jeudi 6 Octobre 2016 à 09:43

    Je le note assurément ! Le féminisme au Etats-Unis, c'est très intéressant. J'aime aussi beaucoup les livres qui parlent des facultés américaines. Donc, deux bonnes raisons pour que je fasse cette lecture :-D

      • Vendredi 7 Octobre 2016 à 10:43

        Oui, le sujet est intéressant, je suis d'accord avec toi et il a été bien traité par l'auteure, ce qui ne gâche rien. J'ai aimé ses différentes approches, chacune des quatre filles a une vision personnelle, plus ou moins engagée. J. Courtney Sullivan ne porte pas de jugements, elle constate et en lisant son roman on se rend compte qu'il y'a encore pas mal de chemin à faire pour en arriver à une véritable égalité... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :