• Les Mystères de Druon de Brévaux, tome 3, Templa Mentis ; Andrea H. Japp

    «Un secret n’est jamais si bien protégé que lorsque peu le partagent. »

    Les Mystères de Druon de Brévaux, tome 3, Templa Mentis ; Andrea H. Japp

    Publié en 2012

    Editions J'ai Lu

    445 pages

    Troisième tome de la saga Les Mystères de Druon de Brévaux

     

    Résumé :

    Traquée par l'Inquisition, Héluise parcourt toujours les chemins de France sous le nom de Druon de Brévaux, mire itinérant. Pour venger la mort de son père, en dépit du danger, il lui faut découvrir où est cachée la pierre rouge qui a fait couler tant de sang et que l'Eglise et le roi convoitent. Ses investigations la mènent à Saint-Agnan-sur-Erre, où règne la terreur. Le prêtre et son secrétaire ont été égorgés puis crucifiés et des reliques ont disparu. Pourtant, personne n'a rien entendu, rien vu...et les crimes continuent ! Flanqué du petit Huguelin, Druon parviendra--il à élucider ce mystère et acceptera-t-il, au péril de sa vie, la vérité qu'il recherche tant ?

     Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Le temps des réponses approche pour la jeune Héluise, devenue Druon de Brévaux, mire itinérant sur les chemins du Perche, pour échapper à ses ennemis, et notamment à l'Inquisition, qui a fait périr son père. Templa Mentis est le troisième et avant-dernier tome des Mystères de Druon de Brévaux, quadrilogie qui a donc pour héros ce personnage original mais hautement abouti, cette femme à la grande intelligence devenue homme pour se protéger. Et, tandis que les premiers émois de cœur bouleversent la jeune demoiselle Fauvel, Druon, lui, doit continuer à se garer de ceux qui ne sont pas animés de bonnes intentions à son égard, des autres aussi, ceux qui agissent et avancent masqués et dont les motivations sont plutôt floues tout en résolvant des affaires de meurtre qui ensanglantent la petite bourgade de Saint-Agnan-sur-Erre...en effet, le prêtre et son secrétaire ont tous deux, à quelques jours de distance, été retrouvés assassinés sauvagement, l'un dans son église, l'autre dans la forêt. Que cachaient-ils pour qu'on s'en prenne ainsi à eux de si brutale manière ? A force de déduction, d'analyse et d'intuition, le savant mire, en binôme avec le grand bailli d'épée du Perche, Louis d'Avre, va commencer à démêler cette sordide histoire et à se rendre compte que, peut-être, il est bien plus concerné qu'il ne le croit par ces meurtres...car la fameuse pierre rouge, ce mystérieux rubis d'une eau incomparable, ramené en Occident des décennies plus tôt, à l'époque des Croisades, pourrait ne pas être étrangère à ces assassinats et à la sinistre ambiance qui, de fait, s'est abattue sur la tranquille petite bourgade.
    Dans ce troisième tome, mené tambour battant par une Andrea H. Japp visiblement au mieux de sa forme, l'enquête ésotérique et mystérieuse dans laquelle se mêlent magie, angélologie et manuscrits mystérieux et qui fait en quelque sorte la liaison entre tous les tomes de la saga, refait surface de façon plus importante que dans les deux premiers. Le temps des réponses approche, pour Druon-Héluise, des réponses, des déceptions et des espoirs aussi, peut-être. Bientôt, la jeune femme va comprendre pourquoi cette pierre rouge est tant convoitée. Parti-pris intéressant que de résoudre en quelque sorte une enquête, ou en partie, du moins, dans l'avant-dernier tome et non dans le dernier. Mais le quatrième et dernier volume de la saga sera en fait consacré à la lutte d'Héluise pour sa survie et celle du jeune Huguelin, devenu son protégé. Car rien n'est achevé depuis qu'Héluise a découvert un fameux trésor de connaissance qui pourrait bien faire basculer la société médiévale et occidentale de ce début du XIVème siècle. Ses ennemis n'ont pas désarmé et sont toujours sur sa trace et, d'ailleurs, se rapprochent dangereusement d'elle.
    Je ne vais pas vous cacher que j'ai véritablement dévoré ce troisième volume et que j'ai même eu du mal à le lâcher ! Si l'intrigue purement policière autour du prêtre et de son secrétaire reste, somme toute, assez banale, l'intrigue un peu plus mystique et qui rapproche, en cela, Les Mystères de Druon de Brévaux de La Dame sans Terre, devient de plus en plus haletante et la montée crescendo des événements et du drame ne donne donc qu'une envie : que le dénouement arrive enfin pour y voir plus clair, pour comprendre. Quelles sont les motivations de toutes ces personnages, jusqu'aux plus puissants, comme le roi de France ou bien encore le pape ? Pourquoi toutes ces personnes aux destins opposés, aux existences si différentes, sont-elles animées par le même but ? La découverte de cette pierre rouge qui, Héluise commence à le comprendre, ne serait peut-être pas si étrangère que ça au trépas de son père dans les geôles de l'Inquisition d'Alençon...
    Nous sommes également dans un contexte historique qui incite à ces intrigues complexes, embrouillées voire quelque peu surnaturelle. Le Moyen Âge est une époque fertile et qui ne cesse de faire cogiter les esprits des meilleurs romanciers. C'est une période qui reste pour nous relativement mystérieuse et lointaine, même si les avancées historiques et scientifiques nous permettent aujourd'hui de mieux connaître le quotidien, les us et coutumes de nos ancêtres. On pense connaître la période mais, en général, nos informations sont mâtinées d'idées reçues et de clichés. Pour autant, ces dix siècles, particulièrement importants dans notre Histoire, restent de formidables tiroirs, si je puis dire, riches d'événements et de personnages aux identités bien définies et intéressantes, dans lesquels les romanciers n'ont plus qu'à puiser.
    Ce que j'aime aussi dans les romans de Japp et que l'on retrouve dans Les Mystères de Druon de Brévaux comme dans ses autres sagas, ce sont justement ces connaissances historiques et solides, loin des clichés -qui pourtant ont la vie dure-, colportés depuis si longtemps qu'ils deviennent des presque vérités. Ses romans sont accompagnés de glossaires historiques et de notices biographiques bienvenues et les notes de bas de page sont toujours explicites et intéressantes. Et cela donne bien évidemment une véracité certaine au roman, un sentiment de cohérence au lecteur. On a l'impression d'y être, en cette année 1306. Les romans de Japp sont en général des condensés d'une société passée, un panorama de ce Moyen Âge qui fascine. Ses recherches sur la médecine de l'époque, son exercice, les différents personnages habilités à le faire -les médecins, qui étaient des clercs, donc tonsurés, les mires, qui étaient laïcs- et les traitements nous donnent aussi le sentiment , à nous lecteurs, de devenir partie prenante du roman. Parce que, finalement, ses romans sont des reconstitutions grandeur nature, un véritable petit film où se côtoient toutes les strates de cette société, des plus grands, aux miséreux et même aux simples d'esprit, qui prennent d'ailleurs une place relativement importante dans l'oeuvre et l'univers de Japp...
    Templa Mentis ne déroge pas à la règle. A l'issue de ma lecture, je n'avais qu'une envie, me plonger dans le dernier volume. Ce que j'ai fait.

    En Bref :

    Les + : une enquête menée tambour battant, un roman époustouflant et un héros mi-homme mi-femme toujours aussi attachant.
    Les - :
    mais...aucun ! ! 


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :