• Marco Polo, tome 2, Au-delà de la Grande Muraille ; Muriel Romana

    « Profitez seulement des moments que nous passons ensemble. Ne pensez pas à ceux qui nous séparent. C'est ainsi que l'on parvient au bonheur et que la paix peut gagner votre cœur. »

    Couverture Marco Polo, tome 2 : Au-delà de la Grande Muraille

     

     

         Publié en 2002

      Editions N°1/Stock

      361 pages 

      Deuxième tome de la saga Marco Polo

     

     

     

     

     

    Résumé :

    1278. Arrivé à Pékin depuis trois ans, le jeune Marco Polo est devenu un familier du Grand Khan Khoubilaï. Fasciné par cet empereur mongol dont les terres s'étendent sur la moitié du monde et flatté par l'estime qu'il lui porte, le Vénitien comprend qu'il a rencontré son maître. 

    Marco Polo est appelé à vivre un destin fabuleux sur ces terres d'Asie qu'il sillonne jusqu'au Japon, l'île imprenable du shogun. Il devient tour à tour gouverneur d'une province chinoise et ambassadeur de guerre. Dans ses voyages tandis que Xiu Lan, une courtisane aux pieds bandés, l'initie à l'art délicat de l'érotisme, le Vénitien fait l'expérience de l'efficacité des postes aux dix mille relais et se passionne pour les prodiges de la médecine chinoise. Il va d'étonnement en fascination, apprend que la terre est ronde, découvre l'usage du papier-monnaie, l'invention de l'imprimerie et mille autres merveilles. Mais pour que s'accomplisse son destin, il lui reste à tenir une promesse sacrée : retrouver, au-delà de la Grande Muraille, un fils perdu, un fils dont il ne sait rien... 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Quand démarre l'intrigue de ce deuxième tome, Marco Polo, âgé de vingt-quatre ans, est à la cour du Grand Khan depuis trois ans. Il s'est familiarisé à ce nouvel environnement bien différent de sa Venise natale, il a appris la langue, a fait siennes les coutumes mongoles. Et surtout, il est devenu un personnage familier à la cour de Khoubilaï, qui se pose en plus grand empereur du monde. Malgré la défiance de certains, Marco a réussi à se faire une place et à devenir un personnage sur lequel l'empereur se repose.
    La Chine, en ce tournant du XIIIème siècle est un très vaste empire, dans lequel le moindre voyage devient une véritable épopée. Elle abrite des centaines de peuplades aux coutumes variées et aux langues différentes et attire les marchands : Européens, Moyen-Orientaux, originaires du sous-continent asiatique, de nombreux convois traversent pendant des mois les terres reculées de l'Asie médiévale pour gagner Khanbaliq, la capitale du Grand Khan (l'actuelle Pékin).
    Marco se verra confier un poste de gouverneur d'une province chinoise par Khoubilaï et entreprendra un long voyage qui l'emmènera des steppes du Nord jusqu'aux jungles du Sud, aux portes des empires khmer, birman et annamite. Il découvrira aussi la Corée et le Japon, mystérieux archipel au large du continent, qui tient la puissante armée mongole en respect depuis de nombreuses années et n'hésite pas à narguer le Grand Khan.
    Dans ce monde qui n'est pas le sien, pourtant, le Vénitien parvient à tirer son épingle du jeu et se faire une place : celle-ci n'est jamais stable ni acquise et c'est à force de diplomatie et de connaissances sans cesse accumulées sur sa terre d'élection et ses coutumes que Marco Polo parvient à devenir un personnage de premier ordre, dans cette Chine morcelée entre l'influence des Mongols et celle de ses dynasties ancestrales (à la fin des années 1270, Khoubilaï Khan combat en effet la dynastie des Song, à laquelle va succéder la dynastie mongole des Yuan, jusqu'en 1368).
    Marco Polo découvre un pays déjà en pleine expansion, particulièrement en avance sur l'Europe de la même époque : on connaît déjà en Asie le papier-monnaie, on maîtrise la poudre à canon et les armes à feu, la médecine est déjà particulièrement développée et s'appuie sur des principes de base qui sont encore ceux des médecines alternatives d'origine asiatique très prisées aujourd'hui comme l'acupuncture. 

     

    Les frères Polo reçus à la Cour du Grand Khan (illustration du Livre des Merveilles, vers 1410)


    Ce roman m'a dépaysée et fait voyager. J'ai pris un vrai plaisir à découvrir cette Chine médiévale que je ne connais pas bien mais qui est fascinante : on comprend donc légitimement l'attirance des Européens du Moyen Âge et de l'époque moderne pour ce continent pas si lointain mais mystérieux et qui est alors l'objet de tous les fantasmes. Il est vrai que le mode de vie des Asiatiques et, en particulier des Chinois, n'a absolument rien à voir avec les leurs. On découvre un monde saturé de parfums, d'épices, de couleurs, des villes grouillantes de monde et d'activité. Des coutumes qui peuvent nous paraître surprenantes aussi mais qui ont alors toute leur place dans la société chinoise, comme la tradition des pieds bandés chez les jeunes filles.
    A aucun moment, à la lecture de ce roman, je ne me suis ennuyée. Alors oui, si vous aimez les romans très rythmés, vous risquez peut-être de trouver le temps long, parce que le roman est au final assez lent : j'ai parfois eu l'impression qu'il était extrêmement visuel, ce sont des scènes pleines de couleurs et de senteurs qui se juxtaposent les unes aux autres. L'utilisation du présent, à la place du passé simple, donne aussi ce sentiment de lenteur... Pour autant, ce n'est pas gênant selon moi, parce que la force du roman réside ailleurs : c'est l'Histoire avec un grand H, le récit de voyage aussi, qui comptent. C'est ça qui m'a le plus captivée et je n'ai pas été gênée qu'il n'y ait pas énormément de rebondissements et d'aventures.
    Basé sur de solides recherches (historiques, cartographiques...), Au-delà de la Grande Muraille est un roman passionnant, comme le tome qui le précède, La Caravane de Venise, qui m'avait littéralement émerveillée (La Route de la Soie me fascinant, il est vrai que cela ne pouvait être autrement)... J'avais peur justement qu'après ce premier tome pour lequel j'avais un intérêt tout particulier (je ne peux vous dire pourquoi cette route commerciale mythique me passionne autant mais je suis extrêmement attirée par son Histoire et les différentes régions du monde qu'elle traverse), le deuxième, qui se passe essentiellement en Chine, me plaise moins. Au final, ça n'a pas été le cas et si je n'ai pas un intérêt forcément développé pour l'Histoire médiévale asiatique, j'ai pris un grand plaisir à ce voyage en plein cœur de la Chine du XIIIème siècle, qui m'a un peu rappelé l'atmosphère du roman Impératrice de Shan Sa.
    Même si, aujourd'hui, la véracité du Livre des Merveilles et du voyage en Chine de Marco Polo est fortement remise en cause (c'est un tournant récent de l'historiographie, les premiers chercheurs osant mettre en avant cette hypothèse se trouvant souvent mis au ban de la communauté historienne), à aucun moment je ne me suis posé la question en lisant ce roman : c'est peut-être faux mais j'ai pris plaisir à me laisser porter par cette intrigue. Peut-être aurons-nous dans les années à venir des preuves que Le Livre des Merveilles est un tissu de mensonges et que le voyage en Chine n'est qu'une chimère, ce que de plus en plus d'historiens considèrent comme avéré désormais, mais peu importe ! Après tout, l'avantage du romancier sur l'historien, c'est qu'il peut développer l'imaginaire. Marco Polo ou un autre, qu'importe ? Probablement que des Occidentaux, suivant la Route de la Soie, sont arrivés jusqu'en Asie à cette époque-là et même si l'on n'en garde pas de traces avérées, peu importe, au fond : ce qui est intéressant finalement c'est plus la découverte géographique et sociale de cette Asie mystérieuse et passionnante. Dommage d'ailleurs que cette saga ne soit pas très connue car elle le mérite pour la qualité de son récit.
    J'ai déjà hâte de lire le troisième tome !!

    En Bref :

    Les + : un récit basé sur des recherches historiques solides et qui met l'imaginaire du romancier au service de l'Histoire en venant combler ses lacunes. On voyage, c'est dépaysant, exotique, en un mot, passionnant.
    Les - :
    Aucun. J'ai passé un excellent moment.

     


    Marco Polo, tome 2, Au-delà de la Grande Muraille ; Muriel Romana 

      Mémoires de la baronne d'Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789 ; Henriette Louise de Waldner de Freundstein, baronne d'Oberkirch LE SALON DES PRÉCIEUSES EST AUSSI SUR INSTAGRAM @lesbooksdalittle


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :