• Quand soufflera le Vent de l'Aube ; Emma Fraser

    « La douleur peut paraître insurmontable, insupportable, mais tout cela prendra fin. Aussi sûr que l'aube succède toujours à la nuit la plus noire, le bonheur est assuré après le malheur. »

    Couverture Quand soufflera le vent de l'aube

     

     

     Publié en 2013 au Royaume-Uni 

     En 2018 en France (pour la présente édition) 

     Titre original : When the dawn breaks

     Editions Pocket 

     608 pages 

     

     

     

     

     

    Résumé : 

    Île de Skye, 1903. Jessie, fille de métayers, et Isabel, fille du médecin de l'île, grandissent ensemble sur cette terre pauvre du nord de l'Ecosse. Jessie rêve de devenir infirmière et Isabel de prendre la succession de son père. Mais la disparition mystérieuse du jeune héritier de l'une des familles les plus importantes de la région vient contrarier le destin des deux amies, bientôt obligées de se séparer. 
    De l'archipel des Hébrides à Edimbourg puis, durant la Première Guerre mondiale, de France en Serbie, leurs routes ne vont toutefois pas tarder à se croiser de nouveau. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Je verrais bien ce roman adapté en costume drama par la BBC ! Quand soufflera le Vent de l'Aube est une grande fresque historique qui se déroule sur plus de dix ans et nous fait traverser l'un des conflits les plus meurtriers de ces derniers siècles, la Grande Guerre, dans le sillage de personnages forts, déterminés et pleins de courage.
    En 1903, sur l'île de Skye, Jessie, fille de métayers de l'île rencontre à l'école Isabel McKenzie, la fille du nouveau médecin de Skye. Leur différence de condition les empêche de se lier d'amitié, pourtant Isabel et Jessie ne le savent pas encore mais elles ne cesseront jamais plus de se croiser et de se retrouver au cours des années qui suivront...les deux jeunes filles nourrissent qui plus est un rêve commun plutôt original en ce début de XXème siècle : Isabel veut suivre les traces de son père et rêve de devenir médecin, à une époque où les facultés de médecine sont encore fermées aux femmes. Quant à Jessie, elle souhaiterait devenir infirmière mais les études coûtent cher et elle devra faire bien des sacrifices avant de parvenir à toucher son rêve du doigt.
    Quand la guerre de Quatorze éclate, les conflits sanglants et meurtriers placent les médecins et les infirmières en première ligne. Isabel et Jessie ayant réussi à devenir ce qu'elles souhaitaient le plus être, elle se jettent à corps perdu dans ce nouveau combat destiné à sauver des vies et faisant fi de leurs propres épreuves et mettant leurs propres vies en danger.
    Du littoral de Skye jusqu'aux rues populeuses de l’Édimbourg du début du XXème siècle en passant par les champs de bataille serbes et les montagnes du Monténégro, Emma Fraser nous transporte dans un récit historique, épique et plein de souffle.
    Je n'ai pas tout aimé dans ce roman et le début, que je n'ai pas trouvé très évident et m'a empêchée d'entrer pleinement dans le récit dès les premières pages, m'a fait frôler le coup de cœur sans que je ne l'éprouve toutefois. Mais ce livre m'aura ceci dit très agréablement surprise, peut-être parce que je ne m'attendais pas à un récit de cette teneur en en démarrant la lecture, je ne m'attendais pas à être plongée aussi brutalement dans les marasmes et les horreurs de la Première Guerre en plein cœur des Balkans. Et pourtant, c'est bien ce qui va arriver : loin des théâtres habituellement décrits du conflit, notamment les tranchées de l'est et du nord de la France, ici, on suit nos infirmières et nos médecins dévouées en Serbie, où s'affrontent plusieurs armées et où les soignants et les brancardiers de la Croix-Rouge risquent chaque jour leur vie. On assiste à la mort des soldats, faute de moyens ou parce que des épidémies se déclarent ou bien encore parce que les armes ennemies leur ont infligé de trop terribles blessures et on partage l'angoisse et le découragement de Jessie, Isabel et leurs consœurs devant une telle horreur.

    Les oeuvres et les infirmières - Femmes et guerre

    Les infirmières de 1914-1918 furent surnommées « les Anges Blancs » ou encore « la Quatrième Armée » : celles qui œuvrèrent près des champs de bataille le payèrent parfois de leur vie.


    Si Emma Fraser a pris quelques libertés avec l'Histoire et la chronologie - Isabel est étudiante en médecine au début des années 1910 alors que les portes de la faculté ne s'ouvriront aux femmes qu'en 1916, par exemple-, son récit reste cohérent et c'est le plus important. Certains chapitres m'ont paru un peu superflus sans apporter toutefois de longueurs à la narration, qui reste dynamique et n'ennuie pas une seule seconde.
    Roman historique, roman d'amour et, en quelque sorte, manifeste féministe, Quand soufflera le Vent de l'Aube m'a rappelé bien d'autres romans que j'aie pu lire sur cette période : Un Amour Dérobé de MacKenzie Ford par exemple ou celui que j'ai lu dernièrement, de la Française Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Perline, Clémence, Lucille et les autres...En 1914, des millions de femmes se retrouvent seules, parfois avec une famille, des enfants, de vieux parents à prendre en charge alors que les hommes s'en vont au loin. A la campagne, il faudra s'occuper de la maison et de la ferme, à la ville, de nombreuses femmes travailleront dans les usiles textiles ou d'armement, à préparer les munitions. Et puis il y'aura les soignantes : elles sont peut-être minoritaires mais n'en sont pas moins importantes. On retient par exemple la figure de l'infirmière Edith Cavell, qui sera finalement accusée d'espionnage par l'ennemi, jugée et condamnée à mort. Chacune de ces femmes ayant fait le choix d'aider son prochain ne se posera pas de questions et agira, parfois au mépris de sa propre existence. Dans un tourbillon qui les emporte, Isabel, Jessie et les autres infirmières et médecins expérimentent un autre aspect de leur métier et montrent un courage au moins égal sinon supérieur à celui des hommes. Je les ai admirées pour leur courage et leur combativité qui ne faiblit jamais.
    Quand soufflera le Vent de l'Aube met du temps à se mettre en place. Mais les événements décrits dans la première partie du roman permettront aussi de comprendre ceux de la seconde et comment, notamment, nos choix personnels ou les secrets que l'on choisit de garder pour soi ou de partager peuvent parfois influer sur plusieurs vies et infléchir leur cours.
    Si vous aimez les récits de guerre et les portraits de femmes fortes, nul doute que vous aimerez le roman d'Emma Fraser et ses personnages dignes et pleins de courages, malgré leurs failles et leurs limites qui en font des héros résolument humains et donc proches de nous et dans lesquels on se plaît à se retrouver. 

    En Bref :

    Les + : un récit épique et plein de souffle, digne du meilleur costume drama, des personnages humains, divers, courageux et déterminés.
    Les - :
    à part le début un peu lent et quelques chapitres superflus, je n'ai rien trouver à redire à propos de ce roman. J'ai frôlé le coup de coeur et ne l'ai raté que de peu.

    Les soeurs Brontë : la Force d'Exister ; Laura El Makki

    Thème de mai, « Sous les drapeaux », 5/12


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Malorie Leduc
    Dimanche 24 Mai à 20:49
    Coucou.
    Voilà un roman historique qui me tente surtout pour le conflit mondiale en Serbie. Si j'ai beaucoup lu et vu de documentaire sur cette période de l'histoire, je ne connais pas du tout l'impact de cette terrible guerre dans ce quoi du monde. Je suis très curieuse du coup.
    Merci en tous cas d'en avoir parlé, car je serai sans doute passé à côté.
    Comme toujours une magnifique chronique. Bisous
      • Dimanche 24 Mai à 22:23

         

        Merci pour ce commentaire ! happy

        Je crois que ce roman n'est pas très connu je l'ai découvert par hasard et je l'ai peu vu sur Instagram ou sur les blogs et c'est dommage parce qu'il a vraiment du potentiel et m'a, vraiment, agréablement surprise. 

        Dans ma chronique je parle d'un costume drama digne de la BBC mais Quand soufflera le vent du nord, c'est quand même plus que ça... la partie qui se passe dans les Balkans m'a beaucoup plu par exemple. Et la description du travail plein d'abnégation du personnel soignant en pleine guerre mondiale est indéniablement le gros plus de ce roman dans lequel on suit des femmes fortes et déterminées. Franchement je recommande ! smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :