• The Rose Saga, tome 3, L'Indomptable ; Jennifer Donnelly

    « Car de grandes violences se préparaient qui changeraient le monde pour toujours. L'amour n'avait pas sa place dans cette époque de terribles tourments.  »

    The Rose Saga, tome 3, L'Indomptable ; Jennifer Donnelly

    Publié en 2011 en Angleterre ; en 2013 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Wild Rose

    Editions Pocket

    701 pages

    Troisième tome de la saga The Rose Saga

    Résumé :

    Au début du XXe siècle, le monde découvre de nouveaux aventuriers : les alpinistes, qui s'attaquent aux cimes les plus inaccessibles. Un univers d'hommes dans lequel Willa Alden a pourtant su se faire un nom. Jusqu'à ce terrible accident qui la laisse infirme et met fin à son histoire d'amour naissante avec Seamus Finnegan. 
    Le décès de son père va tirer Willa de sa retraite himalayenne. A Londres, l'attendent Max von Brandt, un amant au double visage, le fougueux Seamus, marié à une autre, ainsi que les préparatifs d'une guerre mondiale avec ses cohortes de mensonges et de trahisons... 

    Ma Note : ★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    C'est avec un brin de nostalgie que je referme ce roman. En effet, L'Indomptable est l'ultime tome d'une trilogie, The Rose Saga, qui nous a emmené de la fin du XIXème siècle au début du XXème, en compagnie de personnages attachants.
    Cette saga, je l'ai découverte un peu par hasard. J'ai acheté le premier tome, sans savoir que c'était une saga d'ailleurs, bien avant d'être blogueuse. Et je ne l'ai pas lu. Il est resté sagement rangé dans un placard puis j'ai de nouveau eu envie de le lire. Ce fut chose faite en février 2015 et... J'ai fait une très bonne découverte, qui m'a très agréablement surprise, malgré quelques points -mais vraiment mineurs- qui m'ont un peu gênée.
    Par la suite, en décembre 2016, j'ai lu L'Ange de Whitechapel et j'ai énormément aimé ! Un roman qui se dévore, vraiment.
    Alors évidemment, si parfois je commence une lecture sans attentes particulières, vous vous doutez que, cette fois, ce n'était pas le cas. J'attendais beaucoup de ce dernier tome. Est-ce que la saga allait se bonifier jusqu'au bout ? Est-ce que je serais encore plus séduite qu'à l'issue de ma lecture de L'Ange de Whitechapel ? Est-ce que c'était possible ? Voilà toutes les questions qui me sont passées par la tête avant que je ne retrouve, une dernière fois, tous les protagonistes de cette grande saga historique.
    Sa particularité est qu'elle est essentiellement féminine. Dans chaque tome, nous suivons un nouveau personnage principal, mais il s'agit toujours d'une femme. Dans L'Insoumise c'est Fiona Finnegan, jeune fille des quartiers modestes de Londres qui parviendra à se hisser au rang des plus grands exploitants de thés du royaume ; dans le deuxième tome, c'est India Selwyn Jones, jeune médecin, tombée amoureuse d'un chef de la pègre et qui se bat pour le sortir de cet enfer ; enfin, dans le dernier tome, la place est faite à Willa, déjà découverte dans le deuxième volume. Après l'insoumise et l'ange, voici donc venue l'indomptable ! Tout un programme.
    Amie d'enfance de Seamie, le jeune frère de Fiona, Willa Alden est une jeune femme de bonne famille. Mais elle nourrit une passion dévorante : celle des grands sommets. Alpiniste pleine de ferveur elle doit cependant renoncer à son rêve après un terrible accident lors de l'ascension du Kilimandjaro. Obligée de rester au sol, reconvertie en guide et géographe, Willa fuit sa vie d'avant et même Seamie, qu'elle aime pourtant, pour une vie vagabonde et solitaire, minée par les regrets, car elle ne peut supporter de vivre son rêve par procuration. Mais à l'aube de la Grande Guerre, un deuil brutal rappelle Willa en Angleterre. Et là-bas, elle va recroiser la route de celui qu'elle avait pourtant laissé derrière elle, huit ans plus tôt et ces retrouvailles vont assurément bouleverser sa vie, ainsi que celle de Seamie, qui avait essayé de se reconstruire loin d'elle. 
    Après un premier tome plein de qualités mais un peu bancal par bien des aspects, un deuxième franchement pas mal et vraiment abouti, l'ultime tome de The Rose Saga est assurément LE coup de maître ! Je n'y ai pas tout aimé et la fin m'a empêchée de ressentir le coup de cœur que je pressentais pourtant. Mais dans l'ensemble, j'ai été totalement emballée et convaincue par cette grande fresque historique pleine de souffle, qui s'achève avec la Grande Guerre, sur une note d'espoir et de renouveau. La saga des Finnegan et des Bristow s'achève au début des Années Folles, alors que la Première guerre mondiale se termine, laissant une Europe meurtrie et exsangue mais bien décidée à revivre. Jennifer Donnelly n'a pas choisi un point de vue traditionnel puisque, loin de nous emmener dans l'enfer des tranchées ou sur les plages de Gallipoli, c'est en plein désert qu'elle nous fait voyager, aux côtés de Willa et Lawrence d'Arabie. On oublie souvent que des combats eurent lieu en Afrique et dans la péninsule arabique et pourtant c'est bien le cas.
    L'Indomptable est un roman exotique et dépaysant... Des dunes de l'Arabie en passant par les sommets de l'Himalaya pour revenir en Angleterre, on ne s'arrête pas une seconde.
    Le roman est servi, qui plus est, par des recherches précises sur l'époque, le contexte, la politique -par exemple la lutte des suffragettes mais aussi l'espionnage et le contre-espionnage en temps de guerre.
    Ce que j'aime chez Jennifer Donnelly, c'est qu'elle laisse aussi une grande part aux petites histoires. Je ne vous surprends pas si je vous dis que, depuis le début, les histoires d'amour sont au centre des intrigues de The Rose Saga. Mais elles ne sont jamais évidentes et jamais trop faciles ; ainsi on ne tombe pas dans une mièvrerie pleine de guimauve, qui m'énerve vite. Je n'ai rien contre l'eau de rose mais il faut juste savoir la doser. Chaque personnage est finalement un représentant, un symbole de l'époque dans laquelle il vit, mais il est aussi un humain comme les autres. J'ai aimé toutes les nuances apportés aux personnages, qui en font des héros ciselés, aboutis, avec une psychologie très précise et une complexité qui empêche de tomber dans le cliché : le meilleur exemple est certainement Max von Brandt. Jennifer Donnelly a réussi à me balader jusqu'au bout et je ne m'attendais pas à la révélation de la fin.
    La fin, justement, parlons-en. Comme dans le premier tome, L'Insoumise, la fin de L'Indomptable ne m'a pas convaincue. Ou disons qu'elle ne m'a pas totalement convaincue, cela est plus juste. Après des péripéties relativement nombreuses mais vraisemblables j'ai trouvé que les rebondissements à la fin étaient peut-être un peu superflus et téléphonés : trop de hasard tue le hasard.
    A part ça, rien à signaler. J'ai passé un très bon moment et j'étais un peu triste de tourner l'ultime page du roman. Je me suis énormément attachée à tous les personnages rencontrés depuis L'Insoumise et qu'on retrouvait tous, de loin en loin, d'un tome à l'autre. Mais je garde à l'esprit une saga historique vraiment pas mal fichue, très bien écrite et qui, malgré quelques petits bémols, aura su me séduire totalement et j'ai trouvé que L'Indomptable la clôturait admirablement, avec la plus intrépides des trois héroïnes, cette jeune Willa déjà rencontrée et qui s'avère être une femme exceptionnelle. Un personnage de roman, peut-être, mais il y'eut certainement des femmes comme elle à cette époque, qui se battirent pour leurs passions et pour leur pays. 

    En Bref : 

    Les + : une belle intrigue, pleine de souffle et servie par un contexte historique intéressant et bien rendu, grâce à des recherches importantes et assez précises. 
    Les - : une fin un peu moins à la hauteur du reste du roman. 

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Cellardoor
    Mercredi 3 Janvier à 13:08
    Cellardoor

    Je me souviens que j'avais bien aimé L'insoumise mais que je lui avais trouvé quelques longueurs... J'avais également trouvé sa fin facile. Du coup, cela avait un peu entaché ma lecture. Il m'avait été chaudement recommandé par une blogueuse :)

    Il faudrait vraiment que je lise L'ange de Whitechapel mais où trouver le temps ?? argh !  

     

      • Mercredi 3 Janvier à 14:27

        L'Insoumise m'avait plu pour le contexte choisi et pour la manière dont l'auteure raconte son histoire... Ce que j'ai retrouvé ensuite avec plaisir dans les deux autres tomes de la trilogie, d'ailleurs. La fin ne m'avait pas convaincue, comme c'est le cas (peut-être un petit moins ceci dit) pour L'Indomptable. Dans le premier tome, ce qui m'avait vraiment gênée, c'est l'ascension sociale fulgurante de Fiona, que je n'ai pas forcément bien comprise...Tout va trop vite et perd ainsi en crédibilité. Mais j'ai trouvé les personnages attachants, bien travaillés et la trame historique solide (on sent les recherches de l'auteure). 

        L'Ange de Whitechapel est peut-être le meilleur des trois. Enfin, c'est difficile, je ne sais pas trop... yes Très difficile de se prononcer entre celui-ci et L'Indomptable qui est, somme toute, franchement pas mal du tout et mené d'une main de maître. Je crois que la saga se bonifie vraiment avec le temps. J'ai bien fait finalement de ne pas rester sur les quelques petits points négatifs m'ayant gênée dans L'Insoumise parce que les deux autres volumes sont vraiment bien et je te les conseille, d'ailleurs... cool Enfin...quand tu auras le temps... sarcastic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :