• Un Amour Dérobé ; Mackenzie Ford

    « Les gens ont rarement des raisons simples d'agir comme ils le font. »

    Un Amour Dérobé ; Mackenzie Ford

    Publié en 2008 en Angleterre ; en 2013 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Kissing Gates

    Editions Pocket

    548 pages 

    Résumé :

    Décembre 1914. Un peu partout sur le front, les soldats cessent le combat : c'est la trêve de Noël. Le temps d'une accolade, Hal, un officier britannique, fraternise avec son homologue allemand, Wilhelm. Ce dernier lui fait une demande troublante : remettre à sa fiancée anglaise une photo de lui. 
    Blessé puis démobilisé, Hal part retrouver la jeune femme. Mais au premier regard, il est bien incapable d'honorer sa promesse... C'est le début pour lui d'une nouvelle vie et d'une histoire d'amour qui ne lui appartient pas. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    En 1914, pour Noël, une trêve spontanée a lieu dans les tranchées et les soldats cessent d'eux - mêmes le feu et fraternisent, autour d'un sapin décoré et de chants de Noël.
    Dans un secteur des Flandres, un officier britannique, Hal, se trouve face à un officier allemand, Wilhelm. Avant la guerre, celui-ci enseignait l'allemand en Angleterre, où il a laissé une fiancée. Il demande alors à Hal, comme une faveur, de retrouver la jeune femme, Sam et lui donne une photo de lui à lui remettre.
    Hal s'acquittera de sa tâche et retrouvera Sam, dans un petit village à côté de Stratford, où elle est institutrice. Mais il n'ira pas plus loin... Car la jeune et jolie jeune femme ne lui est, d'emblée, pas indifférente. Et après l'avoir mieux connue, il n'a plus du tout envie de tenir sa promesse au jeune officier allemand... Petit à petit, Hal s'installe dans un jeu de dupes dont il sera de plus en plus difficile de sortir et dont, au fond, il n'a plus envie de sortir...
    Un Amour Dérobé est un roman d'amour intense sur fond d'Histoire et pas n'importe laquelle, celle de la Grande Guerre qui fit tant de morts et bouleversa une époque.
    Il n'en est pas pour autant évident et c'est ce que j'ai trouvé d'extrêmement fort et parlant dans ce roman qui, somme toute, aurait pu s'avérer banal autrement.
    L'identification aux personnages est facile et on se retrouve en eux, que ce soit dans les hommes comme dans les femmes... Ces vies que la guerre a bouleversées sans espoir de retour en arrière, sont finalement comme des centaines d'autres : Hal est un jeune militaire que les circonstances ont amené dans un bourbier sans nom, sa soeur Izzy une idéaliste qui devient infirmière au front par conviction, Sam une institutrice dévouée à ses élèves, les soeurs de cette dernière employées de théâtre ou autres... Rien que de très banal finalement et c'est ca, je pense, qui est évocateur et nous permet de nous sentir proche d'eux tous... Peut-être aussi parce que, à cent ans de différence, nous menons une vie en parallèle, avec nos propres combats, notre propre contexte mais que l'on est tenté d'établir un lien avec ces ancêtres pas si éloignés que ça de nous, finalement.
    Plus que les femmes, finalement, c'est surtout Hal et Wilhelm, croisé brièvement mais présent tout au long du récit, comme un fil de trame ténu, qui m'ont plu... Certains personnages masculins dans les romans peuvent plaire et troubler comme de véritables humains, en chair et en os... J'ai l'habitude de dire que, parfois, je tombe amoureuse de certains personnages de roman : ça m'est arrivé avec Marius des Misérables, avec Laszlo de La Part des Flammes... 
    Et dans Un Amour Dérobé, j'avoue que j'ai quand même eu un gros faible pour nos deux héros et peut-être même encore plus pour Wilhelm, qu'on croise peu et qui garde donc une grande part de son mystère. Et du coup, j'ai aussi compris, par ricochet, l'attrait qu'il pouvait exercer sur Sam, l'héroïne féminine. CQFD.

     

    Militaires britanniques et allemands rassemblés dans le no man's land lors de la trêve de Noël (1914)


    Un Amour Dérobé est un grand roman d'amour où un nombre incalculable de sentiments s'entremêlent, de l'amour filial qui n'est pas toujours celui que l'on pense et qui peut même se tisser en dépit des liens du sang, jusqu'au désir purement physique, en passant par des sentiments plus complexes mais qui n'en sont pas moins sincères..
    Ce roman, c'est aussi celui d'un cas de conscience, celui de Hal, qui s'enferre dans un mensonge dont progressivement il devient le prisonnier, sans aucune échappatoire possible. Et en même temps, on comprend qu'il n'en a pas vraiment envie et que ce mensonge, s'il le fait se sentir coupable, lui est aussi agréable : agréable parce qu'il est amoureux de Sam et parce qu'il s'est petit à petit attaché au petit garçon, de la jeune femme, dont il n'est pas le père mais qu'il aime malgré tout comme si c'était le cas. Voilà pourquoi je parlais un peu plus haut de sentiments complexes : parce qu'il n'est pas question ici de passion ou de sentiments évidents, mais bien plus subtils. Et c'est ce que j'ai aimé dans ce roman.
    L'autre gros point fort du roman, pour moi, c'est le contexte historique. Depuis quelques années, je suis de plus en plus intéressée par la Première guerre mondiale. Je trouve cette époque assez passionnante, malgré son horreur. La guerre de Quatorze, c'est un grand bouleversement pour l'Europe et même le monde entier. C'est la fin réelle du XIXème siècle, c'est le début d'une ère nouvelle, qui naît dans le sang et dans les larmes mais qui, d'une certaine manière, a façonné notre propre époque et notre propre société. La Première guerre mondiale c'est une époque intéressante politiquement, économiquement, socialement... C'est le renversement de l'ordre ancien, le début d'autre chose, même si personne ne sort indemne de ces quatre années de guerre.
    Au travers du personnage de Hal, on aborde la Grande Guerre autrement que par le biais des combats dans les tranchées... Certes, c'est toujours édifiant d'imaginer la vie quotidienne au front, le froid, la peur, la saleté, la mort omniprésente... Mais là, c'est avec l'espionnage et le contre espionnage, très importants en temps de guerre, que cette période est introduite dans son roman par Mackenzie Ford et j'ai trouvé que l'idée était bonne. J'ai découvert un univers que je ne connaissais pas du tout et qui m'a permis de comprendre aussi qu'on ne gagne pas les conflits uniquement sur le terrain mais aussi par la diplomatie occulte des services secrets.
    Bref, je crois qu'on peut dire que Un Amour Dérobé est un roman extrêmement complet et bien mené malgré quelques redondances. Historique et sentimental en même temps, il est écrit finement et les sentiments humains sont toujours subtilement décrits, sans mélo et avec justesse.
    Voici un roman surprenant, sur lequel je ne misais pas forcément en le commençant mais qui, au final, m'a beaucoup plu. 

    En Bref : 

    Les + : clairement, l'idée de départ. Certes, il est question d'amour tout au long du roman, mais tout cela n'est jamais abordé avec mièvrerie, au contraire. C'est très profond et puissamment évocateur. Le contexte historique est aussi très intéressant. 
    Les - : quelques redondances qui rendent parfois le récit un peu lourd, mais rien de grave. Le roman reste à recommander. 


  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Décembre 2018 à 15:30
    Mypianocanta

    Il a l'air bien tentant ce roman alors je le glisse dans ma wish. Merci pour cet avis :)

      • Samedi 15 Décembre 2018 à 15:59

        De rien ! ! Merci à toi pour ton passage... happy

        Je regrette presque d'avoir laissé ce roman dormir autant de temps dans ma PAL parce qu'au final, il s'avère que c'est une très bonne surprise... En fait, j'avais vu une note moyenne sur Livraddict et j'avais un peu peur... Au final, toutes les chroniques que j'ai lues ici ou là étaient enthousiastes et plutôt positives. Un amour dérobé n'a pas été un coup de coeur mais assurément une bonne lecture, que je recommande... Je ne suis pas fan de romance mais là, le roman est plus complexe, plus subtil...on y parle de sentiments, mais l'auteur le fait avec beaucoup de justesse, de sensibilité et de justesse... 

        J'espère que tu aimeras. happy

    2
    Mercredi 26 Décembre 2018 à 16:55
    Malorie
    Ce roman me fait penser au film "Joyeux Noël".
    J'ai bien envie de me pencher sur ce texte dont je n'avais pas du tout entendu parler.
    Nous savons effectivement que la trêve avait eu lieu en décembre 14 mais quand on sait que beaucoup de soldats (allemands ou français) n'avaient pas envie de se tuer les uns les autres ça n'en prends que plus de valeurs.
    Merci pour ton billet. Bises
      • Mercredi 26 Décembre 2018 à 18:50

        Oui, un peu, même si là, la trêve de Noël n'apparaît que dans les tous premiers chapitres... Elle est un point de départ plus qu'autre chose, malgré tout, j'ai trouvé sa description vraiment émouvante et troublante, les chants de Noël dans les tranchées etc... 

        La Première Guerre Mondiale, dont a fêté le centenaire de sa fin il y'a peu fait maintenant partie de notre Histoire, malgré tout, nous sommes encore tous concernés par ce conflit parce qu'il a marqué toutes les familles et nous avons tous un arrière-grand-père ou un arrière-arrière-grand-père qui a pu y participer et qui, souvent, n'en est pas revenu... Et on imagine que cette personne-là a peut-être vu de ses yeux ce que l'auteur décrit et c'est vraiment troublant et bouleversant. cry

        Ensuite, le roman est surtout basé sur l'histoire d'amour de Hal avec Sam, d'où le titre, Un amour dérobé... Au final, on ne voit que très peu la guerre des tranchées, mais j'ai apprécié aussi le point de vue de l'auteur et l'histoire racontée, si jolie quoique triste par moments et franchement pas évidente, mais qui, malheureusement, dans un contexte troublé comme celui de 14-18 n'est pas surprenant. 

        Je te conseille ce roman, je suis sûre qu'il te plairait ! cool Merci pour ton passage ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :