• Un Goût de Cannelle et d'Espoir ; Sarah McCoy

    « Personne n'est mauvais ou bon par naissance, nationalité ou religion. Au fond de nous, nous sommes tous maîtres et esclaves, riches et pauvres, parfaits et imparfaits. »

    Un Goût de Cannelle et d'Espoir ; Sarah McCoy

     

    Publié en 2012 aux Etats-Unis ; en 2015 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Baker's Daughter

    Autre titre français : La Bonne Etoile d'Elsie

    Editions Pocket

    491 pages 

    Résumé :

    Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa soeur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
    Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie...Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    En 2007, Reba Adams, une jeune journaliste du Texas, doit préparer un papier sur les traditions de Noël dans le monde. Elle a alors l'idée d'aller interviewer Elsie Merriwether, la propriétaire d'une boulangerie allemande à El Paso. Reba ne la connaît pas et ne sait pas encore qui elle va rencontrer. Elle ne sait pas que Elsie, soixante-dix-neuf ans, originaire de Garmisch, en Bavière, était adolescente pendant la Seconde guerre mondiale. Ses parents, les Schmidt, étaient boulangers durant cette période. Convaincus par l'idéologie nazie, ils étaient des citoyens comme les autres, travailleurs et ne faisant pas de vagues, s'enorgueillissant de voir leur fille aînée, Hazel, intégrer le Lebensborn de Steinhöring et leur cadette, Elsie, courtisée par un officier du Reich.
    Le soir de Noël 1944, la jeune Elsie, seize ans, se retrouve confrontée au choix d'une vie : sur la pas de la porte de la boulangerie familiale, elle trouve un jeune garçon, juif et échappé des camps, qui lui demande de l'aide...
    D'un interview anodin, sur les traditions d'un pays, petit à petit, l'échange entre Elsie et Reba change... parce que la vieille femme se confie progressivement, la jeune Américaine un peu paumée va profiter alors d'une formidable leçon de vie.
    Sarah McCoy a repris dans son roman tous les codes qui font le succès de ces romans très en vogue depuis quelques années et que Kate Morton a popularisé : deux époques, des secrets, un pont qui se crée entre les deux, grâce à l'un des personnages -en général, féminin et un peu paumé ou en quête de réponses quelconques.
    Reba ne déroge pas à la règle, même si le roman, dans son ensemble, diffère quand même pas mal des œuvres de Morton et consorts. On sent vite que cette jeune femme est un peu perdue dans sa vie... originaire de Virginie, elle a posé ses valises un peu au hasard et a élu domicile à El Paso, sans qu'elle ait l'air pour autant de s'y sentir bien.
    J'ai eu du mal à m'attacher à elle au départ, notamment à cause de son indécision que je ne comprenais pas... Puis petit à petit l'auteure distille quelques informations et on comprend nettement mieux pourquoi Reba est si instable. Si je ne me suis pas sentie plus proche d'elle pour autant, j'ai cependant ressenti de l'empathie et de la compassion.
    A vrai dire, comme beaucoup d'autres lectrices, j'ai largement préféré les chapitres consacrés à Elsie dans les années 1940 que les chapitres plus contemporains, dans lesquels Reba occupe une place centrale. Certes, on y retrouve Elsie, mais de manière plus effacée et ce n'est pas pareil.
    Indéniablement, pour moi, le point fort du roman est le fait que l'auteure ait eu l'idée de situer une partie de son intrigue en plein cœur de l'Allemagne nazie. Quand on parle de la Seconde guerre mondiale, en général, on pense aux victimes étrangères, aux populations qui ont eu à souffrir de l'occupation du Reich. On oublie trop souvent que le peuple allemand fut certainement la première victime du régime de Hitler. Sarah McCoy évite l'écueil qui menace toujours lorsqu'on choisit d'aborder une période comme celle-ci : celui de tomber dans un manichéisme trop facile sans aucune nuance. L'auteure au contraire, nous présente une société totalement écrasée sous le joug d'un régime tout puissant, qu'elle a voulu certes, à un moment donné, mais qui s'est retourné contre elle. Comme tous les autres habitants de l'Europe, en cette fin d'année 1944, les Allemands souffrent, du froid, de la fin, des exactions de la Gestapo et des soldats de plus en plus nerveux parce qu'ils sentent le vent tourner. Et certains, comme Elsie, commencent à douter du bien fondé du régime et naissent alors en eux l'envie de lutter. Nous avons eu la Résistance en France mais il y'en eut aussi en Allemagne.

    Des Lebkuchen (pains d'épices) en forme de cœur, pâtisserie emblématique de la boulangerie des parents d'Elsie, dans le roman


    J'ai aimé aussi que l'auteure fasse endosser des actes héroïques et courageux à des personnes totalement normales, voire considérées comme faibles, juste parce qu'elles ont été mues par leur conscience. Lorsque Elsie rencontre Tobias et prend sur elle de le cacher, elle entre certes en résistance mais surtout, elle écoute son cœur et sa conscience. Elle se retrouve alors confrontée à un dilemme terrible : la loyauté à un régime qu'elle ne cautionne plus ou bien suivre un sentiment plus fort que tout.
    Sarah McCoy démontre aussi avec justesse que tous les partisans du régime n'ont pas été des monstres. On pouvait être honnête et soutenir le régime nazi, parce que cela allait de soi : c'est le cas du père de Elsie, boulanger sans histoires, honnête et travailleur, qu'on pourrait considérer sans nul doute comme un homme bien mais qui supporta le parti nazi jusqu'au bout, par respect et amour de son pays.
    Quand Elsie explique à Reba que certains nazis étaient des hommes bien, la jeune femme réagit comme nous le ferions tous aujourd'hui : avec perplexité. Et pourtant, l'Histoire est toujours bien plus complexe que ce qu'on veut bien croire ou en retenir. Personne n'est jamais totalement coupable ou innocent.
    Un goût de cannelle et d'espoir est un roman vraiment captivant même si je sentais mon intérêt retomber dès qu'on revenait en 2007... Je n'ai pas détesté Reba mais, comme je le dis plus haut, je n'ai pas vraiment ressenti grand chose pour elle alors que je me suis beaucoup attachée à Elsie. Dans sa globalité, le roman est cohérent et tient la route. Je crois que j'aurais encore plus aimé s'il s'était passé intégralement dans les années 1940 avec, pourquoi pas, un petit saut dans le temps qui aurait permis de savoir ce que Elsie est devenue. J'aurais peut-être alors pu ressentir un coup de cœur, que je n'ai pas eu, même si je l'ai frôlé.
    Ce roman a beaucoup de qualités malgré quelques petits points plus faibles qui m'ont gênée. J'ai aimé aussi la forme que l'auteure lui a donné, alternant partie narratives et parties épistolaires -lettres, courriels-, notamment parce que certaines lettres sont particulièrement émouvantes. J'ai beaucoup aimé celles de Hazel, la soeur d'Elsie, qui n'apparaît d'ailleurs que comme cela.
    J'ai vraiment dévoré ce roman ! Il m'a fallu un peu plus de 48 heures pour le lire mais, dès le début, j'ai senti que ce roman allait être vite lu. Le style est fluide, plutôt agréable à lire. On se laisse vite prendre par l'intrigue non seulement parce que le personnage d'Elsie est intéressant mais aussi parce qu'un suspense s'installe rapidement et on a envie de savoir le fin mot de l'histoire.
    Contrairement à d'autres lectrices, je n'ai cependant pas été spécialement émue... Elle est très belle, certes, mais pas si émouvante que ça. Je l'ai aimée néanmoins : le roman est porteur d'espoir et la fin ne l'est pas moins.
    Petit plus aussi pour les recettes allemandes -Lebkuchen, Brötchen etc- qui figurent en fin de roman pour celles et ceux qui voudraient s'essayer à la pâtisserie allemande !
    Je conseille Un goût de cannelle et d'espoir en espérant que vous serez conquis comme moi.

    En Bref : 

    Les + : l'intrigue historique, touchante et très bien menée ; le style fluide et efficace de l'auteure. 
    Les - : les chapitres contemporains centrés sur Reba, qui ne m'ont pas intéressée. 

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Décembre 2017 à 20:45

    et oui, c'est toujours compliqué, lorsqu'un auteur mêle deux époques ou plusieurs voix, de se sentir proche de tous les personnages . Pour autant j'ai beaucoup aimé ce livre (à déguster avec de vrais Lebkuchen, miam, miam !)

      • Jeudi 28 Décembre 2017 à 21:42

        C'est le problème, en effet. Après, cela ne veut pas dire pour autant que tout le roman est à jeter, bien au contraire. C'est vrai que mon intérêt s'émoussait à chaque début de chapitre consacré à Reba. Mais, chose positive, c'est que ça me donnait envie de tourner les pages pour retrouver Elsie. Une vraie tension s'installe au fil du roman, surtout lorsque la jeune fille recueille Tobias. On se demande alors ce qui va se passer pour elle, on a très peur mais on a aussi envie de savoir. sarcastic

        Je ne suis pas fan de gastronomie nordique mais, j'avoue que les descriptions des pâtisseries donnaient envie, surtout les roulés à la cannelle... ^^

    2
    Cellardoor
    Mardi 16 Janvier à 15:40
    Cellardoor

    J'ai croisé ce titre plusieurs fois mais il ne m'intéressait pas, a priori, surtout à cause de son contexte historique. Ta critique me fait un peu changer d'avis sur la question. Si je ne le lirai pas forcément tout de suite, c'est un titre que je garderai en tête et que je range dans la catégorie "à tenter" !

      • Mardi 16 Janvier à 23:01

        Oui je comprends, c'est vrai que le contexte historique choisi n'est pas du plus simples mais, pour moi, c'est justement ce qui fait tout son intérêt d'autant plus que Sarah McCoy se débrouille très bien pour restituer toute la dureté du quotidien à la fin de la Guerre.  Après, j'avais très peur de ce que j'allais y trouver et j'avoue que parfois, je redoutais de tourner la page... 

        Mais je pense qu'il est à tenter, ce roman. Au pire, tu n'aimeras pas mais ce n'est pas grave ! Comme beaucoup de lecteurs, j'ai été un peu déçue par les chapitres consacrés à Reba : même si j'ai compris leur intérêt à la fin. Mais j'ai trouvé la trame historique consacrée à Elsie d'une grande qualité. Si tu le lis, j'espère que tu aimeras. ^^

    3
    Samedi 24 Février à 11:15

    J'aime bien ces histoires qui font un pont entre 2 époques, mais j'espère qu'elle sera bien menée ! J'ai hâte de le découvrir

      • Samedi 24 Février à 11:34

        Le roman est vraiment intéressant, même si j'ai été moins emballée par les chapitres contemporains. J'avoue que cela m'a fait passer à côté du coup de cœur mais j'ai quand même beaucoup aimé cette lecture. Elle a correspondu totalement à ce que j'attendais en l'achetant. happy Surtout, comme je le dis dans mon billet, j'ai vraiment beaucoup aimé le point de vue de l'auteure : situer son intrigue en pleine Allemagne nazie n'est sûrement pas facile... la Seconde Guerre est encore très présent à nos mémoires et c'est difficile de se débarrasser de certaines idées préconçues et de beaucoup de traumatismes encore vifs, parce que nous avons connu des gens qui ont vécu cette époque et qui se souviennent... Pour autant, Sarah McCoy apporte une vision toute en nuances et la famille d'Elsie est intéressante parce que, si la jeune fille va finalement se mettre à douter du bien-fondé du régime et entrer en quelque sorte en résistance ses parents, commerçants sans histoires sont de fervents partisans du nazisme tout en étant, au fond, des gens bien... Bref, j'ai trouvé le roman vraiment travaillé et intéressant pour la vision qu'il nous donne de l'époque... Quant à Elsie, il est vrai que son histoire est vraiment belle... Si mon intérêt retombait un peu à chaque début de chapitre centré sur Reba, je me réveillais dès qu'Elsie revenait sur le devant de la scène et j'ai trouvé Un goût de cannelle et d'espoir émouvant et très beau. A lire, je pense. ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :