• Gatsby le Magnifique ; Francis Scott Fitzgerald

    « Demain nous courrons plus vite, nos bras s’étendront plus loin... C’est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé. »

    Gatsby le Magnifique ; Francis Scott Fitzgerald

    Publié en 2008

    Date de publication originale aux Etats-Unis : 1925

    Date de publication originale en France : 1926

    Titre original : The Great Gatsby

    Editions Le Livre de Poche

    250 pages

    Résumé :

    Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C'est l'époque de la Prohibition et des fortunes rapides.                                                                                                       En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Mille légendes courent sur son compte, qui n'empêchent pas les gens chic -et moins chic- de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses. Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire.                                                           Le jour où l'espoir de conquérir sa bien-aimée s'évanouit, la fête prend fin brutalement...Gatsby le Magnifique est un des romans emblématiques de la littérature américaine du XXe siècle.   

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Nous sommes à New York dans les années 1920. La Grande Guerre est terminée depuis quelques années, et sur le Vieux Continent et aux Etats-Unis, on cherche à s'étourdir et à s'enivrer, après des années terribles. Sur la côte est, la jeunesse dorée passe de fêtes en fêtes et de garden party en garden party. Les maisons sont sublimes, les gens riches, les robes superbes et les filles qui sont dedans ne le sont pas moins.
    Nick Carraway, jeune homme d'une trentaine d'années, originaire du Middle West, débarque à New York où il devient agent de change. Il habite une petite maison qui ne paye pas de mine, dans le secteur de Long Island, mais il se trouve qu'il est le voisin d'un homme mystérieux au luxe voyant, vivant dans une maison opulente, toujours pleine d'invités. Cet homme, Jay Gatsby, personne ne sait réellement quoi que se soit sur lui. Mais Nick va vite devenir son ami, du moins l'une des rares personnes ne le fréquentant pas seulement pour son argent et ses fêtes et le jeune homme va vite se rendre compte qu'il serait peut-être bien plus lié à son voisin qu'il ne le pensait, notamment par le biais de sa cousine, Daisy Buchanan, qui vit de l'autre côté du détroit, juste en face de chez Gatsby...et si, justement, ce n'était pas un hasard ? Nick va alors être embarqué dans une histoire peu banale, un véritable tourbillon, dans lequel il va rencontrer une jeune femme qui lui plaît et avec qui il va nouer une fugace relation, mais il va aussi découvrir comment, dans ce monde où l'on est si pressé de vivre, on peut se brûler les ailes aussi rapidement pour ne plus jamais s'en relever.

    Gatsby le Magnifique version 1974 avec Robert Redford dans le rôle titre et Mia Farrow dans le rôle de Daisy (film réalisé par Jack Clayton)


    Roman dans lequel surnage un certain relent de déchéance, Gatsby le Magnifique est aussi un portrait gangrené de l'Amérique de l'après-guerre. Car dans l'étourdissement général, la soif de vivre, de faire la fête, d'aimer, l'ivresse n'est jamais loin et les choses les plus sordides non plus. C'est l'Amérique de la Prohibition, quand les nouvelles fortunes voisinent de plus en plus dangereusement avec celles, bien établies, remontant à des décennies. Un peu comme dans Le Guépard, de Lampedusa, où la famille ancestrale doit cohabiter avec l'insolente fortune des parvenus qui sont en train de devenir plus riches qu'eux et qu'elle ne comprend pas. Ici, c'est un peu la même chose. Et si Gatsby représente ces nouvelles fortunes un peu troubles, dont les origines se noient dans des limbes brumeuses qu'il ne ferait peut-être pas bon écarter, il se heurte à la condescendance et au mépris des fortunes installées, comme celle de Tom Buchanan, le mari de Daisy. Le roman va ainsi crescendo, de l'insouciance jusqu'au drame inextricable.
    Gatsby le Magnifique est un roman aux qualités littéraires indéniables mais je crois être passée totalement à côté de ma lecture. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, le début m'a paru très long et laborieux et ce n'est finalement que sur les derniers chapitres que mon attention a été quelque peu retenue, quand l'histoire gagne en intensité dramatique et donc, en teneur -il en va d'ailleurs de même pour les personnages. D'ailleurs, parlons d'eux. J'ai plutôt apprécié Nick, le narrateur, même s'il reste relativement effacé, si on occulte bien sûr le fait qu'il est omniprésent en sa qualité de narrateur. Pour ce qui est ensuite de toutes les aventures qui arrivent aux personnages principaux, on a plutôt l'impression qu'il y est entraîné de force, jamais de son plein gré. Il est un spectateur un peu impuissant du drame qui se noue doucement entre Gatsby, Tom, la maîtresse de celui-ci...J'ai par contre apprécié Gatsby qui est l'un de ses seuls personnages qui paraisse humain dans cette histoire, avec des failles, un passé un peu trouble voire malheureux dont il a voulu s'émanciper en s'étourdissant dans le luxe et en côtoyant des gens qui, peut-être, le méprisent mais profitent aussi allègrement de ses largesses, lui donnant ainsi l'impression d'être incontournable et aimé. Peu importe ensuite la façon dont il a fait fortune, il y'a quelque chose chez lui de touchant. Il est aussi l'un des seuls personnages dont nous connaissons plus ou moins le passé ; même Nick, le narrateur, ne s'étend pas sur le sien, comme s'il était plutôt pressé de raconter ce qui s'est passé durant son séjour à New York et non pas ce qu'était sa vie à Chicago, avant sa rencontre avec Gatsby, qui est déterminante pour lui, on le comprend vite. Il n'y a donc que Jay Gatsby dont on sait plus ou moins ce qu'a été sa jeunesse et, peut-être pour cette raison il est plus proche du lecteur que les autres. Ses plaies et ses blessures anciennes le descendent aussi de son piédestal. Pour ce qui est ensuite des autres personnages, notamment Daisy et son époux, je ne m'y suis absolument pas attachée car ils m'ont semblé trop superficiels.
    Bref ce roman est bon, je ne peux pas le nier. C'est un classique de la littérature américaine, avec une identité propre, ça encore, on ne pas dire le contraire. Mais voilà, je crois qu'il ne m'a pas correspondu. Je ne peux pas dire qu'il ne m'ait pas plu car je ne l'ai pas trouvé déplaisant non plus, mais il ne m'a pas transcendée, il ne m'a pas captivée, il ne m'a pas entraînée. J'ai eu l'impression de lire ce livre de façon mécanique et détachée. Dommage.

    La version 2013 avec Leonardo DiCaprio dans le rôle titre et Carrey Mulligan dans le rôle de Daisy (film réalisé par Baz Luhrman)

     

    En Bref :

    Les + : des qualités littéraires certaines, notamment le style.
    Les - :
    une histoire un peu trop froide et distanciée, des personnages superficiels auxquels on ne s'attache pas. 

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Janvier 2016 à 20:10

    Gatsby est un très bon roman mais ça n'est pas le meilleur de l'auteur. Contrairement à toi, la distance que l'auteur instaure entre le lecteur et ses personnages ne me déplait pas. J'ai beaucoup aimé Nick et Jay, dans son sacrifice. Je te conseille vivement de lire L'envers du Paradis : Amaury, le héros et Tom sont certainement les meilleurs personnages de Fitzgerald avec Monroe Stahr du Dernier Nabab.

      • Mardi 26 Janvier 2016 à 11:09

        Alors je tenterais peut-être un autre roman de Fitzgerald, même si ce n'est pas dans mes projets immédiats ! ! happy En tous cas, comme je sais que tu es une fan de l'auteur, je pense que tu es de bon conseil et je vais noter scrupuleusement tes propositions !!! winktongue

    2
    Mercredi 4 Janvier à 22:22
    Cellardoor

    Je l'ai lu juste après avoir vu le film et pour ma part, j'ai été vraiment charmée par ce livre. Je sais pas, pourtant ce n'est pas trop mon époque de prédilection et en plus, je ne connaissais pas encore vraiment l'auteur mais il y a un petit quelque chose qui m'a fait succomber. En fait ce petit quelque chose, c'est Gatsby ^^ C"est vrai qu'à côté Nick fait bien pâle figure !

      • Mercredi 4 Janvier à 23:20

        Ah mais je comprends complètement que tu aies été charmée ! D'ailleurs, quelques mois plus tard j'ai lu un roman qui se passe exactement à la même époque et qui m'a d'ailleurs fortement rappelé Gatsby et...j'ai beaucoup aimé ! Vas y comprendre quelque chose ! Je ne sais pas pourquoi je suis passée aussi fort à côté de ce livre mais j'ai senti dès le départ que la magie n'opérait pas sur moi... question de sensibilité, peut-être, je ne sais pas... je ne peux pas dire que ce livre n'a aucune qualité, déjà parce que je ne le permettrai pas et ensuite parce que, concernant Gatsby, ce n'est pas vrai...l'univers de Fitzgerald est riche et j'ai été contente de le découvrir...peut-être n'était-ce pas le moment, tout simplement... oh

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :