•  

    « Les livres font les époques et les nations, comme les époques et les nations font les livres. »  « Les livres font les époques et les nations, comme les époques et les nations font les livres. »  

     

    Hey ! 

    Bonjour à tous et bienvenue sur mon salon littéraire 2.0 ! Amoureuse des livres depuis longtemps j'ai choisi en 2014 d'ouvrir ce blog pour partager avec vous mes lectures...coups de cœur ou déceptions, chacun des livres que je lis fait ensuite l'objet d'un billet sur le blog. Mais ici, on parle aussi de tout et de rien. On parle Histoire, parce que c'est aussi ma grande passion, on parle séries et films (parfois), je vous présente les nouvelles acquisitions dans les articles In My Mail Box (Bookhaul) et je vous donne de temps en temps rendez-vous pour des articles thématiques : le bilan livresque de la fin d'année ou bien encore l'Instant Poétique depuis le mois de mars. 

    Vous aimez les livres ? Alors vous êtes au bon endroit et je me fais d'ores et déjà une joie de discuter avec vous ! 

    Vous avez lu un livre que vous retrouvez ici ? Vous l'avez aimé ou au contraire, il vous a déçu ? Laissez un commentaire...il n'est rien qu'il ne me fasse plus plaisir que de retrouver au bas de mes articles vos petits mots et ressentis. 

     

    ACTUALITÉS ET NOUVEAUX BILLETS :

     

                Couverture Les déracinés, tome 3 : Et la vie reprit son cours  Couverture Le pouvoir au féminin  Couverture Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux / Les femmes oubliées  Couverture Angélus

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  • « Les louanges terminent le discours comme elles l'ont commencé ; c'est un adoucissement indispensable devant et après tout ce qu'il y'avait à dire. »

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Saint-Simon

    Publié en 2011

    Date de parution originale : 1829

    Editions Le Livre de Poche (collection La Lettre et la Plume)

    451 pages

    Résumé :

    « Cette pute me fera mourir... » soupirait Marie-Thérèse, reine de France, épouse de Louis XIV, en regardant le Roi s'afficher avec la belle Montespan. Le duc de Saint-Simon, qui a tout vu et tout entendu, raconte Versailles et ses brillants acteurs. Témoin de la grandeur du règne, il en explore aussi les coulisses : intrigues, scandales et anecdotes se mêlent aux récits des morts illustres. À la fois véridiques et visionnaires, ses Mémoires nous font entrer au Château et partager la vie de la cour et du Grand Roi avec un esprit, une verve, un génie inégalés. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    Il n'est pas une biographie ou un essai historique traitant du Grand Siècle et de Louis XIV qui ne cite, au moins une fois, des extraits des fameux Mémoires du duc de Saint-Simon, courtisan aux yeux de lynx et à la plume acérée. Né en 1675, d'un ancien favori de Louis XIII, le mémorialiste, filleul du roi Louis XIV fera sa carrière, comme tous les grands de son époque, dans l'armée, sans pour autant nourrir beaucoup d'intérêt pour la chose militaire. Ce que Saint-Simon, fidèle du duc d'Orléans, futur Régent et du tout jeune duc de Bourgogne, petit-fils préféré de Louis XIV, aime par-dessus tout, c'est observer son siècle, disséquer les caractères et retranscrire ensuite le tout, avec une plume parfois acide et cancanière mais qui n'en reste pas moins juste et cruellement lucide. Formidable témoin d'un temps qui, lui-même devait l'estimer, marquerait l'Histoire, il décide de coucher sur ses papiers ses émotions et ses différents avis -car, bien sûr, il est difficile de juger objectivement une époque dont on est le contemporain- et reste, pour cela, un témoin privilégié d'une époque qui ne cessera d'intéresser les historiens...certes, ces Mémoires ne sont pas à prendre au premier degré et on ne peut s'empêcher de penser, en lisant certains portraits, que Saint-Simon s'est laissé aller à tels ou tels éloges ou telles ou telles critiques du fait d'opinions personnelles mais, lorsqu'on ouvre ce livre, c'est une restitution grandeur nature du règne du Roi-Soleil, du Château, de la Cour en général, qui prend vie sous nos yeux, comme une formidable remontée du temps. Nous sommes en présence de Sa Majesté, de la discrète et un peu bigote Madame de Maintenon, dans le particulier des petits-fils de France et particulièrement du duc de Bourgogne -le père de Louis XV-, le plus prometteur, celui dont la perte fit tant de mal à la France.

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Louis XIV et sa famille (Nicolas de Largillière, XVIIIème siècle) 

    Parlons maintenant du style...qu'en dire ? Il y'a tellement de choses qui viennent à l'esprit quand on évoque cette langue truculente, imagée et tellement vivante des XVIIème et XVIIIème siècles. Alors, même si certains passages sont parfois un peu obtus voire carrément pas clairs pour des lecteurs contemporains, l'édition nous aide grâce à des notes bienvenues mais je trouve que c'est ça aussi qui donne tout son charme à un écrit ancien et nous permet, finalement, d'accomplir encore plus pleinement notre retour dans le temps, dans les salons de Marly et Trianon et dans les immenses et froides galeries de Versailles. On sent chez Saint-Simon une véritable volonté de laisser une trace, de raconter tout ce qu'il a vu et son style imagé -on a l'impression, par moments, de voir la plume courir sur le papier et, de fait, de lire par-dessus l'épaule du mémorialiste- permet d'adhérer très vite, la surprise de la langue passée.
    Bref, ce petit bouquin, qui ne contient que des extraits des fameux Mémoires, qui sont particulièrement conséquents et considérés encore, malgré leur manque d'objectivité, comme des références, tant littéraires qu'historiques, est une lecture passionnante pour tout ceux s'intéressant au règne de Louis XIV et la vie de Cour sous ce monarque. Anecdotes, portraits, traits de plumes rageurs, on se faufile comme une petite souris dans le monde venimeux des courtisans et dans celui, guindé et si particulier, mais pas dénué de tendresse pour autant, de la famille royale, entre bâtards et enfants légitimes, qui se groupent comme des étoiles autour de la figure tutélaire que Louis XIV représentera, malgré tout, jusqu'à la fin de sa vie, à l'aube d'un siècle nouveau. Ecrivant en 1739, sous le règne de Louis XV, le fils de ce duc de Bourgogne que l'auteur admira et estima tant, c'est avec une certaine mesure que le mémorialiste décrit les vices et travers de la Cour, sans pour autant rechigner à abîmer les grands d'un bon mot, s'il le juge bon et mérité.
    Une lecture à conseiller à tous les amoureux du Grand Siècle et à ceux de Louis XIV.

     

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Louis XIV en costume de sacre (Hyacinthe Rigaud, XVIIIème siècle) 

    En Bref :

    Les + : une formidable peinture d'un des plus fabuleux règne...certes, Saint-Simon n'est pas toujours très objectif mais c'est un plaisir de lire ces portraits acérés et parfois, très lucides.
    Les - : quelques passages un peu ardus à comprendre pour des lecteurs du XXIème.

     


    9 commentaires
  •  

    PAL (Pile à Lire)

    ◊ PAL classée par ordre alphabétique des noms d'auteurs :


    Le commissaire aux morts étranges, tome 5 : Entretien avec le diable de Olivier Barde-Cabuçon
    Innocent breuvage de Michèle Barrière
    Le prisonnier de l'Alcazar de Michèle Barrière
    Louis XIII et Richelieu : La "malentente" de Simone Bertière
    Mémoires de la Comtesse de Boigne, tome 1 : Du règne de Louis XVI à 1820 de Comtesse de Boigne
    Mémoires de la Comtesse de Boigne, tome 2 : 1820 à 1848 de Comtesse de Boigne
    Deux soeurs : Yvonne et Christine Rouart les muses de l'impressionnisme de Dominique Bona
    Une lettre de vous de Jessica Brockmole
    Les grands duels qui ont fait la France de Jean-Christophe Buisson et Alexis Brezet
    Aliénor d'Aquitaine (Chadwick), tome 1 : L'été d'une reine de Elizabeth Chadwick
    Les détectives du Yorkshire, tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman
    La Brodeuse de Winchester de Tracy Chevalier
    Le pirate de l'indien de Fabien Clauw
    Cadeaux de Noël de Colette
    Claudine à Paris de Colette et Willy
    La maison de Claudine de Colette
    La vagabonde de Colette
    Histoire de la vie privée, tome 3 : De la Renaissance aux Lumières de Collectif, Philippe Ariès et Georges Duby
    Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour : Guilhem d'Ussel dans la tourmente de Jean d'Aillon
    La danse macabre de Jean d'Aillon
    Le brigand Trois-Sueurs, tome 2 : Le captif au masque de fer de Jean d'Aillon
    Le pont de Montereau de Jean d'Aillon
    Contes de Noël de Charles Dickens
    Les Mémoires de Sherlock Holmes / Souvenirs de Sherlock Holmes / Souvenirs sur Sherlock Holmes de Arthur
    Conan Doyle
    Son dernier coup d'archet de Arthur Conan Doyle
    L'Amie prodigieuse, tome 4 : L'Enfant perdue de Elena Ferrante
    La jeune fille sous l'olivier de Leah Fleming
    Le crépuscule et l'aube de Ken Follett
    Une colonne de feu de Ken Follett
    Waringham, tome 2 : Les gardiens de la rose de Rebecca Gablé
    La véritable histoire des douze Césars de Virginie Girod
    La malédiction du roi de Philippa Gregory
    Le Grand Siècle au féminin de Marie-Joëlle Guillaume
    Étés anglais de Elizabeth Jane Howard
    La villa aux étoffes de Anne Jacobs
    Les enquêtes de Lady Hardcastle, tome 1 : Petits meurtres en campagne de T. E. Kinsey
    Les Enquêtes de Lady Hardcastle, tome 2 : Meurtres dans un village anglais de T. E. Kinsey
    Le château de mon père de Maïté Labat
    Au service secret de Marie-Antoinette, tome 3 : La Mariée était en Rose Bertin de Frédéric Lenormand
    Une famille française, tome 1 de Jean-Paul Malaval
    Loveday and Ryder, tome 1 : Le corbeau d'Oxford de Faith Martin
    Le chant d'Achille de Madeline Miller
    Sparks et Bainbridge, tome 1 : Le bureau du mariage idéal de Allison Montclair
    Anne d'Avonlea de Lucy Maud Montgomery
    Anne quitte son île / Anne de Redmond de Lucy Maud Montgomery
    À l'orient du monde de Viviane Moore
    Les dieux dévoreurs de Viviane Moore
    De la part de la princesse morte de Kénizé Mourad
    La Confession d'un enfant du siècle de Alfred de Musset
    Le Cadavre de Bluegate Fields de Anne Perry
    Meurtres à Cardington Crescent de Anne Perry
    Mort à Devil's Acre de Anne Perry
    Rutland Place de Anne Perry
    La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan
    La Traversée des Temps, tome 2 : La Porte du ciel de Eric-Emmanuel Schmitt
    Le pays des autres de Leïla Slimani
    Bleu de Delft de Simone Van der Vlugt
    La maîtresse du peintre de Simone Van der Vlugt
    Une maison sur l'océan de Beatriz Williams

    MA LECTURE EN COURS : 

    Lettres à Alexandrine de Emile Zola

    Les sept sœurs, tome 4 : La sœur à la perle de Lucinda Riley

    LIVRES LUS PAR AN DEPUIS 2014 : 

     

    Année 2014 :

    62 livres lus

    Année 2015 : 

    71 livres lus

    Année 2016 :

    80 livres lus

    Année 2017 :

    72 livres lus

    Année 2018 :

    64 livres lus

    Année 2019 :

    65 livres lus

     Année 2020 : 

    62 livres lus

    Année 2021 : 

    68 livres lus

    Année 2022 : 

    24 livres lus

     


    3 commentaires
  • Ma Wishlist

     

    Mise à jour le : 28 avril 2022

     

    Frieda de Annabel Abbs
    L'Amandière de Simonetta Agnello Hornby
    L'hiver de Solveig de Reine Andrieu
    Le Turquetto de Metin Arditi
    Le train des enfants de Viola Ardone
    Une île en Orient de Jenny Ashcroft
    Les Lions de Sicile de Stefania Auci
    Une saga moscovite, tome 1 de Vassili Axionov
    Emilie, Emilie ou l'ambition féminine au XVIIIe siècle de Elisabeth Badinter
    Le train des orphelins de Christina Baker Kline
    La Femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
    Les adieux à l'empire de Olivier Barde-Cabuçon
    Le silence des vaincues de Pat Barker
    Les exilées de Troie de Pat Barker
    Le cercle des derniers libraires de Sylvie Baron
    Rimbaud de Jean-Baptiste Baronian
    Le mariage de plaisir de Tahar Ben Jelloun
    Le bouquin de Noël de Jérémie Benoit
    Le Jeu de l'amour et de la mort, intégrale de Juliette Benzoni
    Par le fer ou le poison de Juliette Benzoni
    Journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos
    Mary Shelley : au-delà de Frankenstein de Cathy Bernheim
    Massacre des Innocents de Marc Biancarelli
    Mozart de Jean Blot
    Le gardien de nos frères de Ariane Bois
    Berthe Morisot : Le Secret de la femme en noir de Dominique Bona
    Camille et Paul : La passion Claudel de Dominique Bona
    L'année de la pluie de Gilbert Bordes
    La prisonnière du roi de Gilbert Bordes
    Mémoire de soie de Adrien Borne
    Mémoire de soie de Adrien Borne
    Ils ont tué Ravaillac de Thierry Bourcy et François-Henri Soulié
    La conspiration du globe de Thierry Bourcy et François-Henri Soulié
    Le songe de l'astronome de Thierry Bourcy et François-Henri Soulié
    Le secret de Tristan Sadler de John Boyne
    Les Amants de l'exil de Edouard Brasey
    L'odeur de la colle en pot de Adèle Bréau
    Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
    Mémoires de la forêt : Les souvenirs de Ferdinand Taupe de Mickaël Brun-Arnaud et Sanoe
    Rhapsodie italienne de Jean-Pierre Cabanes
    La Maison aux miroirs de Cristina Caboni
    La vie secrète d'Elena Faber de Jillian Cantor
    Âme de sorcière, ou la magie du féminin de Odile Chabrillac
    Aliénor d'Aquitaine (Chadwick), tome 2 : L'automne d'une reine de Elizabeth Chadwick
    Aliénor d'Aquitaine, tome 3 : L'Hiver d'une Reine de Elizabeth Chadwick
    De pourpre et de soie de Mary Chamberlain
    La reine oubliée, tome 3 : L'homme de Césarée de Françoise Chandernagor
    Manet : Le secret de Sophie Chauveau
    Cape May de Chip Cheek
    Le Palanquin des larmes de Ching Lie Chow
    Sous la glace de Agatha Christie
    L'année prochaine à la Havane de Chanel Cleeton
    Le grand voyage de la Marie-Amélie de Olivier Cojan
    La charmante librairie des jours heureux de Jenny Colgan
    Au pied du sapin : Contes de Noël de Pirandello, Andersen, Maupassant ... de Collectif
    Les Confessions de Frannie Langton de Sara Collins
    La dame en blanc de W. Wilkie Collins
    La part des anges de Bruno Combes
    Grand café Martinique de Raphaël Confiant
    Le Fleuve de la liberté de Martha Conway
    Le Trône maudit de José Luis Corral et Antonio Piñero
    Les Dieux du tango de Carolina De Robertis
    Le seigneur de Charny de Laurent Decaux
    Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
    Une éducation libertine de Jean-Baptiste Del Amo
    La plume rouge de Angèle Delaunois
    Les princes du malheur - Le destin tragique des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette de Philippe Delorme
    Le mystère Caravage de Peter Dempf
    Le mystère Jérôme Bosch de Peter Dempf
    Des couples tragiques de l'Histoire de Jean Des Cars
    Elizabeth II de Jean Des Cars
    Nicolas II et Alexandra de Russie: Une Tragédie Impériale de Jean Des Cars
    Jackie et Lee de Stéphanie Des Horts
    Les Soeurs Livanos de Stéphanie Des Horts
    Trencadis de Caroline Deyns
    Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio
    Le crime du métro de Christian Di Scipio
    La rebelle de Jennifer Donnelly
    Le Pavillon des combattantes de Emma Donoghue
    Écrire, c'est résister - Correspondance (1894-1899) de Alfred Dreyfus et Lucie Dreyfus
    Le bois des ombres de Barbara Dribbusch
    Les Thibault (3 tomes), tome 1 de Roger Martin Du Gard
    La chaîne d'amour / L'amour dans l'âme de Daphné Du Maurier
    Une femme de feu de Alain Duault
    La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
    Je suis Jeanne Hébuterne de Olivia Elkaim
    Le tailleur de Relizane de Olivia Elkaim
    Le grand livre des esprits de Noël de Richard Ely
    Mémoire de fille de Annie Ernaux
    Deux soeurs pour Léonard de Karen Essex
    Mille Femmes blanches, tome 1 de Jim Fergus
    Mille Femmes blanches, tome 2 : La Vengeance des mères de Jim Fergus
    La Terre Maudite de Juan Francisco Ferrandiz
    Au péril de la mer de Dominique Fortier
    La fureur de Frédégonde d'Eric Fouassier
    Le bureau des affaires occultes, tome 1 d'Eric Fouassier
    Le bureau des affaires occultes, tome 2 : Le fantôme du Vicaire d' Eric Fouassier
    Le piège de verre d'Eric Fouassier
    Par deux fois tu mourras d'Eric Fouassier
    La prière de l'assassin de Ariana Franklin
    L'Appartement oublié de Michelle Gable
    La légende de Grace Darling de Hazel Gaynor
    Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées de Latie Gétigney
    Au bonheur des filles de Elizabeth Gilbert
    Jours de juin de Julia Glass
    Le coiffeur de Chateaubriand de Adrien Goetz
    Une saison chez les sorcières, tome 1 : Automne de Anaïs Goldemberg
    Une saison chez les sorcières, tome 2 : Hiver de Anaïs Goldemberg
    Une saison chez les sorcières, tome 3 : Printemps de Anaïs Goldemberg
    Cole, tome 1 : Le Médecin d'Ispahan de Noah Gordon
    Le Pays du Dauphin Vert de Elizabeth Goudge
    Le Guérisseur des Lumières de Frédéric Gros
    Le livre des reines de Joumana Haddad
    La dame et le poète de Maeve Haran
    La huitième vie de Nino Haratischwili
    Le Chat, le Général et la Corneille de Nino Haratischwili
    La sage-femme des Appalaches de Patricia Harman
    La séance de John Harwood
    Les nuits enneigées de Castle Court de Holly Hepburn
    La sirène, le marchand et la courtisane de Imogen Hermes Gowar
    L'île des oubliés de Victoria Hislop
    Rose et ses soeurs de Amanda Hodgkinson
    Miss Austen de Gill Hornby
    La robe de Hannah : Berlin 1904-2014 de Pascale Hugues
    Le Stradivarius de Goebbels de Yoann Iacono
    Le crocus jaune de Laila Ibrahim
    La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre
    Les enquêtes de l'inspecteur Higgins, tome 03 : Les trois crimes de Noël de Christian Jacq
    La Princesse Casamassima de Henry James
    Portrait de femme de Henry James
    La Disparue de Birmanie de Dinah Jefferies
    La mariée de Ceylan de Dinah Jefferies
    La rose de Saragosse de Raphaël Jerusalmy
    Des nouvelles du monde de Paulette Jiles
    Marie Curie, ma mère de Irène Joliot-Curie
    Les heures silencieuses de Gaëlle Josse
    La Librairie de Téhéran de Marjan Kamali
    Dans la vallée de Hannah Kent
    Le parfum de l'exil de Ondine Khayat
    Les couleurs de l'espoir de Julie Kibler
    L'Invention des ailes de Sue Monk Kidd
    Les audacieuses de Richard Kirshenbaum
    Filles d'un temps nouveau de Carmen Korn
    La fabrique des salauds de Chris Kraus (DE)
    Une amie de la famille de Jean-Marie Laclavetine
    Belle Greene de Alexandra Lapierre
    Lizzie et Michael, tome 2 : A l'ombre de l'arbre kauri de Sarah Lark
    Rivage de la colère de Caroline Laurent
    Un hiver long et rude de Mary Lawson
    L'autre Rimbaud de David Le Bailly
    Emily Brontë, une vie de Denise Le Dantec
    Le Baron Hanté de Joseph Sheridan Le Fanu
    Ces extravagantes soeurs Mitford de Annick Le Floc'hmoan
    Les amants de l'été 44, tome 1 de Karine Lebert
    Pour l'honneur des Rochambelles de Karine Lebert
    Marquise au portrait de Barbara Lecompte
    Les femmes d'Heresy Ranch de Melissa Lenhardt
    Au service secret de Marie-Antoinette, tome 4 : La femme au pistolet d'or de Frédéric Lenormand
    Au service secret de Marie-Antoinette, tome 5 : La Reine se confine ! de Frédéric Lenormand
    Le monde à nos pieds de Claire Leost
    Le passage de l'été de Claire Leost
    Il est des hommes qui se perdront toujours de Rebecca Lighieri
    Au café de la ville perdue de Anaïs Llobet
    Fêtes de Noël et nouvel an autour du monde : histoires, coutumes, recettes, rites et traditions de Sophie
    Lounguine
    Quand bruissent les ailes des libellules de Rosalie Lowie
    Samarcande de Amin Maalouf
    La souveraine en son domaine de Jean-Paul Malaval
    L'oiseau bleu d'Erzeroum de Ian Manook
    Les derniers jours de Versailles de Alexandre Maral
    Là où rêvent les étoiles de Éric Marchal
    Le soleil suivant, tome 1 : Les filles du ch?ur de Éric Marchal
    Le Château des Bois Noirs de Robert Margerit
    Loveday and Ryder, tome 2 : Un pique-nique presque parfait de Faith Martin
    La Ronde de l'Amour de William Somerset Maugham
    Ariane et Juliette de Hubert de Maximy
    Les larmes noires de Mary Luther de Anna Jean Mayhew
    La couleur de l'eau de James McBride
    La neuvième heure de Alice McDermott
    Eureka street de Robert McLiam Wilson
    Le vol des libellules de Leila Meacham
    Vers Calais, en Temps ordinaire de James Meek
    Kate Middleton : La vie de Catherine, duchesse de Cambridge de Bertrand Meyer-Stabley
    Loin de Alexis Michalik
    Sparks et Bainbridge, tome 2 : Un mariage royal de Allison Montclair
    Corps royal des quêteurs, tome 1 : La table du roi Salomon de Luis Montero Manglano
    Corps royal des quêteurs, tome 2 : L'oasis éternelle de Luis Montero Manglano
    Corps royal des quêteurs, tome 3 : La cité des hommes saints de Luis Montero Manglano
    Les gardiens de la lagune de Viviane Moore
    La dame d'argile de Christiana Moreau
    Un don de Toni Morrison
    La Scène des souvenirs de Kate Morton
    En nous beaucoup d'hommes respirent de Marie-Aude Murail
    Les femmes de Brewster Place de Gloria Naylor
    De pierre et de cendre de Linda Newbery
    Le bal des ombres de Joseph O'Connor
    Hamnet de Maggie O'Farrell
    Bakhita de Véronique Olmi
    Le portrait d'un homme heureux : Le Nôtre de Erik Orsenna
    Le murder club du jeudi de Richard Osman
    Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
    Les chroniques d'Emmy Lake, tome 1 : Chère Mrs Bird de A. J. Pearce
    Le sang des mirabelles de Camille de Peretti
    Contes de Noël de Anne Perry
    Le serpent de l'Essex de Sarah Perry
    Antonia : La cheffe d'orchestre de Maria Peters
    Marie-Antoinette : Dans les pas de la Reine de Jean-Christian Petitfils et Collectif
    Les Salamandres de Michel Peyramaure
    L'aile des vierges de Laurence Peyrin
    Les amoureux de l'Empress / La dernière traversée de Caroline Pignat
    Les rêves de nos mères, tome 1 de Carine Pitocchi
    Les rêves de nos mères, tome 2 : Les cendres sous les coquelicots de Carine Pitocchi
    Vous n'aurez pas les enfants de Valérie Portheret
    L'Affaire Arnolfini de Jean-Philippe Postel
    Les tribulations d'une cuisinière anglaise de Margaret Powell
    Qu'il est doux et beau de mourir pour sa patrie de Avi Primor
    La République des Pirates de Jean-Marie Quemener
    La concubine du Vatican de Kate Quinn
    Le réseau Alice de Kate Quinn
    De grandes ambitions de Antoine Rault
    Une vie de pierres chaudes de Aurélie Razimbaud
    Femmes et littérature : Une histoire culturelle, tome 1 : Moyen-Âge - XVIIIe siècle de Martine Reid, Jacqueline
    Cerquiglini et Éliane Viennot
    La nuit du premier jour de Theresa Révay
    Beau drôle de Yves Revert
    Madame Elisabeth, soeur de Louis XVI de Elisabeth Reynaud
    Marie-Antoinette l\'indomptée de Elisabeth Reynaud
    Les secrets de Cloudesley de Hannah Richell
    Jane Austen : Un coeur rebelle de Catherine Rihoit
    Le dernier bain de Gwenaële Robert
    Never mind de Gwenaële Robert
    Le fabricant de poupées de Cracovie de R. M. Romero
    Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin
    Aimez-vous Brahms... de Françoise Sagan
    Le Caravage de Gérard-Julien Salvy
    Le procès Spinoza de Jacques Schecroun
    Les roses de Hartland de Nikola Scott
    Ivanhoé de Walter Scott
    Wallis la scandaleuse : Par amour pour elle, Edouard VIII renonça au trône de Anne Sebba
    Le rocher / La prisonnière de la mer de Elisa Sebbel
    Filles de Shanghai de Lisa See
    Fleur de neige de Lisa See
    L'île des femmes de la mer de Lisa See
    Le pavillon des pivoines de Lisa See
    Poupées de Chine de Lisa See
    La Marquise des poisons de Olivier Seigneur
    L'architecte du sultan de Elif Shafak
    L'île aux arbres disparus de Elif Shafak
    Soufi, mon amour de Elif Shafak
    Les exilés meurent aussi d'amour de Abnousse Shalmani
    Un jour en décembre de Josie Silver
    L'enfant de Bruges de Gilbert Sinoué
    La gouvernante suédoise de Marie Sizun
    Les S?urs aux yeux bleus de Marie Sizun
    Une soif de livres et de liberté de Janet Skeslien Charles
    Monsieur le commandant de Romain Slocombe
    Histoire de Versailles de Jean-François Solnon
    Le pianiste de Hartgrove Hall de Natasha Solomons
    Le fil rompu de Céline Spierer
    Casanova de Matteo Strukul
    Moi, Médicis de Matteo Strukul
    Shuggie Bain de Douglas Stuart
    Homesman de Glendon Swarthout
    Le dimanche des mères de Graham Swift
    La porte de Magda Szabó
    D'Amour et de guerre de Akli Tadjer
    Madame, vous allez m'émouvoir de Lucie Tesnière
    La croisade des voleurs de Jean-Michel Thibaux
    Torrentius de Colin Thibert
    Les chroniques du Barsetshire, tome 3 : Le Docteur Thorne de Anthony Trollope
    La dernière traversée de Guy Vanderhaeghe
    L'obscure clarté de l'air de David Vann
    Le bruit de la soie de Sonia Velton
    Aliénor d'Aquitaine (Venault), tome 1 : Tu seras reine ma fille ! de Amaury Venault
    Aliénor d'Aquitaine (Venault), tome 2 : Reine de France de Amaury Venault
    La liberté au pied des oliviers de Rosa Ventrella
    Attends-moi mon amour de Clelia Ventura et Léon Ventura
    Augustin Duroch, tome 5 : L'abbé Grégoire s'en mêle de Anne Villemin-Sicherman
    Augustin Duroch, tome 6 : Rumeur 1789 de Anne Villemin-Sicherman
    La vie sous l'Ancien Régime de Agnès Walch
    Des chevaux sauvages, ou presque de Jeannette Walls
    Les Dernières heures de Minette Walters
    Les caprices de Lady Violet de Martha Waters
    Du bout des doigts de Sarah Waters
    Jeune femme au luth de Katharine Weber
    Lady Elizabeth de Alison Weir
    Là où les esprits ne dorment jamais de Jonathan Werber
    La splendeur des Brunhoff de Yseult Williams
    La femme aux mille secrets de Barbara Wood
    La Guérisseuse et le Roi de Barbara Wood
    Terres d'espérance de Barbara Wood
    Le monde d'hier : Souvenirs d'un européen de Stefan Zweig 


    4 commentaires
  •  

    INTERMÈDE LXIII

    INTERMÈDE LXIII

    L'impératrice d'Autriche par Franz Xaver Winterhalter

     

    I. Jeunesse d'une future impératrice

    A 22 heures 43 précisément, au palais de la Ludwigstrasse de Munich, le 24 décembre 1837, le quatrième enfant (des trois premiers enfants, deux ont survécu : Louis-Guillaume et Hélène) de la famille du duc en Bavière vint au monde. C'est une fille, que l'on prénomme Elisabeth Amélie Eugénie. Son nom de famille est Wittelsbach, elle est la fille de Ludovika et Max en Bavière. A sa naissance, la sage-femme constate qu'elle possède déjà une petite dent, tout comme Napoléon Ier. C'est un présage de bonheur et de grande destinée pour l'enfant. Après elle, plusieurs autres enfants vont venir agrandir la famille : Charles-Théodore, dit Gackel, naît en 1839 ; Marie Sophie Amélie, en 1841 ; Mathilde Ludovica dite Spatz en 1843 ; Sophie Charlotte en 1847 ; Maximilien Emmanuel, dit Mapperl, en 1849.
    Les parents de la petite Elisabeth descendent tous deux des rois de Bavière. Le duc Maximilien, plus couramment appelé Max, son père, est le chef de la branche cadette des Wittelsbach, c'est pour cela qu'il est appelé duc EN Bavière. Ludovica, elle, est issue de la branche royale : elle est en effet la fille de Maximilien Joseph Ier, roi de Bavière et de sa seconde épouse, Caroline de Bade.
    Leur mariage, strictement politique, n'avait qu'un but : réunir la branche royale et la branche ducale de la Maison de Wittelsbach. Les deux époux n'ont aucun goût en commun et Ludovica ressent amèrement son mariage alors que toutes ses sœurs ont contracté des unions plus prestigieuses. Éprise de l'ex-roi Michel Ier de Portugal, Ludovica avait vécu son mariage comme une humiliation. Pour autant, le couple parvient à s'accorder dans une sorte d'amitié déférente et ils auront tout de même ensemble dix enfants.
    Le duc Maximilien, par rapport à son épouse qui est des plus conformistes, se révèle bien vite excentrique et volage. C'est un grand voyageur et il délaisse souvent sa famille pour s'en aller, par exemple, jouer de la cithare tout en haut de la pyramide de Khéops, en Egypte !! Il ne se cachait pas d'ailleurs d'avoir eu des aventures ailleurs et des enfants naturels...
    La petite fille reçoit le prénom d'Elisabeth en hommage à sa tante et marraine, la reine Elisabeth de Prusse, qui est une sœur de sa mère.
    Elisabeth va connaître une vie heureuse, libre et sans contrainte (qu'on peut considérer comme paradoxale par rapport aux hautes ambitions que Ludovica espère pour ses enfants) pendant toute son enfance et son début d'adolescence. L'hiver, elle réside avec sa famille au palais de la Ludwigstrasse, résidence hivernale du duc en Bavière. L'été, c'est au domaine de Possenhofen, près du lac de Stranberg, que se transporte la petite famille. Surnommé Possi, le château date du XVIème siècle mais a été agrandi récemment. Il possède des tourelles carrées et offre un panorama des plus remarquables sur le paysage de la campagne bavaroise. La jeune fille est passionnée d'équitation, de poésie et adore les activités physiques : ainsi, lorsqu'elle se trouve à Possenhofen, elle fait de longues marches en forêt, peut partir à l'aube et ne revenir que le soir. Mais, dès son plus jeune âge, Sissi a déjà en elle la mélancolie et le spleen qui caractérisent sa famille...
    A quatorze ans, la jeune duchesse s'éprend d'un écuyer de son père, pas bien plus âgé qu'elle et qui se nomme Richard. Grosse désillusion, la duchesse Ludovica juge que sa famille ne ferait pas là une alliance brillante et éloigne le jeune homme. Atteint de tuberculose, il meurt peu de temps après. Désespérée, Sissi écrit des poèmes déchirants dans son journal : c'est la première fois qu'elle est véritablement confrontée à la mort d'un être cher.
    Pour lui changer les idées, la duchesse décide que Sissi sera du voyage qu'elle doit entreprendre dans l'été avec sa fille aînée, Hélène. Née trois ans plus tôt, Hélène, dite Néné doit se rendre en Autriche pour rencontrer le jeune empereur François-Joseph, fils de Sophie, l'une des sœurs de Ludovica. Nous sommes en 1853. Sissi a quinze ans, elle va fêter ses seize ans au mois de décembre prochain...

    II. Une rencontre qui va bouleverser son destin

    La rencontre entre l'empereur et sa future épouse a tout du roman...Voyons plutôt : le 16 août 1853, Ludovica, duchesse en Bavière arrive en Autriche avec ses deux filles. Elles font halte à Bad Ischl, une petite cité dans laquelle les souverains autrichiens passent l'été. Elles sont parties la veille de Possenhofen et descendent à l'hôtel Austria. Elles ont une heure et demie de retard, Ludovica et Hélène sont particulièrement nerveuses : c'est aujourd'hui même que les deux fiancés doivent se rencontrer. Auparavant, François-Joseph avait demandé la main de la princesse Anne de Prusse. Mais Berlin ne désirant pas s'allier avec sa rivale autrichienne, avait poliment décliné l'honneur, alors que la jeune prussienne plaisait bien à l'empereur, qui en aurait fait volontiers son impératrice.
    Sa mère, l'archiduchesse Sophie s'était alors tournée vers la Saxe, mais la princesse Sidonie n'avait pas plu à François-Joseph. C'est alors que Sophie avait pensé à une autre de ses sœurs, Ludovica et à une troisième puissance allemande : la Bavière. Elle choisit l'aînée, Hélène, qui fera, selon elle, une parfaite belle-fille et une parfaite impératrice d'Autriche. Hélène a dix-neuf ans, elle est, assurément, celle vers qui tous les yeux se tournent, tandis que la petite Sissi, encore un peu sauvageonne, dans une robe commune, reste en arrière.
    Les fiançailles entre François-Joseph et Hélène doivent être célébrées le 18 août prochain, dans la résidence d'été de Bad Ischl : elles seront complètement intégrées aux festivités données pour le vingt-troisième anniversaire du jeune empereur...La rencontre a lieu dans les salons lambrissés de la résidence impériale des Habsbourg, nommée par la suite Kaiservilla. Il est 17 heures, les trois princesses de Bavière vont rencontrer la famille à l'occasion d'un lunch. La révérence d'Hélène est parfaite tandis que, derrière elle, Sissi, bien que peu entraînée à ces gestes protocolaires, se débrouille. François-Joseph s'approche pour accueillir ses cousines quand il tombe soudain en arrêt...pas devant Hélène, mais devant Sissi. Comme elle a changé ! Comme elle est jolie ! La petite fille un peu sauvage s'est véritablement transformée en très charmante adolescente. D'emblée, le jeune homme est conquis par sa cousine, de sept ans sa cadette. François-Joseph est totalement séduit par la taille élancée de Sissi (qu'elle passera beaucoup de temps, par la suite, à entretenir), par sa coiffure en bandeaux, ses yeux foncés aux longs cils noirs. Hélène ne compte plus, elle a disparu. Embarrassée, un peu honteuse pour sa sœur et gênée par le regard insistant de l'empereur, Sissi rougit et se trouble.
    Alors qu'elle devait passer la soirée dans sa chambre, comme cela avait été convenu à l'avance, François-Joseph insiste pour que sa cousine paraisse à table. Définitivement, François-Joseph est conquis...même si Hélène a revêtu une magnifique robe de satin blanc et Sissi une simple toilette couleur pêche, cette dernière éclipse complètement sa sœur. François-Joseph est sûr de son choix, désormais. Ce n'est plus Hélène qui va devenir son impératrice, mais Sissi.
    Le lendemain, à l'aube, l'empereur fait son entrée chez sa mère. Le jeune homme, qui a beaucoup de respect et d'estime pour l'archiduchesse Sophie, lui demande de solliciter en son nom la main de sa cousine. A sept heures précises, Sophie franchit les portes de l'hôtel Austria, où logent sa soeur et ses deux nièces. A la question de savoir si elle aime l'empereur et si elle souhaite l'épouser, Sissi, particulièrement éprouvée par les dernières heures, fond en larmes et sanglote : « Mais bien sûr que j'aime l'empereur ! »
    C'en est fini des fiançailles avec Hélène. La jeune femme, très digne, va repartir vers Possenhofen avec sa mère et Sissi, qui va passer sa dernière année de jeune fille chez elle, en Bavière. Par la suite, l'aînée des filles de Max en Bavière et Ludovica épousera un prince de Tours et Taxis. Le 19 août, François-Joseph et Sissi sont officiellement fiancés.

    INTERMÈDE LXIII

    Photographie d'Elisabeth d'Autriche après son couronnement comme reine de Hongrie


    III. Le mariage et les débuts de l'impératrice

    L'année de ses dix-sept ans, Sissi quitte sa Bavière natale pour revenir en Autriche. Entre le mois d'août 1853 et le mois d'avril 1854, elle a été formée en accéléré à sa future charge d'impératrice d'Autriche, ô combien prestigieuse. Elle reçoit ainsi des cours d'italien mais aussi de français et de hongrois. Un professeur magyar est envoyé au bord du lac de Starnberg, chez le duc en Bavière pour initier la future impératrice à la langue mais aussi à l'Histoire de l'empire autrichien et de la Hongrie. Sissi prend aussi des cours de piano, de chant et de maintien. On lui a également préparé un trousseau digne de la plus grande des reines, elle qui avait été habituée à la simplicité quasi-rustique de Possenhofen depuis sa plus tendre enfance. Il faut qu'elle soit parfaite. Elle a aussi reçu plusieurs fois la visite de son cousin qui se montre toujours aussi empressé auprès d'elle.
    Le 4 mars 1854, au palais de la Ludwigstrasse, le contrat de mariage est signé, mais l'empereur n'est pas présent. Sissi ne va le retrouver qu'un peu plus d'un mois plus tard, pour le mariage officiel. Un véritable ballet de juristes défile devant la famille de Wittelsbach réunie au grand complet. Sissi écoute, sans bien tout saisir, elle est distraite. Quel chamboulement c'est, dans sa vie de jeune fille ! Elle qui était partie d'Autriche en jeune fille insouciante en revient nantie d'un titre aussi rutilant qu'encombrant : elle est la future impératrice d'Autriche...
    Le gouvernement autrichien lui octroie une pension de 100 000 florins. Pendant ce temps, dans les autres pièces du palais, le magnifique trousseau de la jeune duchesse est exposé au public.
    Au mois d' avril 1854, c'est le grand saut. Sissi, âgée de seize ans et quelques mois, quitte la Bavière à bord d'un vapeur décoré par 5 000 roses, toutes coupées dans le parc du château de Schönbrunn. La traversée va durer trois jours et deux nuits. Sur les rives du Danube, la foule s'est rassemblée pour apercevoir la petite fiancée, qu doit déjà se plier à des formalités quasi-officielles : malgré sa fatigue (elle souffre de migraines), elle doit se présenter sur le pont et saluer la population en liesse venue l'acclamer.
    Sissi est très belle, resplendissante, même. Pour l'occasion, elle porte une élégante robe de soie à crinoline ainsi qu'un manteau en forme de cape blanche rebrodée d'or. Lorsque le navire aborde Nussdorf, dans la banlieue de Vienne, Sissi a la surprise de voir apparaître son fiancé. François-Joseph est venu au devant du convoi fluvial qui lui amène sa petite duchesse bavaroise : il saute à bord du vapeur et étreint la jeune femme sous les ovations de la foule. Mais le protocole reprend bien vite ses droits : Sissi s'incline devant Sophie, l'archiduchesse, sa tante et future belle-mère.
    Le 23 avril, veille du mariage, Sissi découvre le somptueux palais de Schönbrunn, où elle va passer sa dernière nuit de jeune fille. Le lendemain, 24 avril, elle gagne Vienne, à bord d'un carrosse. Isolée dans ses appartements, Sissi continue d'assimiler l'imposant protocole qu'on lui a remis la veille. Aidée de six caméristes, elle enfile la somptueuse toilette de mariée : c'est une magnifique robe en satin brodée d'or et accompagnée d'un long voile en dentelle de Bruxelles.
    Le mariage a lieu dans l'église des Augustins. En 1810, la jeune archiduchesse Marie-Louise d'Autriche y avait épousé par procuration Napoléon Ier avant de gagner la France. Pas moins de 15 000 bougies nimbent les voûtes gothiques de l'église. Sissi est accueillie par un cortège de 70 évêques. Alors que le consentement de François-Joseph est franc et énergique, celui de Sissi, éprouvée et intimidée, se perd dans un murmure. Le couple est chaudement applaudi à la sortie de l'église. L'Autriche a une nouvelle impératrice !
    François-Joseph, Sissi et leurs familles respectives gagnent la Hofburg, où les festivités du mariage vont se poursuivre. Contrairement à la tradition, la nuit de noces n'est pas publique. Sissi est seulement accompagnée de sa tante et de sa mère, qui l'installent dans le grand lit nuptial. L'archiduchesse dira d'ailleurs qu'elle ressemblait à un « oiseau effrayé dans son nid ». En effet, intimidée, la jeune fille avait caché son visage dans son opulente chevelure dénouée.
    La nuit de noces est un fiasco, les deux suivantes également. Il semble que Sissi soit toujours fille lorsqu'elle s'éveille au matin du 25 avril. En effet, François-Joseph, habitué à des dames de la Cour peu farouches, appelées d'ailleurs « comtesses hygiéniques » (cela veut tout dire), ne sait pas s'y prendre avec sa jeune épouse inexpérimentée. La troisième nuit seulement, Sissi et François-Joseph deviennent époux comme il se doit.

    IV. Impératrice

    Bien que séduits par la beauté et la fraîcheur de leur jeune impératrice, les Viennois sont surpris qu'elle se laisse aller ainsi à montrer ses états d'âme. En effet, Sissi est entière, elle ne dissimule pas sa nature et on sait que son tempérament est d'être mélancolique. De plus, la vie qu'on lui offre ne lui convient pas. Elle qui était habituée aux résidences à taille humaine de ses parents se trouve totalement étrangère dans les immenses palais des Hasbourg, comme Schönbrunn ou la Hofburg. Le manque d'intimité lui pèse également et cela, dès le début du mariage. Elle doit en plus voisiner avec sa tante et belle-mère, Sophie, qui ne cesse de l'épier, afin qu'elle se comporte dignement. Sissi pleure, Sissi soupire, Sissi continue d'écrire dans son journal. Au mois de mai 1854, quelques semaines après son mariage, voilà ce qu'elle couche sur le papier :

    « En vain, sous le ciel bleu,
    Je languis, en prison,
    Les barreaux, rudes et froids,
    Insultent ma nostalgie [...] »

    Sissi, très éprise de liberté, se sent complètement emprisonnée à Vienne et la dépression, latente chez elle, se réveille au moindre ennui.
    Dans les premiers temps du mariage, le jeune couple se rend au château de Laxenbourg, près de Vienne. François-Joseph ne peut s'éloigner de sa capitale, les affaires ont besoin de lui. Pour toute lune de miel, Sissi a donc droit à un château tout proche de la ville et en plus, elle les passe en compagnie de sa belle-mère, omniprésente dans la vie du jeune coupld. La guerre de Crimée vient d'éclater, François-Joseph est peu présent pour Sissi, il doit se consacrer entièrement aux affaires politiques. De là proviennent ses premières répugnances pour la vie conjugale...voilà ce qu'elle dira d'ailleurs un jour à sa fille Marie-Valérie : « Le mariage est une institution absurde. On n'est encore qu'une enfant de quinze ans et l'on se voit cédée à autrui, par un serment que l'on ne comprend pas. »
    Un peu plus tard, le couple part pour la Bohême, où François-Joseph souhaite présenter sa jeune épouse mais celle-ci doit écourter le voyage. Le motif est une fatigue soudaine et inexpliquée : Sissi rentre à Vienne ou le médecin de la Cour, le docteur Seeburger, lui annonce une heureuse nouvelle. La jeune femme est enceinte ! Elle porte en son sein le premier héritier de l'Autriche.
    Le 5 mars 1855, à Vienne, Sissi donne naissance à une petite fille, Sophie Frédérique Dorotée Marie Josèphe, titrée archiduchesse d'Autriche. « Tout ce que j'ai souffert est désormais sans importance. » dira la jeune mère en accueillant son bébé dans ses bras, tandis que François-Joseph est fou de joie d'être père. Mais le bonheur est, hélas, de courte durée, pour Sissi. Elle n'a pas le privilège de choisir le prénom de sa fille : c'est l'archiduchesse Sophie qui décide de donner son propre prénom à la nouvelle-née. La grand-mère décide aussi que l'éducation de la princesse lui revient de droit et l'installe près de ses propres appartements, privant ainsi Sissi de son bébé. Il en sera de même avec Gisèle, qui naît en 1856 puis avec Rodolphe, en 1858. La seule enfant que Sissi pourra élever dès son plus jeune âge est Marie-Valérie, sa dernière enfant qui voit le jour en 1868.
    En effet, l'archiduchesse trouve que sa nièce est bien trop immature pour pouvoir s'occuper de ses enfants. Cela va entretenir des conflits à répétition entre la mère frustrée et la grand-mère inflexible. A la mort de Sophie, en 1857, Sissi est particulièrement attristée et sa belle-mère en rajoute en la faisant culpabiliser : en effet, la petite archiduchesse, de santé fragile, est morte lors d'un voyage en Hongrie. Sophie s'était opposée au voyage, Sissi était allée contre sa volonté.
    Les relations entre Sissi et Sophie sont très orageuses. Au-delà du conflit purement familial, les deux femmes ne peuvent se comprendre à cause du fossé creusé entre elles par une vision différente des choses et des conceptions différentes de la politique. Par exemple, Sophie ne conçoit pas que sa nièce refuse le protocole alors qu'elle-même avait mis ses espérances de jeune fille romantique de côté pour accepter son destin de princesse mariée malgré elle.
    Par contre, contrairement à la légende, Sophie n'avait pas été déçue par le choix de Sissi, mais surprise. Elle souhaitait une alliance avec la Bavière et l'avait eue. Sur le plan dynastique et politique, une princesse en Bavière en valait bien une autre. Elle songeait juste qu'Hélène, jeune fille sage et soumise, était la parfaite belle-fille mais ne fit pas trop de difficultés quand son fils lui annonça sa volonté d'épouser la cadette, Elisabeth.
    Il semble que Sophie ait aimé sa belle-fille, qui est aussi sa nièce et qu'elle appréciait certaines de ses qualités personnelles. Seulement, elle ne comprenait pas le dégoût affiché de Sissi pour la vie curiale et son refus du protocole. Sophie reprochait à Sissi de ne pas savoir sacrifier sa vie personnelle et intime à la vie publique qui est normalement celle d'une impératrice. Intelligente, sensible et cultivée, Sophie avait sacrifié ses ambitions et ses amours à une union certes prestigieuse, mais avec un homme sans éclat et elle ne peut admettre que la jeune impératrice n'aimât pas être souveraine alors que c'était l'un de ses rêves.
    Oppressée à Vienne, Sissi tombe malade et sa dépression reprend le dessus...C'est cela qui va pousser l'impératrice à fuir la ville toute sa vie. Sissi ne se sent bien que dans la fuite perpétuelle...Elle s'est d'ailleurs totalement auto-analysée lorsqu'elle dit : « Il se trouve que je veux toujours aller plus loin et bouger. Il se trouve que chaque bateau qui part me donne d'être à son bord. Quelle que soit sa route, le Brésil, l'Afrique...N'importe où, seulement pour ne pas rester au même endroit trop longtemps..

    INTERMÈDE LXIII

    Portrait de Sissi par Georges Raab en reine de Hongrie : portrait qui illustre sa grande beauté



    V. Une femme malade et qui fuit sa vie quotidienne

    A cette époque, l'Autriche a été en guerre et Sissi est restée seule à Vienne. Elle a échangé une longue correspondance avec François-Joseph et a institué la résidence de Laxenbourg en hôpital pour les blessés. Elle se montre très solidaire avec son pays d'adoption en temps de guerre, soutenant l'empereur grâce à sa correspondance et visitant elle-même les blessés dans les hôpitaux de fortune... Mais elle retombe bien vite dans l'ennui.
    En 1860, Sissi a vingt-deux ans et souffre d'une toux incessante qui inquiète son entourage. Examinée par son médecin, on conclut que l'impératrice est atteinte de tuberculose et qu'elle doit se rendre dans un pays chaud pour se soigner. Sissi choisit l'île de Madère. Ce voyage est le premier d'une longue lignée. A l'époque, l'île de Madère est lointaine et exotique. En réalité, bien plus que soigner sa maladie, c'est quitter Vienne que Sissi souhaite. Sa maladie est surtout la conséquence d'une série d'évènements qui font souffrir Sissi dans sa vie privée : d'abord la mort de sa petite fille Sophie, les tracasseries incessantes de sa belle-mère, la culpabilité qui la ronge à la suite de la mort de son enfant, la naissance difficile de son fils Rodolphe qui l'avait affaiblie.
    Peu après son retour à Vienne, Sissi se remet à tousser, alors que sa toux avait complètement cessé à Madère et qu'elle été revenue avec une mine radieuse. On s'interroge sur l'état de la souveraine. Se croyant perdue, Sissi se rend à Corfou pour essayer de soigner son mal mais il est bien plus profond que sa simple toux : c'est un véritable mal-être qui habite la jeune femme. En 1861, elle retourne à Corfou puis effectuera des cures thermales en Bavière. La Bavière...il n'y a finalement qu'à Possenhofen, son cher Possi, où elle se sente bien car elle reprend ses anciennes habitudes, au grand scandale, d'ailleurs, de ses dames d'honneur autrichiennes qui regardent avec effarement les chiens disputer les fauteuils aux humains !
    L'impératrice s'est mise à fumer, ce qui scandalise la cour, d'autant plus que d'autres jeunes filles se mettent à l'imiter. En 1867, un drame éclate : l'archiduchesse Mathilde, une jeune cousine du couple impérial, fume une cigarette dans sa chambre avant un bal. Entendant son père arriver, elle cache la cigarette dans son dos et met le feu à sa robe. Elle meurt au mois de juillet 1867, des suites de ses brûlures...
    Sissi organise des bals dans ses appartements privés mais se lasse vite. L'ennui est toujours là, latent, et qui la guette. Elle dort peu, mange mal, s'épuise...dans ses appartements de la Hofburg, elle a fait installer une salle de sport et se suspend chaque matin à des anneaux pour entretenir son corps. Elle monte à cheval plus que de raison. Comme Elisabeth n'a plus aucune prise sur sa vie, alors, elle en aura sur son corps, qu'elle décide de modeler à outrance. Sa taille ne dépassera jamais 50 cm à cause de l'activité qu'elle s'impose mais aussi des régimes fantaisistes qu'elle suit au gré de ses envie. Elle serre sa taille dans un corset particulièrement étroit et se nourrit alternativement de légumes et de fruits puis de viandes, dont elle ne consomme que le jus. Elle fait de longues marches, à cheval ou à pieds, épuisant ses dames. Elle va même jusqu'à consommer du blanc d'oeuf salé pour éviter de grossir !!
    Neurasthénique, l'impératrice a en plus une fascination assez étrange pour la mort : elle drape ses pièces de vie de noir et les ornes de statues particulièrement morbides.

    VI. La reine de Hongrie

    Hormi Corfou, qu'elle découvre au début des années 1860, après avoir quitté Madère et où elle revient alors qu'elle se croit perdue, Sissi est aussi tombée amoureuse de la Hongrie. Passionnée par la Hongrie, sa culture et sa langue, Sissi s'attire les critiques de Vienne et des Autrichiens, vexés de ne pas faire l'objet de tant d'attentions de la part de leur souveraine. Peu à peu, Sissi s'entoure de dames d'honneur hongroises. Sa lectrice, Ida Ferenczy, est également une jeune Hongroise de modeste extraction. L'impératrice s'entend tout de suite avec elle. Affront suprême, au mois d'avril 1868, c'est en Hongrie que Sissi décide de donner naissance à Marie-Valérie, sa dernière enfant, qui naît au palais d'Ofen.
    Le 8 juin 1867, elle est couronnée à Budapest aux côtés de François-Joseph : elle devient Erzsébet tandis que François-Joseph, en Hongrie, devient Ferenc-Jozsef. C'est la naissance de la double monarchie austro-hongroise, qui va perdurer jusqu'au XXème siècle. Le composituer Liszt, qui vit habituellement en reclus à Rome, mais qui est Hongrois d'origine, a fait le déplacement. Dans une lettre à sa fille Cosima, il décrira ainsi l'impératrice qui devient d'être sacrée reine de Hongrie : « Elle n'avait jamais été aussi belle.. elle apparaissait comme une vision céleste dans le déroulement d'un faste barbare ».
    Acclamée, fêtée et adulée par son nouveau peuple, qu'elle aime elle-même chaleureusement et sincèrement Sissi retrouve le sourire. Elle a la surprise de recevoir de la part du peuple magyar le château de Gödöllö. Tombée amoureuse du lieu quelques temps plus tôt, François-Joseph lui en avait refusé l'achat : l'Autriche avait besoin de placer son argent ailleurs. Heureuse, Sissi va meubler son château à son goût et y fera ensuite de nombreux séjours.
    Le rôle politique dans le rapprochement austro-hongrois est incontestable. Son influence va permettre à François-Joseph de dépasser la répugnance qu'il éprouve pour la Hongrie. Animés d'un véritable respect pour la souveraine qui se pose en aimable défenseuse de leurs droits, les magyars subissent aussi son influence positive et c'est grâce à elle qu'ils parviennent à surmonter leur propre méfiance envers le pouvoir autrichien. La répression de la révolte populaire en Hongrie, en 1848 et 1849 avait laissé des traces tenaces d'amertume.
    La joie du couronnement ravive pour un temps les relations entre François-Joseph et Sissi qui s'étaient éloignés mine de rien. Sissi revient sur sa décision de ne plus tomber enceinte et, en 1868, elle offre aux Hongrois un enfant. Elle aurait souhaité que ce soit un fils, qui serait ensuite monté sur le trône de Hongrie mais c'est une fille. Elle s'appellera Marie-Valérie et Sissi se prend aussitôt de passion pour elle. La dernière enfant du couple sera la préférée de sa mère, peut-être parce qu'elle pourra l'élever dès le début et à sa convenance. Les années que Rodolphe et Gisèle avaient passé sous la coupe de leur grand-mère les avaient complètement éloignés de leur mère. Avec Marie-Valérie, surnommée l'Unique, ce ne sera pas le cas.
    De plus, l'archiduchesse n'est plus en mesure de se poser en rivale de sa belle-fille : fortement éprouvée par l'exécution, au Mexique, de son fils Maximilien, devenu empereur du pays grâce à Napoléon III, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle mourra cinq ans plus tard...la lutte entre les deux femmes est définitivement terminée.
    Mais Sissi n'en est pas moins rassurée pour rassurée pour autant et, c'est plus fort qu'elle, elle continue ses voyages.

    INTERMÈDE LXIII

    Sissi et son chien Shadow

    VII. La quête de la liberté et les drames

    Sissi est une inlassable mouette. De plus, sa nouvelle position de reine de Hongrie distend un peu plus les liens qui l'unissent à l'Autriche et à la Cour impériale qu'elle déteste de toutes ses forces. Elle est entourée de ses femmes hongroises (parmi elles, Marie Festetics et Ida Ferenczy) et passe de plus en plus de temps en voyage. Après son accession au trône de Hongrie, elle passe beaucoup de temps à Gödöllö, où elle se sent particulièrement bien et ne revient à Vienne qu'à de rares occasions, faisant languir François-Joseph qui est toujours aussi amoureux de son épouse. En 1875, Sissi honore la France d'une visite officieuse : elle est à Sassetot-le-Mauconduit, en Normandie, avec sa fille Marie-Valérie qui a besoin de bains de mer...
    Elle sur surnomme elle-même « la mouette des mers » et confie à son fils Rodolphe que si elle devait s'établir dans un endroit et n'en plus bouger jamais, jusqu'à la fin de ses jours, « le séjour dans un paradis même lui paraîtrait l'enfer ». A travers ces évasions, plus que les autres, c'est surtout elle-même qu'elle fuit, ainsi que cette relation conjugale qu'elle ne parvient pas à assumer et qu'elle ressent comme un carcan de plus. Pourtant, Sissi est amoureuse de son mari et a pour lui beaucoup de respect et de tendresse mais elle doit s'enfuir, c'est plus fort qu'elle. Au fil des années, pourtant, les deux époux s'éloignent imperceptiblement pour ne plus se retrouver que rarement. François-Joseph en souffre et ne s'en cache pas. Sissi, de son côté, culpabilise de lui faire vivre cela et finit par pousser, sciemment, son époux dans les bras d'une actrice, Katharina Schratt, qui va devenir l'amie et la confidente de l'empereur. Il retrouve auprès de l'actrice l'atmosphère familiale qui lui manque tant depuis la mort de son époux en 1872. Selon Catherine Clément, dans son ouvrage Sissi : l'impératrice anarchiste, Elisabeth était en fait lesbienne et rejetait avec force les valeurs imposées de l'aristocratie. Bien qu'ayant eu plusieurs enfants, elle aurait fini par rejeter le mariage et le fuir en voyageant. On n'a aucun argument historique pour étayer cette information, mais pas non plus d'affirmation suffisamment solide pour l'infirmer...
    Au cours des années, Sissi doit en plus faire face à des deuils successifs qui finissent d'affaiblir sa nature fragile : ainsi, alors qu'elle est encore bien jeune, elle perd Sophie, sa fille âgée de deux ans. En 1867, elle doit soutenir sa soeur Hélène qui vient de perdre subitement son mari tandis que la nouvelle leur arrive de l'exécution sommaire de Maximilein à Querétaro au Mexique. Dans les années 1880, Sissi perd son cousin bien-aimé le roi Louis II de Bavière déclaré aliéné et qui s'est probablement noyé dans le lac de Starnberg. La souveraine perd ensuite ses deux parents puis son ami le comte Andrassy, artisan du Compromis austro-hongrois. Puis c'est Sophie-Charlotte, sa soeur mariée en France qui meurt, brûlée vive dans l'incendie du Bazar de la Charité alors qu'elle tentait de sauver des femmes et des enfants. Et, en janvier 1889, c'est le drame de Mayerling qui éclate. Dans le petit relais de chasse près de Vienne, les corps de Rodolphe, âgé d'une trentaine d'années et de sa maîtresse, la jeune Marie Vetsera sont retrouvés sans vie. Aujourd'hui encore, on ne sait s'ils se sont suicidés ou si la mort de l'archiduc et de sa maîtresse résulte en fait d'un double-meurtre.
    Ces morts successives vont plonger Elisabeth dans une douleur et une mélancolie indescriptibles. Elle ne portera désormais plus que du noir en signe de deuil et, n'ayant plus aucun lien avec la cour à partir de 1890 (le mariage de Marie-Valérie), elle continue de s'échapper partout en Europe. Passionnée par la Grèce antique, elle revient souvent à Corfou, qui l'avait tellement séduite en 1861. Entre 1891 et 1892, elle y fait construire un palais de style antique baptisé l'Achilleion. Elle séjournera aussi en France, à Roquebrune-Cap-Martin, au Grand Hôtel du Cap, près duquel a d'ailleurs été érigé un monument à la mémoire de l'impératrice dans le petit « square Sissi ».

     

    INTERMÈDE LXIII

    Après la mort de son fils Rodolphe, l'impératrice ne portera plus que du noir


    VIII. La mort ironique de « la mouette des mers »

    Le 16 juillet 1898, l'impératrice part pour une énième cure. Sissi a soixante-et-un ans et, avec l'âge, ses problèmes de santé ne se sont pas arrangés. Il faut dire qu'elle n'a rien fait pour améliorer son hygiène de vie : il lui arrive de ne manger que huit oranges par jour, ce qui est insuffisant. Elle souffre également de névrite, d'insomnie et d'une légère dilatation cardiaque.
    Le 30 août 1898, elle arrive par le train de Munich, après un périple en Allemagne avec une suite plutôt rédite : son aide de camp général Berzeviczy, sa dame de compagnie la comtesse Sztaray, Barker son nouveau lecteur grec, trois dames d'honneur et quelques domestiques. François-Joseph ne l'accompagne pas, il est resté à Vienne pour commémorer le cinquantième anniversaire de son accession au trône autrichien.
    Le 10 septembre, alors qu'elle doit rentrer à Vienne pour retrouver son époux, elle croise la route d'un anarchiste italien, Luigi Luccheni. En sortant de l'hôtel Beau-Rivage, situé face au lac Léman, Sissi, qui est pressée, se hâte vers le bâteau qui l'attend. Luccheni assassine l'impératrice avec une lime de 9 cm, qui transperce le cœur à la hauteur du sein gauche. Le seul but de l'homme était de se faire un nom en accomplissant un acte éclatant. Il n'avait rien de personnel contre l'impératrice...comble de l'ironie, c'était le duc d'Orléans qui avait été sa première cible mais il s'était rabattu sur l'impératrice à la suite d'un changement d'emploi du temps du duc. C'est un acte complètement gratuit qu'il s'apprête à commettre...
    Il attend donc près de l'hôtel Beau-Rivage où Sissi est descendue. A 13 heures 35, elle sort, incognito comme toujours, sous le nom de comtesse de Hohenembs. Elle tient le bras de sa dame de compagnie la comtesse Irma Sztaray. Passant près du jeune homme, l'impératrice reçoit ce qu'elle croit être un coup de poing. Elle trébuche, bascule en arrière. Sa chute est amortie par son épaisse chevelure. Un cocher qui passe par là aide la suivante à relever Sissi tandis que le meurtrier, qui vient en fait de la poignarder avec une lime très fine, s'échappe mais est arrêté quelques mètres plus loin par des passants.

    INTERMÈDE LXIII

    Luigi Luccheni assassine Sissi à Genève en septembre 1898

     

    L'impératrice rassure sa dame d'honneur paniquée. Sissi est rouge d'émotion mais pâlit brusquement et se plaint d'une douleur à la poitrine. Elle tente de rejoindre le bâteau qui va bientôt partir, fait quelques pas seule et, alors qu'elle fait quelques pas seule sur la passerelle, elle se tourne brusquement vers la comtesse Sztaray et lui demande son bras d'une voix angoissée. Elle perd connaissance et une infirmière présente à bord lui donne les premiers secours. Quand elle revient à elle elle tient encore une fois à rassurer son entourage en arguant que c'est la peur qui l'a fait se trouver mal. On lui donne un sucre imbibé d'alcool, après l'avoir installée avec beaucoup de précautions sur une banquette. Irma Sztaray ouvre la chemise et remarque avec horreur une toute petite goutte de sang au dessus du sein gauche. La dame d'honneur crie alors que l'impératrice a été assassinée et révèle la véritable identité de sa maîtresse. Le bâteau revient à quai et Sissi est ramenée dans ses appartements de l'hôtel Beau-Rivage. Entretemps, des médecins sont arrivés, le docteur Golay en premier. Il tente de sonder la plaie. On essaie de faire revenir l'impératrice à elle mais en vain. Un second médecin, arrivé peu après, pratique une incision au poignet : aucune goutte de sang ne perle. Elisabeth meurt à 14 heures 40, dans les bras de Fanny Mayer, l'épouse du propriétaire de l'hôtel. Son corps a cessé progressivement de battre après que la lime de Luccheni ait transpercé le péricarde.On imagine la peine de François-Joseph qui prend conscience qu'il ne verra plus celle qu'il a tant aimée. Averti par un aide de camp, François-Joseph s'effondre et, entre deux sanglots, murmurera : « Rien ne m'est épargné sur cette terre. ». Jusqu'à sa propre mort en 1916, il ne cessera de répéter combien il a aimé Sissi.Transportées par chemin de fer, les cendres de l'impératrice arrivent à Vienne le 15 septembre au matin. Elles sont d'abord déposées dans la chapelle de la Hofburg, où François-Joseph vient se recueillir. La capitale est en grand deuil, oubliant ses rancoeurs d'autrefois. Le 17 septembre, Sissi est inhumée officiellement au son du glas. Son corps repose dans la crypte de Capucins de Vienne, la nécropole des Hasbourg-Lorraine.

    Sissi est passée à la postérité comme héroïne romantique grâce aux films Sissi, die Junge Kaiserin réalisés par Ernst Marischka et dont le rôle titre est tenu par Romy Schneider. Cette dernière reprendra le rôle d'Elisabeth dans Ludwig ou le Crépuscule des Dieux, de Luchino Visconti.

     

    INTERMÈDE LXIII

    Sarcophage d'Elisabeth d'Autriche dans la crypte des Capucins de Vienne

     

    © Le texte est de moi, je vous demanderais donc de ne pas le copier, merci.


    Pour en savoir plus :


    -Sissi, la dernière impératrice, Jean des Cars. Biographie.
    -Sissi, ou les forces du destin, Hortense Dufour. Biographie.
    -L'impératrice, Nicole Avril. Biographie.
    -La Saga des Habsbourg, Jean des Cars. Essai.


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires