• L'instant poétique

    L'instant poétique

  • L'instant poétique #1 : Liberté, Paul Eluard, 1942 

    Résultat de recherche d'images pour "liberté paul eluard illustration"

    Le poème d'Eluard illustré par son ami Fernand Léger en 1953

    • LE POÈME

     

    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffée d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes maisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attentives
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté.

    Paul Eluard

     

    • ET CA PARLE DE QUOI ?

    Considéré comme un véritable plaidoyer de la Résistance, cet ode à la liberté est, au départ, une oeuvre dédiée à l'épouse de Paul Eluard, Nusch (née Maria Benz) et s'intitule Une seule pensée. Mais Paul Eluard révèle qu'en écrivant ce poème, le seul mot qui lui revient à l'esprit est celui-ci : « liberté ». Publié le 3 avril 1942 dans le recueil clandestin Poésie et Liberté, il est diffusé sous le titre Une seule pensée en zone libre. Repris à Londres par la revue La France Libre, le texte est parachuté en milliers d'exemplaires au-dessus de la France, par les avions de la Royal Air Force. Repris de multiples fois, dans des films ou parfois même mis en musique, traduit en plusieurs langues, Liberté est, avec Le Chant des Partisans écrit par Joseph Kessel et son neveu Maurice Druon, considéré comme un texte consubstantiel à la Résistance française pendant la Seconde Guerre Mondiale. 

    • L'AUTEUR EN QUELQUES PHRASES

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Né Eugène Grindel à Saint-Denis le 14 décembre 1895 et mort à Charenton-le-Pont en 1952, Paul Eluard est un poète français proche du mouvement Dada et considéré comme l'un des piliers du surréalisme.


    votre commentaire
  • L'instant poétique #2 : Demain, dès l'aube, Victor Hugo, 1856

    Image dans Infobox.

    Manuscrit du poème 

     

    • LE POÈME

    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

    Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
    Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

     

    • ET CA PARLE DE QUOI ?

    Image dans Infobox.

    Léopoldine Hugo en 1836, au moment de sa première communion

     

    Poème autobiographique publié dans le recueil Les Contemplations, composé de 158 poèmes, Demain, dès l'aube a été rédigé une dizaine d'années avant sa publication. L'auteur s'y adresse à sa fille Léopoldine, disparue quatre ans plus tôt (à l'âge de dix-neuf ans) avec son époux dans un accident tragique. Le poème raconte le pèlerinage annuel de Hugo entre Le Havre et Villequier, le village normand où Léopoldine a trouvé la mort et où elle est enterrée avec son mari. 

    • L'AUTEUR EN QUELQUES PHRASES

    Image dans Infobox.

    Né à Besançon le 26 février 1802, décédé à Paris le 22 mai 1885, Victor Hugo est l'un des auteurs français du XIXème siècle les plus importants. Personnalité publique et intellectuelle, particulièrement engagé politiquement, Hugo est un poète, dramaturge et écrivain romantique. A sa mort, il a droit à des funérailles nationales et sa sépulture se trouve au Panthéon. 

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique