• The Rose Saga, tome 2, L'Ange de Whitechapel ; Jennifer Donnelly

    « C'est bien vrai, les gens ne sont pas tels qu'on les imagine. »

    The Rose Saga, tome 2, L'Ange de Whitechapel ; Jennifer Donnelly

    Publié en 2006 aux Etats-Unis ; en 2013 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Winter Rose

    Editions Pocket

    1003 pages

    Deuxième tome de la saga The Rose Saga 

    Résumé : 

    India Selwyn Jones, jeune aristocrate fraîchement diplômée de médecine, décidé de renoncer à ses privilèges pour exercer son métier dans la jungle populaire qu'est le quartier de Whitechapel. En ce début 1900, il n'est pas facile d'être une femme médecin et célibataire. Dévouée à ses patients, impétueuse, avant-gardiste en matière de progrès social, India va croiser le chemin de Sid Malone, un gangster qui règne sur Londres et dont la tête est mise à prix. Partagée entre sa vocation, son futur mariage avec un éminent politicien et ses sentiments ambigus pour Sid, India va devoir trouver le juste équilibre entre ce que l'on attend d'elle et ce qu'elle veut vraiment. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    En 1900, fraîche émoulue de la faculté de médecine de Londres, India Selwyn Jones est engagée par un cabinet au cœur de l'East End et du quartier de Whitechapel. Là, la jeune femme va devoir s'armer de courage pour affronter les conditions de travail qui vont être les siennes désormais, face à des populations défavorisées ou des collègues aux pratiques rétrogrades. Mais India a un rêve, celui de rester à Whitechapel et d'aider les habitants en ouvrant un dispensaire pour les ouvriers et leur famille.
    Elle va aussi faire face à une autre réalité de ces quartiers : la délinquance. Et, en cette fin de XIXème siècle, la pègre y est très puissante : entre la prostitution, les trafics en tous genres et les opiomanes qui viennent faire fructifier les fumeries clandestines, les bandes criminelles y ont la part belle. India va d'ailleurs faire la connaissance de l'un des fameux chefs de gangs de l'East End, le fameux Sid Malone. Et la jeune femme va se rendre compte que la vie est parfois bien moins prévisible qu'on ne le croit et que le mal est loin de se trouver obligatoirement là où on pense le trouver nécessairement : ainsi le gangster peut avoir du cœur tandis que le politicien peut être bouffi d'orgueil au point de tout piétiner pour servir son ambition.
    L'Ange de Whitechapel est le deuxième tome de la saga victorienne de Jennifer Donnelly, The Tea Rose. Après avoir suivi la jeune Fiona Finnegan de Whitechapel à New-York, on fait donc la connaissance d'une nouvelle héroïne, India, déterminée à faire bouger les choses grâce à la légitimité que lui confère son statut de médecin -même si être une femme et exercer la médecine en 1900 n'est pas chose aisée.
    Mais les personnages du premier tome, L'Insoumise, sont encore bien présents et on retrouve avec joie Fiona, son mari, son jeune frère, dont elle s'est occupée quand leurs parents sont morts. Et bien sûr, il y'a toujours l'intriguant et mystérieux Sid Malone... les lecteurs du premier tome savent le lien qui unit le malfrat londonien à Fiona... l'existence d'India va aussi se retrouver mêlée à la sienne de manière irrémédiable.
    J'ai trouvé que ce deuxième volume avait plus de consistance et de relief que L'Insoumise... attention, je ne dis pas que ce roman ne m'avait pas plu, bien au contraire, j'en garde d'ailleurs un très bon souvenir. Mais peut-être que l'intrigue était un peu moins captivante que dans L'Ange de Whitechapel... Jennifer Donnelly nous offre ici un livre mené tambour battant et assis sur une base solide et intéressante : celle de l'exercice de la médecine, à une époque où les progrès, certes indéniables, ne sont pas encore suffisants. Et le fait que ce soit une femme médecin qui soit l'héroïne est intéressant aussi car on se rend compte qu'il n'y a pas encore si longtemps, les étudiantes en médecine étaient mal vues et les femmes qui parvenaient ensuite à exercer, tout autant. L'épisode, en milieu de roman, où India perd sa patiente et qu'elle entend les voisines chuchoter : « il aurait dû faire appel à un médecin... un vrai médecin pour soigner sa femme » est assez révélateur de ce que l'on pensait des femmes qui avaient le courage de braver les conventions et de s'essayer à une discipline encore toute masculine et presque exclusive.
    En parallèle, il y'a aussi la description des conditions de travail d'India et de ses collègues dans l'East End de cette fin de siècle... on le sait, Whitechapel, le quartier où, douze ans plus tôt, sévissait Jack l’Éventreur, le fameux tueur en série, est l'un des quartiers les plus pauvres, les plus défavorisés de Londres où les conditions de vie sont particulièrement difficiles : pauvreté et alcoolisme endémiques, familles trop nombreuses vivant dans une promiscuité désastreuse car véhicule de nombreux germes et bactéries et donc, de maladies... la mortalité infantile est alors très élevée et les moyens de contrôler les naissances inaccessibles aux femmes des milieux populaires qui en auraient pourtant eu tant besoin. Il y'a encore cent-vingt ans, on mourrait du choléra, de la tuberculose, à plus forte raison si on avait la malchance de naître dans les quartiers ouvriers. India, forte de ses convictions théoriques, sur l'asepsie, notamment, va se rendre compte que sur le terrain, il faut parfois pratiquer de façon bien plus instinctive pour sauver une vie...
    J'ai apprécié cette immersion dans un milieu que je ne connais pas mais qui m'intéresse quand même beaucoup. Le style est clair, fluide, j'ai aimé autant les parties narratives que les dialogues souvent fins et ciselés... une certaine tension monte progressivement, au point que l'on est tellement happé par l'intrigue qu'on ne lâche plus le livre ! Comme L'Insoumise, c'est un bon pavé d'un peu plus de 1000 pages mais la lecture n'est pas laborieuse. Ce roman est un beau portait de l'Angleterre de la fin du XIXème siècle et du début du XXème... un peu comme dans Downton Abbey, où le déclin de l'aristocratie et surtout de la fin de leur mode de vie immuable, impuissant face aux progrès qui s'annoncent, ici, on se rend compte que la noblesse se consume doucement : le personnage de Maud, dans le roman, mal mariée et opiomane, en est un bon exemple. Dans le même temps, les classes laborieuses commencent à s'émanciper des carcans dans lesquels on a voulu les enfermer : on peut penser au mouvement des suffragettes, par exemple, que Jennifer Donnelly aborde à plusieurs reprises dans L'Ange de Whitechapel et qui symbolise bien des mouvements contestataires qui avaient pour but de réformer pleinement la société.
    On sent que l'auteure a fait de bonnes recherches, notamment sur la manière d'exercer la médecine à l'époque : en effet, lorsqu'on commence à traiter un sujet comme celui-ci, le moindre anachronisme pourrait devenir malheureux. On peut se rendre compte que, dès les années 1900, les connaissances étaient relativement étendues mais parfois difficiles à mettre en place faute de moyens modernes, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.
    Avec L'Ange de Whitechapel, on voyage aussi, jusqu'en Afrique, ce qui nous change un peu de l'Inde, de l'Australie ou des États-Unis... personnellement, j'ai aimé découvrir le Kenya à travers le regard de nos personnages pour lesquels c'est presque un nouveau monde qui s'offre à eux. Je crois que j'ai d'ailleurs été aussi dépaysée qu'eux face à cette découverte ! Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce deuxième opus et j'ai déjà très envie de découvrir le troisième tome !

    En Bref :

    Les + : une intrigue enlevée et intéressante, des personnages attachants...
    Les - : j'ai beau chercher, je n'en trouve pas ! 

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Décembre 2016 à 19:24

    Je ne vais pas lire ta chronique tout de suite, parce que je veux me plonger dans ce roman sans rien savoir. L'insoumise a été un énorme coup de coeur pour moi (la relation entre Fiona et Nicolas m'a beaucoup touché). Le contexte historique, les rebondissements...tout était parfait. Alors penses-tu, j'ai vraiment hâte de découvrir ce deuxième tome ! 

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 20:41

        N'hésite pas à repasser par ici pour me donner ton avis, quand tu auras lu L'Ange de Whitechapel, alors ! cool Personnellement, j'ai vraiment été séduite, encore plus que pour L'Insoumise...tu as raison, dans ce premier tome, j'avais beaucoup aimé la relation entre Fiona et Nicholas, elle m'avait surprise au départ mais je l'avais aimée parce qu'elle était originale : c'est rare de voir ça dans un roman ! 

        A nouveau beaucoup d'originalité dans L'Ange de Whitechapel, même si on sait presque dès le départ ce qui va arriver à India...en même temps, ce n'est pas gênant, ai-je envie de dire, parce que c'est vraiment ce qu'on a envie de lire ! sarcastic

        Peut-être ne repasseras-tu par ici que lorsque tu auras découvert ce roman, du coup, mais je te souhaite d'ores et déjà une très belle lecture ! J'espère que L'Ange de Whitechapel te plaira autant qu'à moi ! 

    2
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 09:02

    Je suis bien tentée par ce beau roman.

      • Jeudi 22 Décembre 2016 à 10:50

        Oh eh bien, je ne peux que te conseiller de te laisser tenter ! ! cool Tu peux le lire indépendamment où à la suite du roman L'Insoumise. Personnellement, c'est ce que j'ai fait, j'ai préféré d'ailleurs, ça m'a permis peut-être de plus vite entrer dans l'intrigue de L'Ange de Whitechapel...quoique...les deux histoires sont assez différentes au final, même si on retrouve dans L'Ange... des personnages de L'Insoumise ! ! J'ai vraiment passé un très bon moment alors si tu es curieuse, vas-y, tente le coup ! ! yes

    3
    Vendredi 3 Février à 20:43

    Un saga que j'ai tout simplement adoré :) et particulièrement ce dernier, bien qu'il soit beaucoup plus dur que le premier. 

      • Vendredi 3 Février à 22:22

        Tu as lu L'Indomptable, également ? J'ai hâte de m'y mettre après avoir rencontré l'héroïne dans L'ange de Whitechapel. Je suis sûre de passer un bon moment. Pour l'instant cette saga est un bon cru, c'est vrai ! cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :