• Amitiés rouge Sang - Le Sang des Âmes ; Jean-Pierre Schackis

    « La discipline militaire et son règlement s'adressent à des hommes, certes pétris dans la glaise du courage, mais qui ont aussi leurs petites faiblesses et quelques défauts. »

    Amitiés rouge Sang - Le Sang des Âmes

    Publié en 2018

    Editions Librinova

    503 pages

    Amitiés rouge Sang - Le Sang des Âmes

    Résumé :

    1914, Franz Reihmann trouve l’amour mais déjà la guerre le happe et le cloue dans les tranchées à Neuve-Chapelle, (62). 1916, Francisco et Amilcar, enrôlés côté portugais, se battent dans le même bourg. Un Christ, tombé de sa croix, devient un symbole face à l’ennemi. Bientôt l’Allemand et les deux Portugais sont face à face.
    1956, Francisco, chargé des cimetières Portugais en France, orchestre la remise du Christ qu’il fait transporter à Batalha. Instable, il papillonne tandis qu’Amalia, sa maîtresse, l’attend.
    Mutilé, Franz épouse Cornélia à Karlsruhe. Le couple fait face à moult revers.
    Mai 1968. Franz et son petit-fils découvrent un cliché du Christ des tranchées. Les recherches les mènent à Paris en pleine insurrection et au Portugal où Francisco se morfond, honteux d'avoir fomenté une vengeance machiavélique envers l'ex maîtresse de son ami Amilcar.
    Tissé entre des faits historiques avérés, largement méconnus, ce roman s’étale sur une soixantaine d’années.

    Ma Note : ★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    Il y'a quelques semaines, j'ai été contactée par les éditions Librinova qui me proposaient la lecture du roman Amitiés rouge Sang, de Jean-Pierre Schackis. C'est une maison d'édition qui ne propose que des livres numériques et, si vous me suivez depuis un moment, vous avez pu constater que je ne lis pas sur liseuse : je n'ai rien contre et c'est vrai que c'est réaliser de vraies économies, en place comme en argent, que d'avoir recours à la lecture numérique... Malgré tout, je n'ai pas encore franchi le pas et nul doute que ce ne sera pas pour tout de suite. Au-delà du plaisir de la lecture, j'aime le livre en tant qu'objet et j'ai bien du mal avec un ouvrage dématérialisé qui a, malgré toute sa qualité, moins d'âme.
    Ceci étant dit, je ne me voyais pas non plus refuser cette lecture et c'est donc via l'application Google Play Books que j'ai lu ce conséquent roman d'un peu plus de 450 pages.
    Alors, justement, qu'est-ce qui m'a motivée à lire ce roman ? L'époque, tout simplement, car Amitiés rouge Sang est un roman historique qui se déroule sur près de cinquante ans, de 1914 au début des années 1970... Au travers des journaux de nos deux protagonistes, Francisco et Franz, nous traversons toute la première moitié du XXème siècle, entre conflits mondiaux, croissance économique, réaménagement des frontières et émeutes étudiantes et ouvrières de mai 1968.
    Que partagent Franz et Francisco, hormis un prénom presque semblable et qui rappelle notre pays, la France ? L'un est un Allemand, de Karlsruhe, fils d'industriel. L'autre est un Portugais de Lisbonne. En apparence, rien ne devrait les réunir et pourtant... Ils ont vingt ans ou presque en Quatorze quand la Première guerre est déclarée et chacun va se retrouver au cœur des combats, dans les tranchées, mais dans des camps ennemis. Et, en 1968, lors d'un voyage à Verdun avec son petit-fils, Franz reconnaît sur une photo, un Christ qui, pendant plusieurs mois, a surplombé les lignes portugaises et allemandes, une photo qui va l'emmener jusqu'à Neuve-Chapelle, dans le Pas-de-Calais et jusqu'à Lisbonne, où Franz retrouvera Francisco cinquante ans après leur première rencontre.
    Cette grande fresque historique avait tout pour me plaire et je l'ai effectivement trouvée très dense et bien menée, avec un contexte maîtrisé par l'auteur. Jean-Pierre Schackis ne ménage pas son lecteur avec des passages parfois particulièrement durs et éprouvants mais nécessaires. Beaucoup de chapitres sont consacrés au récit de la vie dans les tranchées, entre promiscuité, froid, boue, attaques ennemies régulières, faites pour démoraliser, système militaire et propagande habile qui broient le combattant, même le plus volontaire... Quant à sa réflexion sur la guerre en général et ses conséquences dans le temps, je l'ai trouvée aussi très juste. Enfin, les points de vue adoptés s'ils ne sont sûrement pas inédits, n'en sont pas moins originaux... ici les protagonistes ne sont ni anglais, ni français... Ils sont allemands et portugais... Pour le premier, c'est, disons, le point de vue de celui que l'on considère comme l'ennemi, dès lors que l'on étudie les deux conflits mondiaux. Pour le second, très honnêtement je l'avoue, je ne savais pas du tout que des contingents portugais s'étaient battus en France aux côtés des Alliés. Du coup, j'ai trouvé vraiment intéressant que l'auteur prête sa plume à ces deux personnages, qui nous livrent une vision différente du conflit qu'ils vivent et en même temps, si semblable : la détresse, la peur, l'espérance, l'instinct de survie n'ont pas de nationalité et n'appartiennent à aucun peuple, comme l'illustrent bien Franz et Francisco.
    Quant au Christ des tranchées, qui unit nos deux personnages, d'abord sur les lieux du conflit, dans ce Nord de la France ravagé par les obus puis qui, à la fin des années 60 leur permet de se retrouver, sans haine et sans ressentiment, c'est une histoire vraie et j'ai trouvé très intéressant que l'auteur intègre cet épisode à son récit. Alors, justement, qui est-il, ce Christ ? Au plus fort des combats, les soldats pouvaient voir un grand Christ, initialement placé sur un calvaire détruit. Sa croix l'avait été aussi et, amputée des deux jambes, fichée en terre, la statue avec ses bras ouverts semble implorer l'arrêt de ces combats fratricides. En 1958, quarante ans après l'armistice, le Christ quitte la France pour le Portugal, où il est encore visible, veillant sur les tombes des soldats inconnus portugais, l'un tombé en Afrique et l'autre en France.
    Personnellement je ne connaissais pas cet épisode de la Première guerre mondiale et j'ai trouvé plaisant de le découvrir, d'autant plus que l'auteur l'intègre avec beaucoup d'habileté à son récit.
    Enfin, l'alternance de narrateur nous permet d'avoir toujours, comme dans un miroir, la vision de l'un puis celle de l'autre.
    Bref, Amitiés rouge Sang est un bon roman MAIS...car il y'a un mais, j'ai été très déçue des erreurs récurrentes qui donnent l'impression de lire des épreuves non corrigées alors que, vraisemblablement, ce n'est pas le cas ! Qu'un auteur fasse des erreurs, en soi, c'est normal. Ça peut arriver à tout le monde mais justement, il y'a des phases de correction qui permettent d'éliminer erreurs et coquilles...or, là, à mesure que j’avançais, j'avais l'impression que les erreurs se faisaient de plus en plus nombreuses : erreurs de syntaxe, parfois de conjugaison, absence d'un mot, chronologie parfois un peu confuse. J'avoue que j'ai eu du mal à réfréner mon agacement à mesure que j’avançais dans ma lecture ! Quelques erreurs passent encore mais quand il y'en a toutes les deux pages, au bout d'un moment, c'est non ! Je trouve que c'est décourageant et que le rythme de lecture en est perturbé ! C'est comme regarder un film avec plein de faux raccords et c'est dommage, d'autant plus que le fond, en lui-même, est bon. L'auteur a travaillé son sujet et le connaît bien, en sortant parfois des sentiers battus, s'éloignant des grands épisodes connus pour s'arrêter sur d'autres, perdus dans les brouillards de l'Histoire. Je n'aurais eu aucun déplaisir à lire ce roman si ces erreurs n'avaient pas si été nombreuses. Au contraire, je crois que j'aurais été captivée ! Et d'ailleurs, je ne serais pas sincère si je disais que je n'ai pas aimé ce roman car ce n'est pas vrai... Jean-Pierre Schackis a imaginé un roman cohérent intercalant faits imaginaires et historiques. Entre violence, émotion et réflexions justes, on s'attache tout autant à Franz et à Francisco. Voilà une bonne lecture mais qui aurait pu être encore meilleure si la forme avait été à la hauteur du fond !

    Je remercie ceci étant dit -et très chaleureusement- les éditions Librinova de m'avoir proposé cette lecture ! !

    En Bref :

    Les + : un roman historique assis sur des bases solides, une intrigue percutante et bien menée. 
    Les - :
    des erreurs récurrentes et c'est vraiment dommage. Sans ça, le roman aurait été bien meilleur. 


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :