• Le Maître des Peines, tome 3, Le Salut du Corbeau ; Marie Bourassa

    « C'est par la faiblesse des hommes que le bourrel est devenu nécessaire. »

    Le Maître des Peines, tome 3, Le Salut du Corbeau ; Marie Bourassa

     

    Publié en 2009 au Canada ; en 2013 en France (pour la présente édition)

    Editions Pocket 

    664 pages

    Troisième tome de la saga Le Maître des Peines

    Résumé :

    Connu pour avoir été le bourreau le plus sanguinaire de France en cette fin du XIVe siècle, Louis Ruest aspire désormais à retrouver une vie normale. Récemment marié, il se consacre à la gestion de son domaine et se prépare à l'arrivée imminente d'un enfant. Mais il n'est pas toujours aisé d'abandonner son passé. Tandis que ses proches tentent par tous les moyens de délivrer Louis du mal, d'autres, dans l'ombre, font tout pour l'y ramener. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Le Salut du Corbeau est le troisième et ultime tome de la saga médiévale de Marie Bourassa, Le Maître des Peines. Pour la troisième et ultime fois, nous retrouvons Louis Ruest, bourreau de Caen et sa famille. Volume qui court sur plus de deux décennies mais, paradoxalement, plus court que ses prédécesseurs, Le Salut du Corbeau remonte en puissance et en tension après l'accalmie du deuxième tome. Cette saga, c'est un peu comme les montagnes russes en fait : on est arrivé en haut de la pente à la fin du premier tome, on a amorcé une descente en douceur dans le tome deux mais en fait pour mieux remonter dans ce dernier volume ! De nouveau des tensions s'amoncellent au dessus de la famille que Louis a tant bien que mal réussi à se constituer en Normandie et des menaces la prennent pour cible. Tensions et rivalités amoureuses mettent à mal le semblant de paix que l’exécuteur des hautes œuvres de Caen est parvenu à trouver en son petit domaine d'Hiscoutine, alors même qu'une révélation spectaculaire -pour lui parce que personnellement je l'ai sentie arriver à des kilomètres- lui permet soudain de desserrer un peu le carcan du passé et de s'en émanciper doucement. Enfin, dans ce tome là, on retrouve un Louis plus humain. Je ne parle pas de l'enfant, rencontré dans Le Jardin d'Adélie et qui l'était de manière assez désarmante. Depuis longtemps maintenant c'est un Louis adulte que nous côtoyons, conditionné par son passé mais aussi par son fonction de bourreau qui en fait aussitôt et inévitablement un être nécessaire à la justice de son temps mais malgré tout en marge de la société des hommes. Pas facile donc de s'y intégrer quand on est d'emblée rejeté par la répulsion des autres et quand sa nature profonde de toute manière, le pousse à s'écarter des autres individus. 
    Dans Le Salut du Corbeau, la jeunesse laisse doucement place à la maturité et à la sagesse de l'âge qui arrive, même si, pour Louis, se débarrasser de ses vieux démons est difficile. Les années ne lui ont pas apporté l'apaisement qu'il pouvait espérer pourtant et il continue d'exercer son office de bourreau, consciencieusement mais sans enthousiasme. On s'en doute. A Hiscoutine, le domaine normand qui lui avait jadis été confié par le roi de Navarre, l'attendent désormais des serviteurs dévoués bien qu'un peu méfiants et surtout, une femme et un enfant. Mais c'est bien une révélation sur son passé et non pas son enfant, promesse d'avenir, qui va ramener Louis parmi les vivants.
    Il va m'être difficile de ne pas trop vous en dévoiler parce qu'il faut que je vous parle de la fin, qui m'a plu tout en me laissant un peu frustrée parce que j'ai aimé le personnage de Louis et, comme il ouvrait la saga, j'aurais aimé aussi qu'il la termine. Ce ne sera pas le cas, je ne vous dis pas pourquoi mais le roman se clôt avec un épilogue dont le personnage central est le fils de Louis, comme une promesse d'avenir finalement. Mais, comme je m'étais beaucoup attachée à Louis dès le départ j'avoue que j'aurais aimé le voir jusqu'au bout. Après c'est ambivalent c'est vrai... c'était prendre un risque pour l'auteure de nous livrer une fin peut-être un peu trop facile, un peu trop convenue. Ceci étant dit j'ai trouvé que l'issue choisie par l'auteure était bien trouvée... qu'elle m'ait un peu frustrée n'est qu'un sentiment personnel et puis cette frustration est largement contrebalancée par l'émotion que les derniers chapitres font naître en nous. Marie Bourassa nous livre une fin à la hauteur de nos espérances et surtout, à la hauteur de sa saga ! Rien à dire toujours, concernant le style... il est de qualité.
    Rien à dire non plus concernant les personnages... j'ai aimé le triangle de rivalités et de sentiments qui se met en place entre Jehanne, Louis et Samuel. J'ai aimé aussi retrouver de façon plus récurrente le père Lionel rencontré dès le premier tome. J'avais pressenti que son rôle ne s’arrêterait pas à ce que l'on avait entrevu jusqu'ici et, même si sa grande révélation, dans Le Salut du Corbeau, est assez prévisible, on l'attend quand même et c'est avec plaisir que j'ai lu le chapitre où, enfin, Lionel se dévoile.
    Une toute petite approximation historique est venue se glisser au détour d'un chapitre mais rien de grave : il est en effet mentionné qu'Edouard de Woodstock, fils d'Edouard III, surnommé Le Prince Noir, meurt un an après son père, soit en 1378, alors qu'il est mort en 1376. Je suis vraiment encline à fermer les yeux sur cette toute petite erreur qui pourrait presque être considérée comme une étourderie et non pas comme un véritable contresens. Au vu du contexte impeccablement restitué par ailleurs, je pense effectivement que c'est une toute petite faute, comme cela peut arriver quand on écrit machinalement, petite faute suffisamment ténue pour passer entre les mailles du filet.
    Encore une fois, la France féodale du XIVème siècle, déchirée par la guerre et écartelée par les liens vassaliques revit sous nos yeux. Le Maître des Peines est une saga très visuelle, avec beaucoup d'aventures et de péripéties mais celles-ci sont toujours vraisemblables et c'est important, la vraisemblance, dans un roman historique. Bref cette trilogie a su me séduire et je la conseille malgré quelques scènes parfois un peu dures.

    En Bref :

    Les + : une intrigue un peu plus mystique, des personnages toujours ciselés et des dialogues qui font mouche ! Une bonne saga. 
    Les - : Aucun. Encore une fois j'ai été emportée. 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Janvier à 21:05

    Bon et bien je pense que tes trois chroniques ont su me convaincre. Je vais essayer de trouver la saga ce weekend en allant en librairie, sinon je la commanderai ! J'ai vraiment hâte de me plonger dans cette saga historique et de découvrir le personnage de Louis ! 

      • Vendredi 13 Janvier à 23:40

        J'espère qu'elle te plaira ! yes C'est toujours une grosse responsabilité de conseiller un livre à un autre lecteur, que se soit directement ou par le biais d'une chronique, comme ici. Après, je ne me fais pas trop de souci te concernant, nous avons sensiblement les mêmes goûts et sensiblement aussi les mêmes ressentis sur les lectures que nous avons en commun, donc il y'a de fortes chances que Le Maître des Peines te plaise ! ^^ Certaines scènes, notamment dans le premier tome, sont assez dures et j'ai même eu parfois les larmes aux yeux... cry Ca ne m'arrive pas souvent, mais... j'ai aussi aimé le côté plus mystique de ce tome-ci... Bref, tiens-moi au courant dès que tu as pu te procurer les livres et je viendrai lire ensuite tes chroniques avec plaisir ! 

    2
    Mélissa
    Vendredi 13 Janvier à 22:09

    J'ai les 3 livres en stock depuis des lustres et j'ai pas encore osé les ouvrir. Tes critiques me donne l'envie de me lancer. Là je lis " La reine et la favorite " de Simone bertière, et j'ai vraiment hâte de savoir ton opinion sur le dernier tome concernant Marie-Antoinette. 

    En tout cas je te souhaite une bonne année ( en retard ) et longue vie à ton blog ! glasses

     

    Mélissa

      • Vendredi 13 Janvier à 23:45

        Oh, eh bien comme je le disais à Kitsy plus haut, c'est une grosse responsabilité de conseiller une lecture ou d'inciter un lecteur à lire tel ou tel livre avec une chronique positive. Un ressenti livresque, c'est tellement subjectif ! happy J'espère que tu aimeras, Mélissa ! ! En tous cas, n'hésite pas à venir me dire ce que tu en as pensé quand tu les auras lus, je lirai tes avis avec plaisir et intérêt, vraiment ! ! cool Accroche-toi, prépare-toi à des scènes pas évidentes des fois mais bon, moi qui suis assez sensible, j'y ai survécu, donc ça devrait le faire ! D'autres que moi devraient y arriver si moi j'ai réussi ! ! intello Le Maître des Peines vaut la peine d'être une saga plus reconnue ! ! 

         

        Bonne lecture avec La Reine et la Favorite...je l'ai lu en mars l'année dernière et quel plaisir ! C'est toujours très agréable de se plonger dans un livre de Simone Bertière... je retarde donc au maximum le moment de commencer Marie-Antoinette, l'Insoumise, qui est le tout dernier volume de ses biographies consacrées aux reines de France mais, rassure-toi, tu retrouveras inévitablement mon avis par ici dès que je l'aurais lu ! sarcastic

         

        Je te souhaite une belle année également et je te remercie, c'est justement grâce à des commentaires comme le tien qu'on a envie de continuer l'aventure et de faire vivre le blog ! Encore merci, Mélissa ! yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :