• Les Fleurs du Mal ; Charles Baudelaire

    « Viens ! oh ! viens voyager dans les rêves,
    Au delà du possible, au delà du connu !  »

    Les Fleurs du Mal ; Charles Baudelaire

    Publié en 2009

    Date de publication originale : 1857

    Editions Le Livre de Poche (collection Les Classiques de Poche)

    374 pages

    Résumé :

    Avec Les Fleurs du Mal commence la poésie moderne : le lyrisme subjectif s'efface devant cette « impersonnalité volontaire » que Baudelaire a lui-même postulée ; la nature et ses retours cycliques cèdent la place au décor urbain et à ses changements marqués par l'Histoire, et il arrive que le poète accède au beau par l'expérience de la laideur. Quant au mal affiché dès le titre du recueil, s'il nous apporte la preuve que l'art ici se dénoue de la morale, il n'en préserve pas moins la profonde spiritualité des poèmes. 
    D'où la stupeur que Baudelaire put ressentir quand le tribunal de la Seine condamna la première édition de 1857 et l'obligea à retrancher six pièces du volume. En 1861, la seconde édition fut augmentée de trente-cinq pièces, puis Baudelaire continua d'écrire pour son livre d'autres poèmes encore. Mais après la censure, c'est la mort qui vint l'empêcher de donner aux Fleurs du Mal la forme définitive qu'il souhaitait - et que nous ne connaîtrons jamais. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    Quand on ouvre un recueil comme Les Fleurs du Mal, c'est presque avec un léger frisson d'excitation et de curiosité, comme si on ouvrait un livre défendu, fleurant bon le scandale. Bien sûr, aujourd'hui ce livre est considéré comme un très grand classique de la littérature française, peut-être même mondiale. Qui ne connaît pas Les Fleurs du Mal ? L'aspect quelque peu scandaleux de l'oeuvre passe au second plan, bien après ses qualités littéraires. On a cependant l'impression de faire une lecture particulière, un peu à part. Hors normes.
    Unique recueil de poèmes de Baudelaire, Les Fleurs du Mal englobent presque toute sa production poétique, de 1840 jusqu'à l'année de sa mort, 1867. Publiés dès 1857, les poèmes de Baudelaire scandalisent la société corsetée et bien-pensante de l'époque, ce qui lui vaudra d'ailleurs un procès retentissant. Il faudra d'ailleurs que l'impératrice Eugénie intercède elle-même en faveur du poète pour qu'il voie son amende minorée. Six pièces du recueil sont censurées. Par la suite enrichi de nouveaux poèmes, Les Fleurs du Mal seront rééditées par trois fois et les poèmes censurés publiés en Belgique. Il faudra cependant attendre 1949 pour une réhabilitation complète de l'oeuvre de Baudelaire.
    Pour moi, pendant très longtemps, Baudelaire n'a été associé qu'à un seul de ses poèmes, le très beau A une Passante, que je cite souvent, sans trop savoir pourquoi cependant, comme l'un de mes poèmes préférés. J'ai étudié beaucoup de poésie à l'école et notamment au lycée mais jamais Les Fleurs du Mal, à l'exception dudit poème, qui m'avait fait très forte impression et que j'ai d'ailleurs relu avec beaucoup d'émotions : j'ai eu l'impression de revenir dix ans en arrière et de sentir l'odeur de ma salle de Français en Première. Une vraie madeleine de Proust que ce poème très court mais exaltant !
    Lire Les Fleurs du Mal n'a cependant jamais fait partie de mes objectifs de lectrice. Ne l'ayant jamais lu au lycée, cette lecture ne me préoccupait pas vraiment, je ne me disais pas que je devais absolument lire ce livre. Non. Et je l'ai acheté par hasard, un jour où je me suis dit que, quand même, lire de la poésie, surtout celle - là, me permettrait d'élargir un peu mes horizons et, utilisons donc une expression à la mode, de sortir de ma zone de confort.
    Il est très difficile de chroniquer un livre comme celui-ci. C'est étrange, mais j'ai beaucoup de mal à vous en parler, surtout, à trouver les mots justes pour décrire mon ressenti, à l'issue de cette lecture. Par exemple, il m'est très difficile de dire si j'ai aimé ou pas, peut-être parce qu'une telle lecture est au-delà de ça, en fait. Peut-on réellement dire : j'ai aimé Les Fleurs du Mal ou je n'ai pas aimé Les Fleurs du Mal, et surtout, pourquoi ?

    Certainement la plus célèbre photographie de Baudelaire, prise en 1862 par Etienne Carjat


    J'avoue qu'en démarrant cette lecture, mes certitude de lectrice ont été mises à rude épreuve. Moi qui suis très habituée aux romans, démarrer un recueil de poèmes est forcément assez original, voire déroutant. C'est étrange de pouvoir lire un livre comme on veut, revenir sur nos pas, tourner les pages... ou pas. J'ai été surprise aussi par la grande variété de ces poèmes et, en même temps, par la subtile corrélation qui s'établit entre eux tous et les insère dans ce fameux mouvement dit romantique, dont ils sont, assurément, l'un des meilleurs symboles ! L'inspiration de Baudelaire est multiple et on fait parfois des bonds de géant, d'un sujet à un autre ! Entre lyrisme, et trivialité, Baudelaire traité de tous les sujets, les plus universaux comme les plus spécifiques à l'époque où il vit, qui est riche et mute sans cesse, entraînant un essor spectaculaire annonçant notre société contemporaine et, en même temps, générant aussi une misère endémique qui nourrit assurément l'inspiration négative voire morbide de l'auteur. Dans cet aspect extrêmement pessimiste de l'oeuvre et de la personnalité de Baudelaire, j'ai retrouvé un autre grand écrivain, Chateaubriand. Comme chez l'auteur malouin, on ne ressort pas de la lecture des poèmes de Baudelaire enchanté et léger, loin de là ! Mais quand on aime les mots, les livres, les classiques, je pense qu'on se laisse volontiers emporter par cette lecture. Certes, elle n'est pas évidente, je dirais même que, parfois, elle s'avère ardue et ce n'est certainement pas un hasard s'il m'a fallu quinze jours pour venir à bout d'un recueil qui, finalement, n'est pas si conséquent que cela. Mais je crois que ce temps consacré au livre était nécessaire, je l'ai lu doucement, à mon rythme et j'en ai savouré les mots. J'ai découvert l'univers éclectique de Baudelaire mais conduit cependant par une ligne directrice : ce fameux spleen, presque consubstantiel à l'oeuvre baudelairienne. J'ai parfois été surprise par ses poèmes très osés, au ton presque cru ou même dégoûtée parfois par des images triviales. J'ai été emballée par d'autres poèmes, par leur douceur contrastant avec la violence que recèlent certains autres.
    Je suis passée par toute une gamme d'émotions et de sentiments en lisant Les Fleurs du Mal, mais, si une chose est sûre, c'est bien celle-là : c'est une lecture que je ne regrette pas et que je recommande même chaleureusement. Amoureux des classiques et des beaux textes, cette lecture est faite pour vous !

    En Bref : 

    Les + : un univers très personnel et une belle plume. 
    Les - : 
    pas vraiment de points négatifs à soulever. 

     

    Brooklyn ; Colm Tóibín

     Thème d'avril, « Haut de forme et queue-de-pie », 4/12


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Mai à 21:49
    Temps H

    Ah Baudelaire, mon poète préféré ♥ Une grande partie de mon adolescence et encore aujourd'hui, j'aime feuilleter les Fleurs du Mal pour glaner un poème ou deux :)

    2
    Vendredi 18 Mai à 22:58

    Comme je peux te comprendre ! happy Même si je ne crois pas, pour ma part, avoir un poète préféré... J'ai souvent été émue par des poèmes, sans forcément avoir eu envie d'aller chercher derrière. Par exemple, j'ai toujours beaucoup aimé le poème Demain, dès l'aube de Victor Hugo mais je n'ai pas lu ses recueils pour autant ! yes Je ne suis pas très poésie en fait mais j'avais envie, quand même, pour ma culture perso disons, de lire Les Fleurs du Mal qui est un incontournable de nos classiques français. smile Et je ne regrette pas ! Quelle lecture ! La poésie de Baudelaire est tout sauf conventionnelle, mais elle a un charme infini. La plume est incisive ou douce, triviale ou plus ciselée. J'ai aimé ses sources infinies d'inspiration. 

    Bref, j'ai vraiment trouvé cette lecture très bonne, je suis contente d'avoir enfin découvert Baudelaire, que je ne connaissais que vaguement. 

    Et je comprends tellement que tu aies envie de temps en temps de feuilleter à nouveau le recueil. C'est une poésie qui colle à la peau. cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :