• Les Mystères d'Udolpho ; Ann Radcliffe

    « La lumière du jour chassa de l'esprit d'Emilie les vapeurs de la superstition, mais non pas celles de la crainte. »

    Les Mystères d'Udolpho ; Ann Radcliffe

    Publié en 2012

    Date de publication originale : 1794

    Titre original : The Mysteries of Udolpho 

    Editions Archipoche 

    617 pages 

    Résumé : 

    A la mort de son père, la jeune et innocente Emilie de Saint-Aubert, désormais orpheline, tombe sous la coupe de sa tante. Le mari de celle-ci, le suspect et brutal Montoni, les envoie toutes deux à Udolpho, une citadelle à demi délabrée, perchée sur un piton des Apennins. Loin de son cher Valancourt, Emilie s'y retrouve emprisonnée...et témoin de phénomènes terrifiants.  

    Dédale de couloirs et d'oubliettes, pièges et salles de torture, apparitions et tableaux maudits : ce château est un théâtre d'horreurs, plein de fantômes et de rumeurs. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    En 1584, la jeune Emilie Saint-Aubert est confiée à sa tante, après la mort de son père. Celle-ci se remarie rapidement avec un Italien du nom de Montoni, qui emmène la tante et la nièce dans son pays, d'abord à Venise puis dans son château d'Udolpho, perdu dans les Appenins. La demeure, inhabitée depuis longtemps, est un grand château plein de courants d'air, de murmures et d'histoires plus effrayantes les unes que les autres. Incertaine de son sort, prisonnière de cette demeure sinistre et à moitié en ruines, Emilie va découvrir à ses dépens les secrets de cette antique demeure et connaître des frayeurs auxquelles elle n'aurait jamais songé.
    Ce roman, publié à la fin du XVIIIème siècle, 1794 si mes souvenirs sont bons, est connu pour être l'un des premiers romans gothiques, un roman qui va hisser Ann Radcliffe au rang de reine de ce genre littéraire. Pour moi, Les Mystères d'Udolpho navigue dans une zone ténue et floue entre gothique anglais et romantisme, même si ce mouvement ne se développera véritablement que quelques décennies plus tard. Quoi qu'il en soit, j'étais très curieuse de découvrir ce roman qui met mal à l'aise dès la couverture, avec ce détail assez effrayant du tableau Le Cauchemar, de Füssli. J'avais envisagé de lire ce roman fin octobre, pour Halloween parce que je me disais qu'il se prêtait bien à cette période de l'année et je redoutais autant que je les attendais ces fameuses scènes qui font peur et qui, pour moi, sont assez consubstantielles au roman gothique.
    Au final, et pourtant je ne fais pas partie des gens qui aiment se faire peur (je ne lirais jamais Stephen King et le simple fait de songer à un film d'horreur me fait partir en courant), je dois bien avouer que ce roman ne m'a absolument pas fait angoisser. Oui, ça l'est parfois et certaines scènes peuvent mettre mal à l'aise, on sent le cœur qui palpite un peu mais je m'attendais assez naïvement à une ambiance à la Dracula, sinistre, sombre et poisseuse, qui file vraiment les pétoches. Pour moi, Les Mystères d'Udolpho est surtout un roman romantique dans sa forme et m'a évoqué les tableaux de Friedrich, les grandes œuvres romantiques du XIXème siècle, lord Byron, Walter Scott : l'héroïne jeune et confrontée aux difficultés de la vie, le grand château quasi ruiné (ce n'est pas pour rien que l'on parle de ruine romantique, par exemple), l'ambiance grandiose, l'histoire d'amour en toile de fond. En ce cas, La Fiancée de Lammermoor pourrait très bien être un roman gothique, parce que j'ai trouvé beaucoup de similitudes entre le roman de Radcliffe et celui de Scott.
    Maintenant, le plus important est de savoir si j'ai aimé ou pas. Eh bien, je suis contente d'avoir lu un roman gothique et d'avoir découvert ce genre littéraire que je connaissais surtout travesti à travers le roman Northanger Abbey, de Jane Austen, qui est un pastiche affiché des Mystères d'Udolpho, justement. Malgré cela, mon ressenti n'est pas évident et je ne suis pas sûre de pouvoir dire que j'ai aimé ce roman. Déjà, c'est extrêmement long et je me suis sentie lassée par pas mal de passages. Alors oui, c'est un classique et souvent, qui dit classique dit longueurs, je le sais et je suis toute prête à l'accepter mais quand c'est Zola, Dumas ou Hugo, je signe tout de suite (et encore, pas toujours). Mais là, j'ai trouvé que c'était parfois superflu, de l'écriture pour de l'écriture et ça n'apporte pas forcément quelque de chose de plus au récit. Le début m'a beaucoup plu même s'il ne s'y passe pas grand chose et j'ai vraiment aimé découvrir la vie d'Emilie dans cette Gascogne où elle est si heureuse, fantasmée par l'esprit d'une auteure originaire des brumes britanniques et qui nous décrit une petite Sicile ou une petite Andalousie perdue entre Méditerranée et Garonne, avec des oliviers, des agrumes et des amandiers dont je doute vraiment de la véracité. Si la vraisemblance n'est pas au rendez-vous, j'ai retrouvé cette fantaisie dans la description, cette imagination prolixe et assumée des livres anciens. Et puis, paradoxalement, les moments où cela devrait devenir intéressant, où l'on devrait frémir en même temps qu'Emilie, derrière les murs inhospitaliers d'Udolpho m'ont, peut-être pas laissée de marbre, parce que j'avoue avoir eu un peu peur de temps en temps, mais je n'ai pas forcément été autant effrayée que je l'attendais. L'ambiance n'est pas aussi sombre que je le croyais au départ et au final, je me suis dit : oui, d'accord... bof.
    Peut-être que je n'ai rien compris au roman et que je suis passée à côté. Peut-être que le roman gothique n'a pas pour seul but d'effrayer le lecteur. Peut-être Ann Radcliffe a-t-elle voulu faire passer un message, dans ce roman, que je n'ai pas vu. En fait, je n'en sais rien et étant novice, je n'ai pas d'éléments de comparaison.
    Je ne dirais pas que je n'ai pas aimé parce que ce n'est pas vrai mais je n'ai pas été aussi emballée que je l'espérais, que je le croyais en démarrant cette lecture. Ce livre me rendait extrêmement curieuse et je m'en faisais tout un monde. Au final, il n'a pas été à la hauteur de mes attentes et c'est surtout cela qui me déçoit, je crois. A part ça, c'est très bien écrit et j'ai apprécié de retrouver ce style suranné et que j'aime tant des romans classiques : parfois, c'est un peu ardu à lire mais tellement agréable. Il n'y a pas à dire mais autrefois, on savait manier et magnifier les mots, vraiment.
    Si vous n'avez pas lu ce roman, je ne peux pas vous le déconseiller. Soyez curieux comme j'ai pu l'être et lisez-le mais ne le faites pas si vous vous attendez à des sensations fortes. Dans le même genre, un bon thriller contemporain fera toute aussi bien l'affaire. Et surtout, armez vous de courage parce que vous ne manquerez pas, j'imagine, de ressentir aussi les longueurs. Pour autant, il est intéressant de lire le roman dans sa globalité, de le découvrir entièrement notamment parce que le roman gothique, au contraire du roman fantastique, a un petit aspect cartésien qui peut rassurer les plus rationnels d'entre nous et finalement apaiser nos craintes instinctives les plus enfouies.

    En Bref :

    Les + : j'ai beaucoup aimé le style de l'auteure, délicieusement ancien, si maîtrisé comme savaient le faire les auteurs classiques. J'ai aussi apprécié le début du roman...
    Les - : mais beaucoup trop de longueurs et un résumé légèrement racoleur et qui ne reflète en rien le contenu du roman m'ont un peu déçue. Je m'attendais à frissonner avec ce roman et il n'en a rien été. Dommage.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Novembre à 11:12

    Pour tout t'avouer, cela m'arrange que ce ne soit pas si effrayant que ça car comme toi je déteste les histoires d'horreur... C'est un classique donc je le lirai évidemment mais je garde en tête tes réticences...

      • Samedi 9 Novembre à 19:05

        Etrangement, j'ai presque été déçue que ça ne fasse pas aussi peur que je l'attendais parce que j'ai l'impression qu'on m'a sur-vendu le truc, du coup. Sur Livraddict, le roman fait partie de la catégorie Horreur, sur la couverture il est quand même qualifié de "chef d'oeuvre du gothique anglais". On s'attend à frissonner au moins un minimum et au final, je n'ai pas retrouvé l'angoisse que j'ai pu ressentir en lisant Dracula, par exemple, où Stoker installe vraiment une ambiance qui met mal à l'aise et fait froid dans le dos. 

        Et puis surtout, il y'a beaucoup de longueurs. Si au début cela ne m'a pas gênée plus que ça, je me suis vite lassée. Trop, c'est trop... Celles du début permettent de poser l'intrigue et passent encore... Par la suite et surtout vers la fin, c'est juste du superflu et c'est dommage parce que sans ça et malgré la petite déconvenue concernant le côté effrayant du roman, je crois que j'aurais vraiment pu l'apprécier. yes

    2
    Mélissa
    Dimanche 10 Novembre à 21:42

    J'ai un autre roman de l'autrice en réserve , et pourtant je pense me laisser tenter aussi par " Les mystères d'Udolpho " tôt ou tard. Y a quelque chose qui reste très intriguant avec cette autrice, une sorte de " pionnière " comme tu dis , du genre gothique dans le roman. 

    En ce moment je lis " une colonne de feu " de Ken Follett. Je pense ( voir suis presque certaine ) que tu vas apprécier si tu as envie de le lire également. cool Je n'en dis pas plus pour te laisser le plaisir de la découverte. 

      • Lundi 11 Novembre à 16:51

        Oui je suis d'accord, Ann Radcliffe est un personnage aussi mystérieux que ses romans. yes Cela dit je m'attendais à tout autre chose en lisant Les Mystères d'Udolpho et je n'ai pas vraiment été séduite. Comme quand j'ai lu Northanger Abbey d'ailleurs : c'est le roman de Jane Austen que j'ai le moins apprécié. C'est peut-être un signe que le gothique n'est pas fait pour moi, je ne sais pas. 

         

        Si tu le lis j'espère que tu aimeras ! Et en attendant bonne lecture avec Ken Follett : c'est une valeur sûre ! happy

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :