• Les Sept Soeurs, tome 2, La sœur de la Tempête ; Lucinda Riley

    « Tu es bien placée pour savoir que l'important n'est pas d'où l'on vient génétiquement parlant, mais qui l'on devient. »

     

           Publié en 2015 en Irlande 

       En 2020 en France (pour la présente édition)

       Titre original : The Storm Sister

       Editions Le Livre de Poche

       758 pages 

       Deuxième tome de la saga Les Sept Sœurs 

     

     

     

     

    Résumé :

    A la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a ramenées des quatre coins du monde et adoptées lorsqu'elles étaient bébés, Ally d'Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, une magnifique demeure sur les bords du lac de Genève. Ally, la deuxième sœur au caractère courageux et volontaire, est navigatrice et musicienne. Frappée par une nouvelle tragédie, la jeune femme, perdue, se lance sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d'héritage vont la mener au cœur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l'histoire intense d'une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent un siècle plus tôt. Une famille aux lourds secrets...
    La Sœur de la Tempête est le deuxième tome de la série événement Les Sept Sœurs, qui a conquis 20 millions de lecteurs dans le monde. A travers ses romans au souffle unique, peuplés de personnages inoubliables, liés par les drames et l'amour, Lucinda Riley a affirmé son immense talent, créant un genre littéraire à part entière. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

     En 2007, les six sœurs d'Aplièse, Maia, Ally, Star, CeCe, Tiggy et Electra perdent leur père, surnommé Pa Salt, mystérieux milliardaire suisse qui les a toutes adoptées aux quatre coins du monde alors qu'elles étaient bébés. Elles apprennent alors qu'avant de disparaître, celui-ci leur a laissé de quoi partir sur les traces de leur famille d'origine : indices et coordonnées géographiques qui peuvent leur permettre, le moment venu, de lever le voile sur le mystère de leurs origines.
    Et tandis que Maia a découvert ses racines au Brésil, Ally, la deuxième sœur, ne semble pas pressée de partir à la recherche de ses ancêtres. Passionnée de voile, elle doit participer, à l'été 2007, à une célèbre course qui doit avoir lieu au sud de l'Angleterre. Et puis Ally n'est pas très disponible puisqu'elle vient de rencontrer l'amour en la personne d'un jeune navigateur avec lequel elle s'entraîne en Grèce lorsqu'elle apprend le décès de son père. Autant dire que la jeune femme de trente ans est bien plus tournée vers son avenir que vers le passé.
    Mais une seconde tragédie va finalement la pousser dans les pas de ses ancêtres et la mener jusqu'en Norvège où, un peu plus de cent ans plus tôt, le Théâtre de Christiania (Oslo) est le lieu de création d'un opéra aujourd'hui célèbre dans le monde entier : le Peer Gynt de Grieg, d'après l'oeuvre originale d'Ibsen. Nous sommes en 1876 et la capitale norvégienne est le théâtre de la rencontre d'Anna Landvik, fille de fermiers mais dotée d'une voix extraordinaire et de Jens Halvorsen, jeune flûtiste de talent. Leur amour de la musique et une attirance mutuelle va les lier à jamais, pour le meilleur et pour le pire.
    Les quelques indices laissés par Pa Salt mettent donc Ally sur la trace de la famille Halvorsen, lignée de mélomanes, entre Leipzig, Bergen et Oslo, de la fin du XIXème siècle jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale. Et ce qu'Ally va découvrir dépasse de loin toutes ses attentes.
    Ally c'est donc la deuxième sœur d'Aplièse, de quatre ans la cadette de Maia. Elle a trente ans quand démarre l'intrigue du roman et mène une vie bien remplie. Elle tire son nom de la deuxième Pléiade, Alcyone, fille du titan Atlas et de l'Océanide Pléioné et compagne de Poséidon dont elle aura plusieurs enfants. C'est une jeune femme au tempérament vif et optimiste mais qui est malgré tout durement touchée par la mort brutale de Pa Salt. Ally est alors tiraillée entre son deuil et le bonheur d'une nouvelle vie à deux qui commence et culpabilise de continuer à vivre sa vie alors que son père vient de mourir. Même si ce n'est pas la sœur dont je me sentais forcément proche au départ (j'étais plus curieuse de Maia et de Star, la troisième sœur), j'ai bien aimé Ally et j'ai apprécié de la suivre dans ses pérégrinations et notamment en Norvège, dans des paysages grandioses.
    Toutefois, ce roman m'a clairement moins emballée que le premier. Je l'ai trouvé moins fluide et vraiment beaucoup trop long. D'habitude, dans les romans à double-temporalité, c'est plutôt la partie historique qui me plaît le plus mais là, ça n'a pas été le cas. J'ai trouvé que celle-ci n'était pas vraiment équilibrée, on passe énormément de temps avec Jens et Anna et on survole un peu les générations suivantes, c'est un peu dommage. Alors oui, c'est très intéressant de découvrir le processus de création de Peer Gynt et je dois dire que c'est l'un des gros points forts du roman mais je n'ai malheureusement pas réussi à mobiliser mon intérêt tout au long du récit, ce qui m'a donné un sentiment d'inégalité. Oui, je crois pouvoir dire sans exagérer qu'il y'a des chapitres superflus et qui auraient pu ne pas être là sans nuire forcément à l'intrigue. Celle-ci n'en aurait peut-être coulé que plus facilement, finalement.
    Il y'a autre chose que j'avais déjà remarqué dans le premier tome et qui ml'a vraiment exaspérée ici : ce sont les « bon » ou « enfin bon » au début des dialogues ! Sans rire, je ne sais pas combien il y'en a mais au bout d'un moment je n'ai pas réussi à faire abstraction et je n'ai pas trouvé ça franchement naturel. C'est probablement un parti-pris de traduction et peut-être qu'en VO ça fonctionne mais là vraiment, c'était plus gênant qu'autre chose. Je passerai aussi sur les comparaisons un peu too much comme l'écume de la mer qui ressemble à du cappuccino ou encore la jeune mère qui se découvre un instinct maternel comme le canard découvre la mare et ne veut plus en sortir (je suis vraiment restée totalement perplexe en lisant cette comparaison ! Une telle association d'idées ne me serait jamais venue à l'esprit).
    Mais heureusement, le roman a aussi des points forts et même si je suis un peu mitigée, je lirai les autres tomes avec plaisir, c'est sûr. Contre toute attente, j'ai beaucoup aimé Ally alors qu'en la découvrant dans le premier tome elle n'est pas celle qui m'a le plus attirée de prime abord. Je l'ai finalement trouvée très sympathique et simple, déterminée avec beaucoup de caractère aussi, mais au final douce et gentille. Comme je le disais plus haut, j'ai aimé la suivre dans sa quête norvégienne parce que c'est un pays que je ne connais pas et qui n'est, si je ne m'abuse, pas forcément mis en avant en littérature (du moins c'est le cas dans les genres littéraires que je lis). Je crois que cela aurait été encore plus grandiose en plein hiver sous la neige mais malgré tout, l'auteure a réussi, avec ses descriptions, à nous faire ressentir ce côté très hygge, cosy et douillet qui vient à l'esprit dès que l'on pense à la Scandinavie. J'ai été contente pour Ally qu'elle puisse y trouver un nouvel équilibre, une nouvelle sérénité et surtout, un sens à sa vie.
    La Sœur de la Tempête est clairement ce que je pourrais appeler une lecture en demi-teinte : c'est le genre de livres dont on ressort sans être complètement déçu mais qui laisse malgré tout comme un petit goût de regret. J'ai beaucoup aimé la première partie du roman mais j'ai malheureusement été moins emballée par la suite, ça arrive. Une chose est sûre c'est qu'on est loin du coup de cœur et même de l'engouement que j'avais ressenti en lisant le premier tome, que je ne lâchais qu'à regret. Heureusement, La Sœur de la Tempête, malgré ses (trop) nombreuses longueurs et quelques maladresses reste quand même relativement fluide et se lit plutôt bien. C'est une lecture vraiment divertissante. 
    Je n'abandonnerai pas la saga pour autant et j'ai maintenant très envie de lire le tome 3 centré sur Star qui est peut-être la sœur qui, par son caractère, m'intrigue le plus. 

    En Bref :

    Les + : une héroïne attachante, des lieux grandioses dans lesquels on se sent bien, une intrigue originale. 
    Les - :
    des longueurs, beaucoup trop de longueurs malheureusement et des maladresses dans le style qui m'ont gênée.


    Les Sept Soeurs, tome 2, La sœur de la Tempête ; Lucinda Riley 

     Mémoires de la baronne d'Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789 ; Henriette Louise de Waldner de Freundstein, baronne d'Oberkirch LE SALON DES PRÉCIEUSES EST AUSSI SUR INSTAGRAM @lesbooksdalittle


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :