• Une Chanson pour Ada ; Barbara Mutch

    « J'ai toujours voulu voir plus loin que mes yeux ne le peuvent. »

    Une Chanson pour Ada ; Barbara Mutch

    Publié en 2012 en Angleterre ; en 2015 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Housemaid's Daughter

    Editions Pocket

    512 pages

    Une Chanson pour Ada ; Barbara Mutch

    Résumé :

    1930. Au cœur de l'Afrique du Sud, chez les Harrington de Cradock House, naît Ada, fille illégitime de la domestique noire. Très tôt privée de mère, elle trouve en la douce Mrs Harrington une protectrice suffisamment généreuse pou lui enseigner ce qui deviendra la passion de sa vie : le piano. Mais les assiduités du maître de maison chassent bientôt la jeune fille de ce paradis.
    Ada a dix-huit ans et la politique de l'apartheid se répand comme une traînée de poudre sur l'ensemble du territoire. Son talent pour la musique et l'amitié de Mrs Harrington vont se révéler ses seuls alliés dans un monde où elle semble n'avoir nulle part sa place...


    Ma Note : ★★★★★★★★★★

    Mon Avis :

    Une Chanson pour Ada est un roman lumineux et plein d'espérance, certainement une des plus belles découvertes de l'été 2018.
    Entre les années 1930 et 1990, c'est un portrait flamboyant de femme que nous offre Barbara Mutch ainsi que la description sans concession d'un pays troublé, l'Afrique du Sud, en plein apartheid.
    Parce que je ne connais pas vraiment l'Afrique du Sud, j'ai eu vite envie de lire ce roman, après avoir pris connaissance du résumé.
    Dans Une Chanson pour Ada, c'est au travers des yeux de celle-ci, jeune fille noire de Cradock que nous traversons cette époque agitée, mais aussi au travers des yeux de Catherine Harrington, sa maîtresse, irlandaise de naissance venue se marier en Afrique du Sud au début du XXème siècle.
    Noir et blanc. Ambivalence incessante : voilà des termes qui caractérisent à merveille ce roman. Une Chanson pour Ada est un roman paradoxal, qui recèle autant de douceur que de violence, autant d'espérances que de marasmes... Barbara Mutch, sud africaine de naissance a su prendre la mesure du contexte et le transposer habilement dans son livre, sans pour autant tomber dans le manichéisme : non, l'apartheid, ce n'est pas que des gentils contre des méchants. C'est un système de ségrégation, comme il y'en avait aussi en Amérique au même moment, avec une multitude de courants, des radicaux et des plus modérés. Enfin, appartenir à tel ou tel camp de part sa couleur de peau ne veut pas forcément dire qu'on cautionne tout pour autant : c'est le cas par exemple de Mrs Cath, la maîtresse d'Ada, qui l'aime comme sa fille et pour qui la couleur de la peau compte peu.
    Ce roman est une grande fresque historique, qui nous fait traverser les années 1930 puis la Seconde guerre mondiale et enfin, les années troubles qui verront la mort de plusieurs leaders noirs et l'emprisonnement de Mandela. C'est aussi une fresque familiale où le destin des Harrington, riches colons originaires d'Irlande, se mêle étroitement à ceux de leurs bonnes noires, Miriam et sa fille Ada, Ada qui révélera très tôt une passion pour le piano, comme Mrs Cath, ce qui va les rapprocher et les lier étroitement.
    Dans son roman, Barbra Mutch ne donne pas de leçons et ne culpabilise personne, au contraire. C'est un beau récit qui transcende ce système des races, tout à fait faux mais persistant et qui juge de l'utilité et de l'importance d'une personne à sa couleur de peau ; c'est un récit de communion entre deux femmes liées par une même passion, par la musique et sa beauté et peu importe alors que l'une soit blanche et l'autre noire, peu importe que l'une soit riche et l'autre pas, parce qu'au delà de ces contingences matérielles, c'est aussi la beauté immanente et intangible de l'art qui unit ces deux destins qui n'auraient jamais dû se trouver.
    Une Chanson pour Ada serait presque une histoire d'amour, celle de deux femmes qui se trouvent au-delà ou justement peut-être grâce à leurs différences et qui se consolent mutuellement de ce qu'elles n'ont pas ou de ce qu'elles n'ont plus... Mrs Cath et Ada, à leur manière, sont deux héroïnes extraordinaires et attachantes, qui nous font nous sentir partie prenante de leur combat et nous font du bien parce qu'elles recèlent beaucoup d'espérance et d'optimisme.
    Ce roman peut plaire à un public large : aux amoureux de la musique, parce que le piano Zimmermann de Cradock House et la musique classique sont des héros à part entière du récit ; aux amoureux, comme moi, de belles histoires, de grandes fresques exotiques et dépaysantes qui prennent corps dans un pays lointain.
    Il y'a du Tamara McKinley dans ce roman, du Colleen McCullough ou du Sarah Lark mais aussi du Kathryn Stockett : lire Une Chanson pour Ada m'a furieusement rappelé une autre lecture percutante et forte, celle du roman La Couleur des Sentiments, qui se passe aux États-Unis dans les années 60, alors que la ségrégation y est à son niveau maximal et que les Noirs se battent pour leurs droits et l'égalité avec les Blancs. Et il se passe la même chose, au même moment, en Afrique du Sud : violences policières, pauvreté, empoisonnements arbitraires sont le lot quotidien. Barbara Mutch décrit aussi très bien les violences envers les métis, coupables de n'être ni tout à fait noirs ni tout à fait blancs et sont rejetés par tous. Elle décrit aussi ce climat de peur et de suspicion qui s'installe vite et fait monter la violence des deux camps...
    Une Chanson pour Ada est un roman habile, efficace et tout en nuances. Des nuances qui prennent la teinte ocre de la terre du Karoo, cette région grandiose et sauvage où prend corps le récit. C'est une Afrique immémoriale, faite de traditions, de musiques et de chants mais aussi une Afrique façonnée par les colons européens, néerlandais d'abord puis anglo-saxons qui revit sous nos yeux... Une Afrique qui n'existe peut-être plus aujourd'hui mais qui a existé il n'y a pas si longtemps - n'oublions pas que Nelson Mandela, par exemple, n'a été libéré qu'en 1990 ! Il a certes été par la suite président de la République d'Afrique du Sud mais avant cela, il avait passé plus de trente ans incarcéré.
    L'apartheid est un épisode violent de l'Histoire d'un pays, qu'il ne nous appartient pas de juger comme ayant bien fait ou mal fait ; la grande Histoire et la somme de plus petites, toutes subjectives et qu'il faut avec le recul juger avec objectivité... Il n'est pas question de considérer comme légitime un système inique de ségrégation basé sur la couleur de peau et donc fondamentalement raciste. Il faut seulement aborder le problème dans son ensemble et dans son contexte et ce que fait l'auteure avec beaucoup de talent, en oubliant la répulsion normale qu'une telle morale, si éloignée de la nôtre, peut engendrer.
    Une Chanson pour Ada est le roman de la bienveillance et du partage, de l'amour pur qui ne demande rien en retour. C'est un roman fort et qui donne à réfléchir, c'est certain. L'autre point fort de ce livre, assurément, c'est le style, qui s'adapte selon que l'auteure prête sa plume à Ada ou Mrs Cath, qui ont deux passés différents, deux éducations différentes, deux manières de s'exprimer différentes. J'ai aimé découvrir cette histoire à travers les yeux d'Ada, qui nous emmène des beaux quartiers blancs et proprets aux townships agités de bruits, de musique et de danse. Mais j'ai aimé aussi découvrir les récits de Mrs Cath, en forme de journaux intimes, qui viennent s'intercaler au récit fait par Ada, très certainement dans les années 1990, alors qu'elle se retourne sur une vie qui touche doucement à sa fin.
    Si ce roman n'a pas été un coup de cœur, assurément il aura été une bonne lecture, de ces lectures qui vous font passer par toute une palette d'émotions. C'est la magie de la lecture et, une chose est sûre, Barbara Mutch sait nous emporter.
    A mettre entre tous les mains. 

    En Bref :

    Les + : une très belle histoire, flamboyante et pleine d'espoir qui dépayse et enseigne. Parfait.
    Les - : Aucun !

     

    Brooklyn ; Colm Tóibín

     Thème d'août, « Saga Africa », 8/12


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Septembre à 12:34
    Le Chat du Cheshire

    Il me tente énormément !!

      • Samedi 22 Septembre à 19:22

        Il est vraiment super ! cool Très honnêtement, je ne pensais pas aimer autant... Je ne connais pas vraiment l'Afrique du Sud...Enfin si, son Histoire contemporaine, comme tout le monde... Mais je n'avais jamais lu de livres s'y passant et encore moins à cette époque là... Parfois, il m'a rappelé La Couleur des Sentiments ou Ne Tirez pas sur l'Oiseau Moqueur.

        Et surtout, le style de l'auteure m'a beaucoup plu. Je ne connaissais absolument pas Barbara Mutch avant de lire ce roman, je l'ai découverte et franchement, j'ai trouvé qu'elle était très talentueuse, elle écrit très bien. yes Je ne sais pas si elle a écrit d'autres romans mais si c'est le cas, je pense que je les lirais un de ces jours (en espérant qu'ils soient aussi bons que celui-là !) ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :