• « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    « Les louanges terminent le discours comme elles l'ont commencé ; c'est un adoucissement indispensable devant et après tout ce qu'il y'avait à dire. »

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Saint-Simon

    Publié en 2011

    Date de parution originale : 1829

    Editions Le Livre de Poche (collection La Lettre et la Plume)

    451 pages

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Résumé :

    « Cette pute me fera mourir... » soupirait Marie-Thérèse, reine de France, épouse de Louis XIV, en regardant le Roi s'afficher avec la belle Montespan. Le duc de Saint-Simon, qui a tout vu et tout entendu, raconte Versailles et ses brillants acteurs. Témoin de la grandeur du règne, il en explore aussi les coulisses : intrigues, scandales et anecdotes se mêlent aux récits des morts illustres. À la fois véridiques et visionnaires, ses Mémoires nous font entrer au Château et partager la vie de la cour et du Grand Roi avec un esprit, une verve, un génie inégalés. 

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    Il n'est pas une biographie ou un essai historique traitant du Grand Siècle et de Louis XIV qui ne cite, au moins une fois, des extraits des fameux Mémoires du duc de Saint-Simon, courtisan aux yeux de lynx et à la plume acérée. Né en 1675, d'un ancien favori de Louis XIII, le mémorialiste, filleul du roi Louis XIV fera sa carrière, comme tous les grands de son époque, dans l'armée, sans pour autant nourrir beaucoup d'intérêt pour la chose militaire. Ce que Saint-Simon, fidèle du duc d'Orléans, futur Régent et du tout jeune duc de Bourgogne, petit-fils préféré de Louis XIV, aime par-dessus tout, c'est observer son siècle, disséquer les caractères et retranscrire ensuite le tout, avec une plume parfois acide et cancanière mais qui n'en reste pas moins juste et cruellement lucide. Formidable témoin d'un temps qui, lui-même devait l'estimer, marquerait l'Histoire, il décide de coucher sur ses papiers ses émotions et ses différents avis -car, bien sûr, il est difficile de juger objectivement une époque dont on est le contemporain- et reste, pour cela, un témoin privilégié d'une époque qui ne cessera d'intéresser les historiens...certes, ces Mémoires ne sont pas à prendre au premier degré et on ne peut s'empêcher de penser, en lisant certains portraits, que Saint-Simon s'est laissé aller à tels ou tels éloges ou telles ou telles critiques du fait d'opinions personnelles mais, lorsqu'on ouvre ce livre, c'est une restitution grandeur nature du règne du Roi-Soleil, du Château, de la Cour en général, qui prend vie sous nos yeux, comme une formidable remontée du temps. Nous sommes en présence de Sa Majesté, de la discrète et un peu bigote Madame de Maintenon, dans le particulier des petits-fils de France et particulièrement du duc de Bourgogne -le père de Louis XV-, le plus prometteur, celui dont la perte fit tant de mal à la France.

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Louis XIV et sa famille (Nicolas de Largillière, XVIIIème siècle) 

    Parlons maintenant du style...qu'en dire ? Il y'a tellement de choses qui viennent à l'esprit quand on évoque cette langue truculente, imagée et tellement vivante des XVIIème et XVIIIème siècles. Alors, même si certains passages sont parfois un peu obtus voire carrément pas clairs pour des lecteurs contemporains, l'édition nous aide grâce à des notes bienvenues mais je trouve que c'est ça aussi qui donne tout son charme à un écrit ancien et nous permet, finalement, d'accomplir encore plus pleinement notre retour dans le temps, dans les salons de Marly et Trianon et dans les immenses et froides galeries de Versailles. On sent chez Saint-Simon une véritable volonté de laisser une trace, de raconter tout ce qu'il a vu et son style imagé -on a l'impression, par moments, de voir la plume courir sur le papier et, de fait, de lire par-dessus l'épaule du mémorialiste- permet d'adhérer très vite, la surprise de la langue passée.
    Bref, ce petit bouquin, qui ne contient que des extraits des fameux Mémoires, qui sont particulièrement conséquents et considérés encore, malgré leur manque d'objectivité, comme des références, tant littéraires qu'historiques, est une lecture passionnante pour tout ceux s'intéressant au règne de Louis XIV et la vie de Cour sous ce monarque. Anecdotes, portraits, traits de plumes rageurs, on se faufile comme une petite souris dans le monde venimeux des courtisans et dans celui, guindé et si particulier, mais pas dénué de tendresse pour autant, de la famille royale, entre bâtards et enfants légitimes, qui se groupent comme des étoiles autour de la figure tutélaire que Louis XIV représentera, malgré tout, jusqu'à la fin de sa vie, à l'aube d'un siècle nouveau. Ecrivant en 1739, sous le règne de Louis XV, le fils de ce duc de Bourgogne que l'auteur admira et estima tant, c'est avec une certaine mesure que le mémorialiste décrit les vices et travers de la Cour, sans pour autant rechigner à abîmer les grands d'un bon mot, s'il le juge bon et mérité.
    Une lecture à conseiller à tous les amoureux du Grand Siècle et à ceux de Louis XIV.

     

    « Cette pute me fera mourir », Mémoires du duc de Saint-Simon, Extraits ; Saint-Simon

    Louis XIV en costume de sacre (Hyacinthe Rigaud, XVIIIème siècle) 

    En Bref :

    Les + : une formidable peinture d'un des plus fabuleux règne...certes, Saint-Simon n'est pas toujours très objectif mais c'est un plaisir de lire ces portraits acérés et parfois, très lucides.
    Les - : quelques passages un peu ardus à comprendre pour des lecteurs du XXIème.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Juin 2014 à 14:41

    Pendant mes études j'avais pensé à lire les mémoires de Saint-Simon mais j'avoue que ça me faisait un peu peur quand même, du coup je n'ai jamais franchi le pas. Mais ce genre de recueils d'extraits pourrait être une bonne entrée en matière. Surtout celui-ci, je l'ai vu à plusieurs reprises sur les étals et me faisait bien envie. Comme tu le dis c'est le meilleur moyen de plonger dans l'intimité de la Cour de façon vivante et non pas comme le font les manuels d'histoire.

    Trop beau ce nouveau blog !

      • Jeudi 2 Novembre à 10:08

        Oh merci, c'est gentil ! Je travaille beaucoup sur cette page, pour qu'elle soit la plus agréable possible, pour moi comme pour mes lecteurs. ^^ Alors si ça plait, c'est tant mieux ! Merci ! cool

        Oui, je comprends très bien, moi aussi les Mémoires de Saint-Simon me faisaient un peu peur, c'est pour cela que je me suis dirigée plus volontiers vers cette version. Et encore, elle est restée un moment dans ma PAL avant que je me décide à l'en sortir...j'avais quand même un peu peur... sarcastic Disons que c'était surtout le style qui me rebutait : j'avais peur de ne pas comprendre, de devoir reprendre ma lecture plusieurs fois et il n'y a rien qui m'énerve tant que de bloquer sur une phrase et de n'en pas comprendre le sens. Au final, ça a été ! Je ne dis pas que j'ai tout compris et j'ai peut-être fait des contre-sens parfois (même si j'espère qu ce n'est pas le cas ^^) mais dans l'ensemble, j'ai aimé cette plongée tête la première à l'époque de Louis XIV ! Il n'y a effectivement rien de meilleur que des écrits contemporains pour toucher du doigt une époque. yes

        J'ai l'impression que tu nourris un peu les mêmes craintes que moi concernant cette lecture, je peux donc sans hésiter te conseiller cette version du Livre de Poche. La collection La Lettre et la Plume est vraiment intéressante et rend ses livres très attractifs. Si tu le lis, j'espère que tu aimeras. wink2

    2
    Dimanche 29 Mars 2015 à 12:32

    tiens, j'aimerais bien me replonger dans ces extraits car j'en ai lu pour mes études ( cela commence à dater !) et j'en ai un souvenir à la fois amusé et surpris

      • Jeudi 2 Novembre à 10:08

        C'est drôle, mes études d'Histoire ne sont pas si loin mais je ne me souviens même pas si j'avais eu à un moment ou un autre des extraits de Saint-Simon entre les mains. arf Cela prouve que, si c'est le cas, ça ne m'a franchement pas marquée ! happy Il reste cependant un mémorialiste incontournable du Grand Siècle et que mes professeurs ont souvent cité (tout en nous mettant fermement en garde concernant son impartialité). C'est donc en gardant en tête ces deux aspects de l'oeuvre de Saint-Simon que j'ai lu ce livre en 2014. Le fait que ce soient des extraits qui sont présentés ici m'a aussi décidée, je ne sais pas si j'aurais lu une version complète des Mémoires. 

        J'ai été très surprise en tous cas parce que j'ai beaucoup aimé la manière dont Saint-Simon présente le règne de Louis XIV. Il est parfois plus fin et impartial que je ne l'aurais cru. Il a cependant une grande capacité d'analyse, même si elle est parfois faussée par quelques a priori personnel et le style est inimitable. Une vraie plongée à l'époque de Louis XIV, on ne peut pas rêver mieux ! ^^

    3
    Mardi 10 Novembre 2015 à 09:10

    J'ai ses Mémoires en deux tomes dans ma bibliothèque, et je me dis qu'il faudrait vraiment que je m'y plonge un jour, surtout que j'adore ce genre de témoignage qui nous plonge en immersion totale à l'époque que ces auteurs ont vécue... J'ai surtout lu des Mémoires du XVIIIè siècle (Madame de Staal-Delaunay, le comte Alexandre de Tilly, la marquise de La Tour du Pin, Carlo Goldoni, l'abbé Morellet, la baronne d' Oberkirch, madame Roland, la comtesse de Boigne, Madame Campan...) et j'en ai encore d'autres qui attendent dans ma PAL !! ^^

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :