• La Malédiction de Norfolk ; Karen Maitland

    « Survivre, ma belle, il n'y a rien d'autre à faire, endurer et survivre, et si tu y parviens, alors le temps t'accordera ta vengeance. »

    La Malédiction de Norfolk ; Karen Maitland

    Publié en 2011 ; en 2015 en France (pour la présente édition)

    Titre original : The Gallows Curse

    Editions Pocket

    765 pages

    La Malédiction de Norfolk ; Karen Maitland

    Résumé :

    Angleterre, 1208. Le roi Jean refusant de se soumettre à l'autorité du pape, églises et cimetières demeurent fermés. Les enfants ne sont plus baptisés et l'on craint de mourir sans avoir pu expier ses péchés. Mais en ces temps de sorcellerie, il existe plusieurs façons de sauver une âme. Pour libérer celle de son fils, décédé d'une étrange maladie, Lady Anne est prête à tout. Elle découvre un rituel permettant de transmettre les péchés après la mort. Encore faut-il trouver une conscience prête à les accepter. La jeune Elena, servante au château, n'aura pas le choix...

    Ma Note : ★★★★★★★★★★ 

    Mon Avis :

    En 1210, sous le règne de Jean sans Terre, l'Angleterre est plongée depuis deux ans dans le chaos de l'Interdit. L'Interdit ? C'est quand plus aucun sacrement n'est administré : on ne se marie plus, les enfants ne sont plus baptisés, les morts ne sont plus enterrés en terre consacrée et ne peuvent se confesser ni recevoir l'extrême-onction. Dans tout le pays, les églises sont fermées et les prêtres en fuite, fuyant la colère royale.
    A Gastmere, village du Norfolk, lady Anne, châtelaine du lieu, ne peut se résoudre à laisser inhumer son fils unique alors qu'il n'a pu recevoir l'absolution avant sa mort. Elle est prête à tout pour qu'il ne parte pas avec les lourds péchés qui l'encombraient. Même à avoir recours à la coutume du mangeur de péché, c'est-à-dire charger les épaules d'une personne du fardeau des fautes de quelqu'un d'autre. Et son choix va se porter sur une jeune serve de Gastmere, Elena. Elena dont la vie, à partir de là, va se transformer en un cauchemar sans fin, car c'est pire qu'un venin mortel qui lui a été inoculé.
    Si le résumé était très alléchant et que j'ai, malgré tout, passé un bon moment, j'ai trouvé ce roman un peu en dessous des autres récits de Karen Maitland. Découverte en 2016, l'auteure m'a accompagnée depuis. J'ai beaucoup aimé Les Âges Sombres et par la suite, j'ai aussi fait une très agréable découverte avec La Compagnie des Menteurs, son roman le plus connu en France. Étrangement, moi qui ne suis pas fan de tout ce qui est gore ou flippant, j'avais aimé l'ambiance très noire et angoissante de ces deux romans. Karen Maitland a su, en quelques romans, créer de toutes pièces un univers unique qu'on ne trouvera nulle part. C'est vraiment ça qui m'a plu chez elle et qui a réussi à m'accrocher, au-delà du fait que toutes ses intrigues, du moins celles qui ont été traduites en France, se passent au Moyen Âge. C'est une époque qui m'a toujours plu ! Elle est énorme, non ? Au propre comme au figuré... Dix siècles, ce n'est quand même pas rien. Il y'a toujours quelque chose d'intéressant dans cette longue période et l'Europe médiévale est un sujet passionnant à elle toute seule !
    Cela dit, dans mes deux premières lectures, j'avais justement trouvé le contexte politique et historique peu présent et plus qu'à l'Histoire avec un grand H c'était plus aux petites histoires, aux déshérités, aux malheureux que s'intéressait Karen Maitland -les vagabonds, les malades, le petit peuple- . Finalement, l'époque servait plus de prétexte mais s'y prêtait bien.
    Là, c'est en se basant sur un contexte historique bien précis que l'auteure tisse ensuite la trame de son intrigue. Certes, dans La Compagnie des Menteurs, c'est la Grande Peste de 1349, un fait avéré, qui sert de toile de fond. Mais ici, dans La Malédiction de Norfolk, j'ai eu l'impression que l'auteure se servait bien plus du contexte de l'époque -le règne chaotique de Jean sans Terre, l'Interdit jeté sur l'Angleterre suite au conflit entre la papauté et le roi concernant la nomination de l'archevêque de Canterbury-. Finalement, toute l'intrigue découle de ça : l'absence de réconfort religieux suite à une crise politique et théologique plutôt violente. Finalement, le sentiment que j'ai eu à la lecture de ce livre, c'est de lire un roman historique traditionnel ou disons, plus traditionnel que les deux précédents. Et ce n'est pas mal du tout, bien au contraire mais è, quelque chose de peut-être plus torturé, avec des manifestations surnaturelles ou autres et en fait je n'ai rien eu de tout ça. Si une certaine tension est présente, je n'ai jamais eu la gorge serrée ou le cœur qui s'emballe comme dans Les Âges Sombres ou La Compagnie des Menteurs ! !
    Je crois que mon erreur, c'est d'avoir lu ce roman en dernier. Si je l'avais lu en premier, je l'aurais apprécié sans être tentée de le comparer aux deux autres. Là, immanquablement, je ne pouvais pas faire autrement. Mais, attention, malgré cette petite déconvenue quant à l'ambiance du roman, je suis loin de l'avoir détesté et j'ai au contraire passé un bon moment. Karen Maitland a réussi à signer un roman historique fiable et cohérent, en utilisant, comme elle le fait toujours très bien, l'aspect religieux et superstitieux inhérent à l'époque médiévale. En fait, on ne peut pas dire que l'angoisse est absente mais disons qu'elle est subtilement distillée et c'est notre capacité à se mettre à la place de quelqu'un d'autre qui l'instaure. On se met à la place d'Elena et on imagine vivre ce qu'elle vit et c'est finalement l'aspect le plus terrorisant du roman car pour rien au monde on ne voudrait connaître ce qu'Elena, pendant quelques mois, va vivre, basculant dangereusement au bord de la folie.
    Au-delà de ça, le personnage d'Elena est intéressant aussi pour une autre de ses facettes. Elle est une serve, comme ses parents et comme la plupart des habitants du village de Gastmere, d'ailleurs ce qui signifie qu'elle ne s'appartient pas mais est la propriété du seigneur des lieux, en l'occurrence lady Anne, qui pourra en faire ce qu'elle veut, comme par exemple lui faire porter le fardeau des péchés inavouables de son fils défunt. Et même si l'auteure force peut-être un peu le trait, c'est aussi par ce biais qu'elle pointe du doigt
    le servage, comme elle avait pu montrer, dans Les Âges Sombres ou La Compagnie des Menteurs, les limites et les paradoxes d'une Église toute-puissante mais corrompue et gangrénée. C'est affreux finalement de se dire que cette jeune fille n'a aucun droit, à part celui de servir ceux qui veulent bien lui assurer d'avoir de quoi manger et un toit sous lequel dormir. Elle n'a le choix de rien et sûrement pas celui de dire non ou de se soustraire à ce qu'on veut l'obliger à faire. Elena fait partie de ces déshérités, de ces pauvres du Moyen Âge qui formaient la majeure partie de la société et la faisaient vivre.
    La Malédiction de Norfolk est donc un roman historique qui tient la route et s'avère être efficace. Je crois au final que ma légère déconvenue ne vient que des attentes que j'avais pu former concernant cette lecture ; il est vrai que j'en attendais beaucoup et que je n'ai peut-être pas retrouvé dans cette lecture tout ce que j'en escomptais. Mais l'essentiel est d'avoir passé un bon moment et ça a été le cas ! Entre Histoire, superstitions ancestrales, croisades et secrets inavouables, Karen Maitland nous livre là encore un roman où le Moyen Âge se révèle grandiose et extrême, jusque dans ses aspects les plus négatifs

    En Bref :

    Les + : un roman historique et médiéval bien mené, très bien écrit et maîtrisé.
    Les - : peut-être un univers un peu moins angoissant dans ce roman...j'avoue avoir été un peu déçue de ne pas retrouver la tension instaurée dans La Compagnie des Menteurs ou Les Âges Sombres.

     

    Brooklyn ; Colm Tóibín

     Thème d'octobre, « Jack O'Lantern », 10/12


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Octobre à 16:08
    Audrey

    Dommage qu'il soit un peu moins angoissant ou prenant que les autres mais on ressent bien l'intérêt que tu as éprouvé en le découvrant. Je risque d'avoir des attentes similaires aux tiennes le jour où je déciderai de le lire mais je garderai donc ta critique en tête afin de le commencer avec un avis plus objectif en tête. Mais bon, l'auteure étant ce qu'elle est, je ne doute pas de l'apprécier comme tu as su l'apprécier toi même ! :)

      • Mardi 23 Octobre à 19:57

        Si je peux te donner un conseil, je te dirais de commencer justement par celui-là et de poursuivre ensuite avec Les Âges Sombres et La Compagnie des Menteurs ! ! smile Je crois que j'aurais dû commencer par celui-là aussi et je n'aurais pas ressenti cette légère déconvenue.

        Pour autant, j'ai passé un bon moment et je ne regrette vraiment pas, au contraire ! Karen Maitland a un univers unique et très prenant. Très personnel aussi, un peu comme Andrea H. Japp en France. Dommage que ses autres romans ne soient pas encore traduits en France, c'est une auteure peu connue ici et qui mériterait de l'être un peu plus à mon sens. ^^

         

        J'espère que tu aimeras quand tu te lanceras à ton tour ! cool

      • Mercredi 24 Octobre à 11:56
        Audrey

        Ah mais j'ai déjà  lu les deux autres romans, c'est pour ça que je te dis ça :) Je les ai d'ailleurs adoré. Par contre, je n'ai parlé que de La compagnie des menteurs sur mon blog.

      • Mercredi 24 Octobre à 16:35

        Ah oui d'accord, je n'avais pas compris ton commentaire dans ce sens ! happy 

        J'espère du coup que tu auras moins d'attentes que moi encore commençant La Malédiction de Norfolk. Et je suis sûre que, dans ce cas, tu l'apprécieras vraiment ! happy Je ne sais pas s'il s'agit de son premier roman et que son style, son univers se sont affinés par la suite... Il est très bien mais il ne faut pas s'attendre en effet à ce qu'on peut trouver dans ses autres romans. 

         

        D'ailleurs tu as préféré lequel ? La Compagnie des Menteurs ou Les Âges Sombres ? wink2

         

         

      • Mercredi 24 Octobre à 19:19
        Audrey

        Désolée, c'est sans doute moi qui n'ai pas été très claire :)

        J'ai préféré La compagnie des menteurs, je crois. Ce roman m'a happée du début à la fin, il m'a fait une telle impression ! Je suis rarement aussi captivée par une histoire :)

      • Jeudi 25 Octobre à 21:09

        La Compagnie des Menteurs m'a totalement déroutée mais aussi convaincue ! ^^ Qu'est-ce que j'ai aimé cette lecture ! J'en aurais voulu encore quand ça s'est terminé ! Mais j'ai quand même du mal à choisir entre celui-ci et Les Âges sombres qui m'a aussi énormément plu ! Je ne m'attendais à rien de tel en démarrant ma lecture et j'ai été totalement secouée par cette lecture dingue ! 

        Il est clair en tous cas que Karen Maitland ne laisse pas indifférent... On aime ou n'aime pas mais il est difficile de rester dans un prudente entre deux... wink2

    2
    Mélissa
    Mardi 23 Octobre à 17:08

    C'est justement le premier livre de Karen Maitland que j'ai lu ( j'attends encore un peu avant d'entamer les suivants ) et du coup je n'ai pas été déçue. J'ai trouvé très intéressant que l'auteure pointe du doigt aussi l'impact des croyances populaires ( et religieuses ) sur le peuple et tout ce que ça peut entraîner de surtout néfastes. 

    L'héroïne, dans mes souvenirs, en bavait mais d'une force ! C'était assez violent mais pas étonnant vu l'époque, le contexte. En tout cas une bonne découverte pour ma part, je m'en souviens encore.

    Si tu dis que les autres livres de Maitland sont mieux alors cela n'augure que du bon pour mes futurs lectures. ^^ 

    J'avoue aussi que c'est clairement plus " solide " que les romans de Mireille Calmel ( relecture récente de sa saga Aliénor oblige ) qui tombe facilement dans le côté fantasy par facilité. 

    Cordialement, Mélissa. smile

      • Mardi 23 Octobre à 20:08

        J'aurais dû faire comme toi et comme ça, je n'aurais pas ressenti cette (légère) déconvenue. Franchement, rien de grave non plus, c'est juste que j'avais trop d'attentes, ayant beaucoup aimé Les Âges Sombres et La Compagnie des Menteurs. ^^

        La Malédiction de Norfolk reste un bon roman historique où on retrouve la patte bien particulière de Karen Maitland. Elle a un style vraiment bien à elle et ses romans tendus, poisseux, ont quelque chose de très captivant ! Ce serait mentir que de dire que La Malédiction de Norfolk ne l'est pas. J'avais tellement envie de savoir ce qui allait arriver à Elena en me disant toujours : mais quel autre pépin il va lui arriver, la pauvre ? aww Finalement, comme je le souligne dans ma chronique, ce qui instaure une angoisse sourde chez le lecteur, dans ce roman, c'est justement ça : se mettre à la place d'Elena, imaginer ce qu'elle vit... c'est tellement affreux...se dire qu'elle est poursuivie par une malédiction et qu'elle ne peut pas s'en défaire... Brrr... oh

         

        L'avantage des romans de Maitland, c'est effectivement qu'on s'en souvient ! Difficile de faire autrement... Je n'ai pas lu les romans de Mireille Calmel, mais effectivement, chez Maitland on est loin de tout ça et si parfois il y'a du fantastique ou du surnaturel, c'est toujours très savamment dosé et ça fonctionne. cool Je te conseille vraiment de poursuivre ta découverte, tu ne seras pas déçue.

    3
    Licorne
    Vendredi 26 Octobre à 09:25
    Ah! J'attendais ton avis car c est le seul qu il me reste a lire. Il n est pas encore dans ma pal et j avoue que j hesitais car une autre copinaute avait soulevé les mêmes remarques. C est aussi cette tension et ce malaise qui m avait plus dans les 2 autres. Je tenterai plus tard car son talent de conteuse est particulier et envoutant. Merci pour cette chronique tres détaillée. ;)
      • Vendredi 26 Octobre à 20:08

        Je crois que j'ai eu trop d'attentes en commençant La Malédiction de Norfolk et qu'il ne faut justement pas en avoir trop pout bien apprécier ce livre ! ^^ Finalement au niveau de l'ambiance, Les Âges sombres et La Compagnie des Menteurs sont assez semblables... Du coup je m'attendais à trouver logiquement la même chose dans ce roman d'où une légère  (vraiment toute petite smile) déconvenue... En tous cas La Malédiction de Norfolk est un roman historique très bien écrit et qui mérite d'être lu et apprécié à sa juste valeur. Si tu aimes l'univers de Karen Maitland, je ne doute pas que ce roman saura te plaire ! smile J'espère que ce sera le cas ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :